VIGNOLE, ital. JACOPO BAROZZI DA VIGNOLA (1507-1573)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Architecte italien. Jacopo Barozzi, dit Vignole, reçoit sa première formation d'architecte à Bologne, où il a peut-être été l'élève de Serlio. À Rome, il fréquente le cercle des Sangallo et se met à l'étude des monuments antiques. On le trouve ensuite au côté de Primatice à Fontainebleau, occupé sans doute à réaliser des fontes d'après l'antique. De retour en Italie, Vignole participe au concours pour la façade de San Petronio de Bologne. À partir de 1546, il est au service du pape Jules III, achève pour lui la villa Giulia en collaboration avec Vasari et élève, sur la via Flaminia, la petite église dédiée à saint André (1550-1553), en se servant de formes géométriques pures, dépouillées de tout décor. À partir de 1566, il édifie à Bagnaia la villa Lante dont il dessine également les jardins. Vignole donne ensuite les plans de l'église du Gesù (1568-1573) qui subira quelques transformations lorsque Giacomo della Porta construira la façade. À une époque où triomphe la Contre-Réforme, l'architecte parvient à donner à cette église des Jésuites une grandeur qui tient à ses seules proportions, sans aucun recours au décor. Un siècle plus tard, la peinture transformera totalement le sanctuaire.

Villa Giulia, Rome

Villa Giulia, Rome

photographie

Villa Giulia, Rome. Architectes : Giorgio Vasari, Vignole et Bartolomeo Ammannati. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Les quinze dernières années de sa vie seront occupées par la transformation pour les Farnese de la forteresse de Caprarola en villa de plaisance. Il organise, à l'intérieur du bâtiment pentagonal, une magnifique cour ronde à portique, et par un jeu d'escaliers intègre l'ensemble aux vastes jardins. Vignole donne encore des plans pour Sainte-Marie-des-Anges à Assise. Nommé architecte de Saint-Pierre, à la mort de Michel-Ange, il ne réalisera rien de très important dans la basilique pontificale. Sollicité par Philippe II, il envoie à Madrid des plans pour l'église de l'Escorial. Vraisemblablement sous l'influence de Peruzzi, Vignole a mesuré et étudié les monuments de l'ancienne Rome, cherchant à retrouver les règles qui régissaient l'architecture antique. Il a consigné les résultats de ses réflexions dans un Traité sur les cinq ordres d'architecture (Trattato sulle regole delle cinque ordini dell'architettura) publié en 1562. C'est là son principal titre de gloire, qui lui valut d'être considéré pendant le xviie et le xviiie siècle comme le législateur de l'architecture. L'engouement du xixe siècle pour les styles roman et gothique fera, au contraire, négliger son œuvre construit.

—  Renée PLOUIN

Écrit par :

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification


Autres références

«  VIGNOLE, ital. JACOPO BAROZZI DA VIGNOLA (1507-1573)  » est également traité dans :

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - L'architecte

  • Écrit par 
  • Florent CHAMPY, 
  • Carol HEITZ, 
  • Roland MARTIN, 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 16 573 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'architecte démiurge »  : […] Dès le milieu du xvi e siècle, en Italie d'abord, puis dans tous les pays gagnés par l'humanisme, la position sociale de l'architecte est bien affirmée. Que l'on pense par exemple à Philibert de l'Orme faisant graver son portrait en frontispice du Premier Tome de l'architecture (1567). Il est remarquable de voir l'architecture bénéficier, dès l'origine de l'invention de l'imprimerie, du principa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-themes-generaux-l-architecte/#i_17583

JÉSUITE ART

  • Écrit par 
  • Pierre CHARPENTRAT
  •  • 2 287 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Y a-t-il un style jésuite ? »  : […] La part une fois faite à une mythologie pittoresque et singulièrement vivace, le séculaire écheveau politico-littéraire tant bien que mal dénoué, ou du moins dénoncé, reste un vrai problème. Car la Compagnie, c'est un fait, a joué un rôle énorme pendant toute cette époque d'intense construction religieuse que fut l'époque de la Contre-Réforme. Les églises bâties directement par elle se comptent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-jesuite/#i_17583

MANIÉRISME

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN, 
  • Marie-Alice DEBOUT
  •  • 10 194 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « L'escalier »  : […] Certains thèmes, comme celui de l'escalier, ont donné lieu à des variations pleines d'imagination. À l'intérieur de l'église de Santa Trinità de Florence (1574-1576), Bernardo Buontalenti avait créé un accès théâtral et insolite vers l'autel (aujourd'hui à Santo Stefano de Florence). À la villa Farnèse de Caprarola (dont le soubassement rappelle qu'elle fut d'abord conçue comme une forteresse par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manierisme/#i_17583

ORDRES, architecture

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Claude MIGNOT, 
  • Éliane VERGNOLLE
  •  • 13 398 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Redécouverte des ordres antiques et règles modernes »  : […] Le système moderne des ordres résulte d'un compromis entre les prescriptions de Vitruve, l'étude des monuments romains et la recherche de règles idéales, compromis dont la lente élaboration justifie l'appellation « première renaissance » donnée à sa première phase, dont les avatars caractérisent l'effort de normalisation du xvi e  siècle, et qui se stabilise au xvii e autour de deux ou trois règl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordres-architecture/#i_17583

PROPORTION

  • Écrit par 
  • Philippe BOUDON, 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 8 241 mots

Dans le chapitre « Proportion et mise à distance »  : […] Il y a peut-être lieu, en dernière analyse, de mettre en question le sens des échecs, discrets et répétés, des esthétiques mathématiques, c'est-à-dire de l'ensemble discursif qui comprend la formation du concept de proportion (avec ses attaches symboliques), son application au déchiffrement du beau et la compétition subséquente de théories qui s'y rapportent. La proportion en est l'argument primor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proportion/#i_17583

Pour citer l’article

Renée PLOUIN, « VIGNOLE, ital. JACOPO BAROZZI DA VIGNOLA (1507-1573) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vignole-ital-jacopo-barozzi-da-vignola/