VORARLBERG

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À l'extrémité ouest de l'Autriche, le plus exigu des Länder après Vienne, le Vorarlberg (2 601 km2) est cependant, de loin, le plus dynamique. Sa population était de 360 200 habitants en 2004. Le Land a su faire preuve d'un dynamisme et d'un esprit d'entreprise qui ont fait de lui le champion de l'industrie et du tourisme. Les quatre souverainetés féodales, isolées à l'ouest des pays autrichiens, « devant l'Arlberg », ont été rattachées entre 1376 et 1765 à l'Empire des Habsbourg et, jusqu'en 1918, puis encore entre 1938 et 1945, placées sous l'autorité du Tyrol, avant de devenir un des États de la République fédérale. Trois grands ensembles se partagent le territoire.

Autriche : carte administrative

Carte : Autriche : carte administrative

Carte administrative de l'Autriche. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

La plaine alluviale du Rhin, sur la rive droite du fleuve, longtemps menacée par des inondations, est, au pied du versant est, ourlée de villages enfouis dans les vergers et les vignes. Mais c'est l'industrie qui a été responsable des fortes densités et de l'activité de la capitale économique et principal centre urbain, Dornbirn (46 000 hab. en 2007), réputée pour sa production de tissus imprimés et synthétiques — une industrie en déclin, toutefois. Le Rheintal débouche sur le lac de Constance par une étroite façade, commandée par Bregenz, capitale administrative (27 100 hab. en 2006), cité médiévale, centre d'industries, de trafic et de tourisme.

Dans la partie orientale du Vorarlberg, la montagne étend graduellement son emprise. Au nord, la liaison avec la Bavière se fait par la forêt de Bregenz (Bregenzerwald), moyen pays de collines calcaires, mollassiques et morainiques. Ce pays humide et frais, qui ne dépasse pas 900 mètres, est voué à l'élevage laitier. Le Kleine Walsertal, affluent de l'Iller, est enclavé dans l'espace douanier allemand.

L'axe principal est constitué par la vallée de l'Ill. Elle descend du haut massif englacé de la Silvretta (3 312 m). La section supérieure est le Montafon, de peuplement ancien rhéto-romanche, comme celui des Grisons. Autour de sa petite capitale de Schruns, c'est une cellule montagnarde active. On y tisse le loden, on y pratique le tourisme et l'élevage de la race bovine brune. Les centrales hydroélectriques exportent largement leur production dans le sud-ouest de l'Allemagne et jusque dans la Ruhr. À Bludenz (14 800 hab.), le Montafon conflue avec le Klostertal, en direction de l'Arlberg, et plus en aval débouche la vallée pastorale et forestière du Grosswalsertal. La basse vallée de l'Ill, ou Walgau, est branchée sur le Rheintal. C'est un bassin à fond plat, très abrité et encaissé entre des reliefs qui le dominent de 2 000 mètres. Le fœhn réchauffe fortement le climat et permet la culture de la vigne et des céréales. Mais, comme dans la plaine rhénane, c'est l'industrie qui est l'activité de base et qui fait la prospérité de Feldkirch (31 900 hab. en 2007).

La jonction entre le Vorarlberg et le Tyrol, entre les bassins hydrographiques du Rhin et du Danube, a été longtemps précaire, au long de la rude vallée du haut Klostertal, jusqu'au col et au tunnel ferroviaire de l'Arlberg, long de 10 270 mètres. Le tunnel routier de l'Arlberg (14 km) a facilité les communications vers Innsbruck. Le fort enneigement a fait le succès d'un groupe de stations de ski : Stuben, Zürs, Lech, Sankt Anton am Arlberg et Sankt Christoph am Arlberg.

Le Vorarlberg a longtemps tourné le dos au reste des États autrichiens. Son originalité réside dans ses affinités avec la Suisse, à laquelle il aurait voulu s'unir, en 1919 ; dans le domaine ethnique, tout d'abord, avec son peuplement rhétique, qui a subi les invasions alémaniques dont la plus singulière est celle des Walser, venus, aux xiiie et xive siècles, de la région du Saint-Gothard ; dans sa structure économique, ensuite, qui est caractérisée essentiellement par l'activité touristique et par une forte industrialisation ; la forêt et les prairies et alpages jouent un rôle non négligeable alors que les cultures sont insignifiantes. Le Land a le taux de salariés industriels le plus élevé d'Autriche après la région de Vienne ; il détient le plus gros potentiel du textile, suivi par la métallurgie dif [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  VORARLBERG  » est également traité dans :

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 064 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Le régime parlementaire »  : […] Le Parlement autrichien se compose de deux Chambres, le Conseil national ( Nationalrat ), élu au suffrage universel direct, et le Conseil fédéral ( Bundesrat ), représentant les neuf provinces fédérales ( Bundesländer ). Le Conseil national compte 183 députés et le Conseil fédéral 58 représentants ; une législature du Conseil national, d’une durée de quatre ans jusqu’en 2008, est de cinq ans depu […] Lire la suite

Les derniers événements

20 septembre 2009 Autriche. Réélection des conservateurs dans le Vorarlberg

À l'issue de l'élection régionale dans le Vorarlberg (ouest du pays), le Parti populaire (Ö.V.P., chrétien-social), qui obtient 50,8 p. 100 des suffrages, conserve le pouvoir au Parlement régional, malgré la forte poussée du Parti libéral (F.P.Ö., nationaliste et xénophobe, 25,2 p. 100 des voix, soit deux fois plus qu'au scrutin de 2004) qui devient la deuxième force politique au Parlement régional, loin devant les Verts (10,4 p. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul GUICHONNET, « VORARLBERG », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vorarlberg/