DÖBLIN ALFRED (1878-1957)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Devenu célèbre en Europe avec son roman Berlin Alexanderplatz (1929), Alfred Döblin est l'un des représentants les plus importants de la « modernité » dans la littérature de langue allemande du xxe siècle. Il s'est voulu un rénovateur du genre romanesque. Rejetant la tradition du roman psychologique au profit d'une narration épique, il joue de tous les styles et tous les registres de vocabulaire. Contre le principe de « l'art pour l'art », il cherche à transcrire ce qui est la vie même dans toute sa diversité, avec les aspirations contradictoires qu'elle peut susciter chez les individus. Döblin était aussi médecin et, comme il aimait à le rappeler, la psychothérapie était justement sa spécialité.

De Berlin à Los Angeles

Le 18 août 1878 naît à Stettin, ville polonaise depuis les accords de Potsdam en 1945, Bruno Alfred Döblin. Il est le quatrième enfant de Sophie Freudenheim (1844-1920) et de Max Döblin (1846-1921), Juifs tous deux mais guère portés sur la religion. Couramment prénommé Alfred par la suite, il a deux frères et une sœur. Après la séparation de ses parents, l'enfant se retrouve avec sa mère à Berlin. Il obtient le baccalauréat en 1900, et l'aide que lui apporte son frère aîné lui permet de s'engager dans des études de médecine. Il soutient sa thèse en avril 1905 à Fribourg-en-Brisgau : Les Troubles de la mémoire dans la psychose de Korsakoff. Par la suite, il exercera dans plusieurs hôpitaux.

Bien qu'il s'adonne à l'écriture depuis le collège, les débuts de l'écrivain Döblin sont tardifs. Il publie en 1906, à compte d'auteur, une pièce de théâtre, Lydia et Petit Max. De 1908 date la parution de sa première nouvelle. Progressivement, il participe aux manifestations de l'avant-garde berlinoise, collaborant à Der Sturm, revue que fonde Herwarth Walden en 1910.

En 1907, Alfred Döblin a noué une relation avec Frieda Kunke, une infirmière de seize ans, victime de la tuberculose en 1918. Elle lui donne un fils en 1911. Mais comme elle est de religion chrétienne, il ne peut se résoudre à l'épouser. En janvier 1912, il préfère se marier avec Erna Reiss, qui est co [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  DÖBLIN ALFRED (1878-1957)  » est également traité dans :

NOVEMBRE 1918 et BERLIN ALEXANDERPLATZ (A. Döblin)

  • Écrit par 
  • Nicole BARY
  •  • 1 051 mots

Le nom d'Alfred Döblin (1878-1957) évoque spontanément son roman Berlin Alexanderplatz (1929), dont il faut saluer la nouvelle traduction fort réussie qu'en donne Olivier Le Lay (Gallimard, Paris, 2009). Tout comme il convient de saluer l'heureuse initiative des éditions Agone qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/novembre-1918-berlin-alexanderplatz/#i_8474

BERLIN ALEXANDERPLATZ, Alfred Döblin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 896 mots
  •  • 1 média

Quand paraît Berlin Alexanderplatz , en octobre 1929, l'écrivain allemand Alfred Döblin (1878-1957) a déjà écrit cinq romans, trois pièces, deux recueils de nouvelles, trois volumes de réflexions esthétiques ou philosophiques. Il a été mêlé à l'expressionnisme à son origine, vers 1910, mais voilà plus d'une décennie qu'il a rejeté ce mouvement. De manière provocatrice, il a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/berlin-alexanderplatz/#i_8474

KIRCHNER ERNST LUDWIG (1880-1938)

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 2 166 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Peindre la ville moderne »  : […] Toutefois, Dresde n'est qu'une ville de province. L'avenir est dans la capitale même, à Berlin. Pechstein en a pris le chemin dés 1908. Les autres peintres de Die Brücke y déménagent à leur tour. Kirchner, qui a déjà publié des gravures sur bois dans la revue berlinoise d'avant-garde Der Sturm , décide d'y partir en octobre 1911. Avec Pechstein, il ouvr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernst-ludwig-kirchner/#i_8474

MITTELEUROPA

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 8 386 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La Pologne, un pays écartelé »  : […] Pour la majorité des Polonais, le souvenir de la Mitteleuropa évoque surtout les partages successifs de la Pologne entre trois empires. La Pologne de l'entre-deux-guerres n'aura cure de restaurer une fédération centre-européenne et puisera dans ses propres références historiques nationales l'inspiration d'une politique de grande puissance régionale, contestant bien sûr les enclaves allemandes mai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mitteleuropa/#i_8474

Pour citer l’article

Lionel RICHARD, « DÖBLIN ALFRED - (1878-1957) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-doblin/