VIRUS GÉANTS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Mimivirus et Megavirus

Mimivirus et Megavirus
Crédits : IGS, CNRS UMR 7256

photographie

Réplication de Mimivirus

Réplication de Mimivirus
Crédits : IGS, CNRS UMR 7256

photographie

Mimivirus

Mimivirus
Crédits : IGS, CNRS UMR 7256

photographie

Multiplication d'un mégavirus à partir de sa « graine »

Multiplication d'un mégavirus à partir de sa « graine »
Crédits : IGS, CNRS UMR 7256

photographie


Mimivirus, le premier virus géant qualifié comme tel, a été isolé par Tim Rowbotham en 1992 dans une tour de refroidissement à Bradford, près de Leeds au Royaume-Uni. Initialement pris pour un nouveau type de bactérie parasite intracellulaire, sa nature virale n'a été suspectée qu'en 2003, puis confirmée par le séquençage et l'analyse de l'ADN de son génome, long de plus d'un million de nucléotides, en 2004. Facilement visibles au microscope optique, ces particules virales ont un diamètre de l'ordre de 0,7 micromètre, similaire à celui d'un mycoplasme. On découvre maintenant que de tels virus ne sont pas rares, en particulier dans les milieux aquatiques. Le dernier en date, Megavirus chilensis, découvert sur les côtes chiliennes, possède un nombre record de gènes (1 260), ce qui le place largement au-delà de la complexité génétique de nombreuses bactéries. L'existence de tels monstres force à se replonger dans la définition même d'un virus, et engendre des interrogations iconoclastes sur leur origine évolutive. Certains auteurs ont été jusqu'à émettre l'hypothèse qu'ils pourraient être les seuls héritiers d'un type cellulaire aujourd'hui disparu (un quatrième domaine du vivant), dont les gènes n'ont pu survivre qu'à travers le parasitisme des cellules d'un des trois autres domaines du vivant, les eucaryotes.

Par définition, les virus se doivent d'être petits

La notion de taille est centrale dans la définition des virus depuis la découverte du premier d'entre eux en 1892. C'est en effet l'année même du jubilé triomphal de Louis Pasteur à la Sorbonne, que Dimitri Ivanovski, professeur à l'université de Saint-Pétersbourg, fait le premier accroc à la « théorie des germes » proposée par Pasteur en 1878. Ivanovski découvre que l'agent de la maladie de la mosaïque du tabac n'est pas retenu par le filtre en porcelaine mis au point [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  VIRUS GÉANTS  » est également traité dans :

ROUXIELLA CHAMBERIENSIS

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 293 mots

En décembre 2013, trois nourrissons grands prématurés décédaient à l’hôpital de Chambéry. Un quatrième, également infecté, devait survivre. Très rapidement, les enquêteurs s’orientent vers une contamination des poches de nourriture parentérale utilisées pour alimenter ces nourrissons. La cellule d’intervention d’urgence de l’Institut Pasteur y retrouve une bactérie inconnue, présente en grande qua […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rouxiella-chamberiensis/#i_54579

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Michel CLAVERIE, Chantal ABERGEL, « VIRUS GÉANTS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/virus-geants/