VILLA, histoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Villa des Mystères, Pompéi

Villa des Mystères, Pompéi
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Thermes de la villa de Piazza Armerina

Thermes de la villa de Piazza Armerina
Crédits : Index/ Bridgeman Images

photographie

Canope de la villa Hadriana, Tivoli, 1

Canope de la villa Hadriana, Tivoli, 1
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Villa de Laurent de Médicis, Poggio a Caiano

Villa de Laurent de Médicis, Poggio a Caiano
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Tous les médias


La villa carolingienne

Le domaine romain prit à la fin de l'Antiquité une structure bipartite, l'une continuant à être soumise au faire-valoir direct par des esclaves, l'autre formée de tenures dont les exploitants furent contraints à collaborer à la mise en valeur de la première par des prestations de travail gratuit ou corvées. La villa carolingienne se présente soit comme fragment d'une grande fortune foncière, soit comme possession unique d'un propriétaire. Les bouleversements politiques et économiques ont amené le regroupement de populations moins favorisées autour de villas, étendant son domaine au groupe de maisons qui lui sont adossées. Ainsi, correspondant souvent à un village, voire à un groupe de villages, sans nécessairement en recouvrir tout le terroir, sa superficie peut varier de moins de cent à quelques milliers d'hectares. Son élément principal, le domaine (ou réserve), est la partie directement exploitée par le maître ou seigneur (ecclésiastique ou laïc). Géré depuis la curtis (maison du régisseur entourée de bâtiments d'exploitation), il comprend des étendues importantes de terres arables, des prés, des vignes, des bois et des friches. Au domaine sont rattachées de petites exploitations, les manses, tenues par des esclaves (dont la condition évolue lentement vers le servage) et des colons qui, bien que juridiquement libres, sont étroitement dépendants de leur maître et dont les manses ont été soit incorporés au domaine, soit créés de toutes pièces par les propriétaires. Esclaves « chasés » et colons doivent à leur seigneur des redevances en nature et en argent, mais sont astreints surtout à de très lourdes corvées sur la réserve, qu'ils mettent ainsi en valeur avec les valets ruraux, esclaves dépourvus de tenure.

Si telle est dans ses grandes lignes la structure classique de la villa, comme on peut l'observer par exemple dans la région parisienne, il s'en faut de beaucoup que cette esquisse corresponde entièrement et toujours aux réalités qu'on découvre dans les sources. Contenance fort variable des manses, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  VILLA, histoire  » est également traité dans :

ANTIQUITÉ - L'Antiquité tardive

  • Écrit par 
  • Noël DUVAL
  •  • 4 294 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Formes et goûts nouveaux »  : […] L'architecture reste directement tributaire de l' Antiquité, mais des villes et des quartiers nouveaux naissent ou se développent, notamment là où réside l'empereur. Parmi les palais du iv e siècle, seul celui de Trèves (avec peut-être celui de Thessalonique dont l'identification reste incertaine) a laissé des vestiges significatifs, et notammen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiquite-l-antiquite-tardive/#i_17271

GAULE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE, 
  • Jean-Jacques HATT
  •  • 26 409 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'agriculture »  : […] L'agriculture semble avoir été, en Gaule romaine, la source la plus importante et la plus stable des revenus. Le fait saillant qui domine la transformation de la vie agraire en Gaule est une certaine extension de la moyenne et grande propriété individuelle. Le fundus , domaine foncier appartenant à un particulier, comprend en principe toutes les terres nécessaires à la ferme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaule/#i_17271

PALÉOCHRÉTIEN ART

  • Écrit par 
  • François BARATTE, 
  • Françoise MONFRIN, 
  • Jean-Pierre SODINI
  •  • 13 547 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'habitat privé »  : […] Grâce aux découvertes archéologiques faites, depuis les années 1970, l'habitat privé est mieux connu, même si une typologie régionale paraît encore difficile à établir. La première caractéristique est le luxe et l'importance des villae ou «  palais ». Que ce soient des résidences impériales, dont les plans fragmentaires apparaissent à Constantinople, à Rhegion, dans la banl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-paleochretien/#i_17271

PIERRE DE CORTONE (1596-1669)

  • Écrit par 
  • Giuliano BRIGANTI, 
  • Claude MIGNOT
  •  • 3 229 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Formation, premières œuvres »  : […] En architecture comme en peinture, le milieu familial, Commodi, Ciarpi ne jouèrent qu'un rôle mineur ; Cortone fit son apprentissage en copiant les édifices de la Rome antique et moderne. Les contacts avec les cercles académiques, la maison Sacchetti et Cassiano del Pozzo le familiarisèrent avec la tradition maniériste, la culture néo-platonicienne et les problèmes archéologiques. De 1623 et 1624 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-de-cortone/#i_17271

RURALE CIVILISATION

  • Écrit par 
  • Emmanuel LE ROY LADURIE
  •  • 14 397 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le bœuf et l'araire »  : […] Néanmoins, l'histoire des civilisations rurales n'est pas seulement, il s'en faut de beaucoup, constituée par une dialectique du maître et du serf. Un coup d'œil d'ensemble sur la stratigraphie temporelle de notre objet distingue immédiatement une autre innovation d'importance : c'est l'araire, machine à labourer, flanquée du bœuf de traction, sans lequel la technique aratoire est inconcevable. V […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/civilisation-rurale/#i_17271

VIGNOLE, ital. JACOPO BAROZZI DA VIGNOLA (1507-1573)

  • Écrit par 
  • Renée PLOUIN
  •  • 438 mots
  •  • 1 média

Architecte italien. Jacopo Barozzi, dit Vignole, reçoit sa première formation d'architecte à Bologne, où il a peut-être été l'élève de Serlio. À Rome, il fréquente le cercle des Sangallo et se met à l'étude des monuments antiques. On le trouve ensuite au côté de Primatice à Fontainebleau, occupé sans doute à réaliser des fontes d'après l'antique. De retour en Italie, Vignole participe au concours […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vignole-ital-jacopo-barozzi-da-vignola/#i_17271

VILAIN

  • Écrit par 
  • Françoise MOYEN
  •  • 89 mots

Le terme « vilain » dérive du bas latin villicus  : homme semi-libre attaché à une « villa », grande exploitation gallo-romaine. Ce fut, pendant tout le Moyen Âge, le nom du villageois ou paysan libre. Cependant, il se chargea au cours des siècles de tout le mépris que les seigneurs et même les bourgeois éprouvaient pour les populations rurales, jusqu'à prendre le sens usuel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vilain/#i_17271

Voir aussi

Pour citer l’article

Gilbert-Charles PICARD, Robert FOLZ, André CHASTEL, « VILLA, histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/villa-histoire/