VILLA, histoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La Renaissance

Le développement de la demeure aristocratique à la campagne : villa, country house, maison des champs, etc., est commun à tous les pays occidentaux, mais le phénomène a longtemps été dominé par le souvenir de la villa romaine. Les écrits des deux Pline et de Vitruve, les résultats d'innombrables fouilles archéologiques permettent d'apprécier l'importance de ces demeures au sein d'exploitations agricoles souvent considérables ; leur fonction de résidence comporte une résonance culturelle et morale souvent explicitée par un décor approprié de peintures (ou de mosaïques) et de statues.

À partir du haut Moyen Âge, ce sont les monastères qui héritent de la formule. Mais, avec le développement urbain des xive et xve siècles, le retour à la villa, symbole et moyen d'une vie plus authentique, s'impose irrésistiblement. Son développement ne se comprendrait pas sans l'idéologie du locus amœnus, de l'asile bucolique, calme et studieux, remise en honneur par Pétrarque et reprise après lui par presque tout l'humanisme italien puis européen. On assiste en même temps à la parution de traités définissant les fonctions de la villa : Crescenzi (Opus ruralium commodorum, seconde moitié du xive siècle), Alberti (Della famiglia, 1437), et à l'élaboration incessante de nouveaux modèles. Autour de 1460, les « manoirs des champs » du roi René en Anjou, en brique et pierre, sont la version française des delizie multipliées par la famille d'Este autour de Ferrare et par les Médicis en Toscane. Jardins, vergers, eaux vives et terrasses enveloppent des bâtiments relativement simples dont, dans une première phase, tout élément défensif n'a pas disparu.

L'étape suivante, vers la fin du xve siècle, voit une évolution très nette vers une composition plus inventive mais intégrant des éléments antiques, plus libre mais attentive à la symétrie et à la netteté des volumes, avec un décor situé et calibré avec précision, le tout ouvrant toujours sur les jardins. Deux types apparaissent, l'un formant bloc (Poggio a Caiano, en Toscane), l'autre ouvert à l'intérieur, celui de Poggio Reale dans la banlieue de Naples, où un cortile à arcades offre, à l'intérieur, un cadre de fête (vers 1490). C'est la formule du casino par opposition à celle de la villa-château. Toutes deux ont retenu l'attention des envahisseurs français et exerceront, surtout la villa napolitaine, une action notable sur l'évolution du château des bords de la Loire et de l'Île-de-France. Mais l'adoption de la formule légère et attrayante de la villa est gênée par la tradition du château français qui implique une grande structure : seuls des pavillons, comme la « Maison blanche » édifiée au milieu d'un bassin dans le parc de Gaillon (vers 1560), ou le « Grand Jardin » élevé au pied du vieux château de Joinville (1546), correspondent, avec leur ordonnance à l'antique et leurs riches ornements, à la notion nouvelle de la villa. Mais la tendance sera plutôt en France d'exagérer les fioritures du décor, par exemple dans les « villas-grottes » à Meudon, à Saint-Germain-en-Laye, en soulignant la vocation du divertissement plutôt que celle du repos studieux. La villa en France n'existera qu'en marge du château : le dernier mot, en ce sens, sera le pavillon de Trianon par Gabriel en bordure du parc de Versailles.

Villa de Laurent de Médicis, Poggio a Caiano

Photographie : Villa de Laurent de Médicis, Poggio a Caiano

Villa de Laurent de Médicis, Poggio a Caiano (Italie). Architecte : Giuliano da Sangallo. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

La situation était très différente en Italie où la pratique de l'Antiquité romaine pouvait revivre dans le cadre de la société aristocratique de la Renaissance. Aux expériences florentines, qui n'évolueront guère, succèdent les initiatives remarquables de la Farnésine par Peruzzi, au bord du Tibre, corps de bâtiment en U relativement simple valorisé par le décor peint (1508-1511), puis, entre autres, la villa du cardinal Jules de Médicis nommée plus tard villa Madame, où, sous la direction de Raphaël et de Jules Romain, le modèle antique est consciemment adapté au nouveau programme (à partir de 1520). La loge décorée fait maintenant partie intégrante de la définition de la villa (à partir de 1540), et on la retrouve, servant de galerie d'exposition pour la collection d'antiques, à la villa Médicis sur le Janicule. Complément du palazzo urbain, associée aux ombrages et au charme d'un parc, souvent aménagé en terrasses, sur lequel elle est ouverte, la villa romaine trouve son accomplissement autour de Rome, avec l'extraordinaire orchestration du site et de l'architecture de fantaisie (mais habitable) de la villa d'Este à Tivoli par Pirro Ligorio (1550), la villa Giulia par Vignole, Ammannati (à partir de 1563). La tradition en sera maintenue tout au long du xviie siècle.

Villa Farnésine, Rome

Photographie : Villa Farnésine, Rome

Villa Farnésine, Rome. Architecte : Baldassare Peruzzi. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Décor en trompe l'œil, villa Farnésine, Rome

Photographie : Décor en trompe l'œil, villa Farnésine, Rome

Villa Farnésine, Rome, salle des Perspectives. Décor en trompe l'œil de Baldassare Peruzzi. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Villa Giulia, Rome

Photographie : Villa Giulia, Rome

Villa Giulia, Rome. Architectes : Giorgio Vasari, Vignole et Bartolomeo Ammannati. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Le même type d'édifice se retrouve, avec des variantes locales, dans toutes les provinces. Mais c'est en Vénétie qu'a lieu le développement le plus spectaculaire. Après les expériences de Falconetto (villa des Évêques à Luvigliano à partir de 1534) et de Sanmicheli, un concours de circonstances assez exceptionnel, lié à la politique par le rôle des grandes familles et à l'économie par les travaux d'assainissement des campagnes et la relance de l'agriculture, permit la réussite des entreprises de Palladio. Pénétré de l'étude de Vitruve, l'architecte assoit fortement la demeure dans le site qu'il traite comme un complément de l'édifice. De la villa de Cricoli (env. 1535) à la Malcontenta (env. 1560) et à la villa de Santa Sofia (env. 1568), une étonnante variété de solutions est proposée, qui constitue un répertoire destiné à avoir en Italie même un retentissement prolongé, et des échos assez explicites en Europe centrale.

