AUSTERLITZ (W. G. Sebald)Fiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La disparition brutale de W. G. Sebald en 2001, à l'âge de cinquante-sept ans, a mis un terme prématuré à une œuvre qui, en quatre livres majeurs, avait ouvert la voie à une nouvelle écriture narrative. Sa poétique du récit s'est fixée pour mission d'exhumer les fragments engloutis du passé, car « le monde pour ainsi dire se vide de lui-même à mesure que plus personne n'entend, ne consigne, ni ne raconte les histoires attachées à tous ces lieux et ces objets innombrables qui n'ont pas, eux, la capacité de se souvenir ».

Ces récits racontent donc des voyages, des découvertes, ils se présentent comme des associations d'idées et d'images. Tour à tour archiviste, pèlerin ou confesseur, Sebald, qui d'évidence sait écouter, remonte les strates de l'histoire allemande et juive, détecte leurs correspondances cachées et leurs épiphanies. Mais entre fiction et document, ses livres ne sont jamais la simple transcription de ce qui lui est confié. Son imagination alliée à sa sensibilité réunit textes et photographies – prises par l'auteur lui-même – en une mosaïque de souvenirs oubliés ou refoulés. Archéologue de la mémoire, il est en empathie avec ceux qui, au xxe siècle, « ont disparu ou ont été sauvés ».

Jacques Austerlitz, le protagoniste du livre éponyme (trad. P. Charbonneau, Actes Sud, Arles, 2002), a été « sauvé », mais on peut dire aussi qu'il a « disparu ». Pendant longtemps, en effet, il a tout ignoré de ses origines. C'est à la mort de ceux qu'il croit être ses parents, un couple âgé de pasteurs pieux plus enclins à la sévérité qu'à l'amour, que Dafydd Elias apprend la vérité : à son arrivée au pays de Galles, avec l'un des derniers convois d'enfants juifs qui avait réussi à quitter Prague, il a été adopté et dépouillé de son identité. Toutes les traces qui auraient pu lui rappeler sa vie antérieure ont été soigneusement effacées.

Austerlitz rencontre le narrateur dans la « salle des pas perdus » de la gare d'Anvers, où ce dernier s'était rendu « [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : directrice de l'association Les Amis du roi des Aulnes, traductrice

Classification

Pour citer l’article

Nicole BARY, « AUSTERLITZ (W. G. Sebald) - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/austerlitz/