Villa Rotonda, Vicence, Vénétie, A. Palladio

Photographie : Villa Rotonda, Vicence, Vénétie, A. Palladio

La Villa Rotonda (Vicence, Vénétie), construite par Andrea Palladio en 1566-1570, est articulée autour d'une rotonde centrale avec quatre façades identiques donnant chacune sur un des points cardinaux. 

Crédits : De Agostini/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Villa des Mystères, Pompéi

Villa des Mystères, Pompéi
Crédits : Justin Ennis/ Flickr ; CC-BY 2,0

photographie

Thermes de la villa de Piazza Armerina

Thermes de la villa de Piazza Armerina
Crédits : Index/ Bridgeman Images

photographie

Canope de la villa Hadriana, Tivoli, 1

Canope de la villa Hadriana, Tivoli, 1
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Villa de Laurent de Médicis, Poggio a Caiano

Villa de Laurent de Médicis, Poggio a Caiano
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 8 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  VILLA, histoire  » est également traité dans :

ANTIQUITÉ - L'Antiquité tardive

  • Écrit par 
  • Noël DUVAL
  •  • 4 295 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Formes et goûts nouveaux »  : […] L'architecture reste directement tributaire de l' Antiquité, mais des villes et des quartiers nouveaux naissent ou se développent, notamment là où réside l'empereur. Parmi les palais du iv e siècle, seul celui de Trèves (avec peut-être celui de Thessalonique dont l'identification reste incertaine) a laissé des vestiges significatifs, et notamment la « basilique » à nef unique se terminant par un […] Lire la suite

GAULE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE, 
  • Jean-Jacques HATT
  •  • 26 412 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'agriculture »  : […] L'agriculture semble avoir été, en Gaule romaine, la source la plus importante et la plus stable des revenus. Le fait saillant qui domine la transformation de la vie agraire en Gaule est une certaine extension de la moyenne et grande propriété individuelle. Le fundus , domaine foncier appartenant à un particulier, comprend en principe toutes les terres nécessaires à la ferme qui vit en économie fe […] Lire la suite

PALÉOCHRÉTIEN ART

  • Écrit par 
  • François BARATTE, 
  • Françoise MONFRIN, 
  • Jean-Pierre SODINI
  •  • 13 552 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'habitat privé »  : […] Grâce aux découvertes archéologiques faites, depuis les années 1970, l'habitat privé est mieux connu, même si une typologie régionale paraît encore difficile à établir. La première caractéristique est le luxe et l'importance des villae ou «  palais ». Que ce soient des résidences impériales, dont les plans fragmentaires apparaissent à Constantinople, à Rhegion, dans la banlieue européenne d'Ista […] Lire la suite

PIERRE DE CORTONE (1596-1669)

  • Écrit par 
  • Giuliano BRIGANTI, 
  • Claude MIGNOT
  •  • 3 230 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Formation, premières œuvres »  : […] En architecture comme en peinture, le milieu familial, Commodi, Ciarpi ne jouèrent qu'un rôle mineur ; Cortone fit son apprentissage en copiant les édifices de la Rome antique et moderne. Les contacts avec les cercles académiques, la maison Sacchetti et Cassiano del Pozzo le familiarisèrent avec la tradition maniériste, la culture néo-platonicienne et les problèmes archéologiques. De 1623 et 1624 […] Lire la suite

RURALE CIVILISATION

  • Écrit par 
  • Emmanuel LE ROY LADURIE
  •  • 14 398 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le bœuf et l'araire »  : […] Néanmoins, l'histoire des civilisations rurales n'est pas seulement, il s'en faut de beaucoup, constituée par une dialectique du maître et du serf. Un coup d'œil d'ensemble sur la stratigraphie temporelle de notre objet distingue immédiatement une autre innovation d'importance : c'est l'araire, machine à labourer, flanquée du bœuf de traction, sans lequel la technique aratoire est inconcevable. V […] Lire la suite

VIGNOLE, ital. JACOPO BAROZZI DA VIGNOLA (1507-1573)

  • Écrit par 
  • Renée PLOUIN
  •  • 439 mots
  •  • 1 média

Architecte italien. Jacopo Barozzi, dit Vignole, reçoit sa première formation d'architecte à Bologne, où il a peut-être été l'élève de Serlio. À Rome, il fréquente le cercle des Sangallo et se met à l'étude des monuments antiques. On le trouve ensuite au côté de Primatice à Fontainebleau, occupé sans doute à réaliser des fontes d'après l'antique. De retour en Italie, Vignole participe au concours […] Lire la suite

VILAIN

  • Écrit par 
  • Françoise MOYEN
  •  • 89 mots

Le terme « vilain » dérive du bas latin villicus  : homme semi-libre attaché à une « villa », grande exploitation gallo-romaine. Ce fut, pendant tout le Moyen Âge, le nom du villageois ou paysan libre. Cependant, il se chargea au cours des siècles de tout le mépris que les seigneurs et même les bourgeois éprouvaient pour les populations rurales, jusqu'à prendre le sens usuel que nous lui connaisso […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

André CHASTEL, Robert FOLZ, Gilbert-Charles PICARD, « VILLA, histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/villa-histoire/