VIEILLISSEMENT COGNITIF

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La psychologie du vieillissement cognitif est cette partie de la psychologie qui cherche à comprendre comment évoluent nos capacités intellectuelles au fur et à mesure que nous avançons en âge. Les recherches essaient de caractériser le vieillissement dit « normal », mais aussi le vieillissement pathologique (par ex. la maladie d’Alzheimer).

Les chercheurs travaillant sur le vieillissement cognitif conduisent des expériences scientifiques leur permettant de comprendre quels sont les mécanismes intellectuels qui se détériorent avec l’âge et quels sont ceux qui restent stables, voire s’améliorent. Les fonctions intellectuelles étudiées concernent des fonctions aussi générales que la mémoire, l’attention, le raisonnement, la prise de décision, la résolution de problèmes, le langage et des fonctions aussi spécifiques que l’orientation spatiale, le calcul mental ou bien encore le jeu d’échecs ou la dactylographie.

Deux types de résultats majeurs sont à retenir des recherches en vieillissement cognitif. D’abord, la plupart de nos capacités intellectuelles déclinent avec l’âge. Certaines diminuent plus que d’autres (ainsi, l’attention et la mémoire déclinent plus que le raisonnement ou la prise de décision). Certaines capacités diminuent très tôt (par ex., la flexibilité attentionnelle diminue dès seize ans) ; d’autres ne diminuent pas avant cinquante ou soixante ans (comme le raisonnement déductif) ; d’autres enfin commencent à diminuer après quatre-vingts ou quatre-vingt-dix ans (par ex. le langage), voire ne diminuent jamais. Puis, quand le vieillissement entraîne une diminution des performances dans un domaine cognitif, cette diminution est d’autant plus importante que la tâche est complexe. Ainsi, les personnes âgées ont plus de mal à mémoriser une liste de mots abstraits qu’une liste de mots concrets, même si les deux listes comportent le même nombre de mots. Ainsi encore, le vieillissement entraîne un déclin des performances cognitives moins important sur un raisonnement portant sur deux plutôt que sur trois prémisses. Dans tous les domaines de la cognition, la plupart des opérations mentales mises en œuvre pour accomplir une tâche sont ralenties. Ce ralentissement peut aller jusqu’à 70 p. 100 chez certaines personnes et (ou) pour certaines activités intellectuelles.

Par ailleurs, au cours du vieillissement, on observe de très grandes différences individuelles. D’une part, des différences intra-individuelles caractérisent le fait qu’un même individu peut connaître un déclin cognitif accentué dans un ou plusieurs domaines, tandis qu’il aura des performances stables dans d’autres domaines. D’autre part, des différences interindividuelles apparaissent lorsque, toutes choses égales par ailleurs, certaines personnes connaissent un déclin très important et (ou) très précoce (dans un ou plusieurs domaines cognitifs), tandis que d’autres restent cognitivement alertes jusque très tard dans leur vie. Les raisons sous-jacentes à ces différences sont encore mal connues, comprenant aussi bien des facteurs de qualité de vie, d’histoire personnelle, de niveau de formation intellectuelle initiale, que des facteurs biologiques (comme l’hérédité ou l’efficacité physiologique du fonctionnement cérébral) et de santé. En effet, les individus ayant fréquenté plus longtemps l’école, vivant une vie relativement saine (nourriture, sommeil, sport), ayant une activité socioculturelle et un travail intellectuellement stimulants ont tendance à avoir un moindre déclin cognitif lié à l’âge (voire une préservation).

Les travaux effectués dans les années 2010 suggèrent que les personnes qui vieillissent bien ont d'importantes réserves cognitives, potentialisées notamment par des facteurs comme une scolarisation initiale prolongée, une activité professionnelle, des loisirs stimulants. Ces personnes connaissant un vieillissement dit « réussi » ont tendance aussi à utiliser de nombreux mécanismes de compensation pour faire face au vieillissement. Ces mécanismes font l'objet tantôt d'une lecture psychologique (utilisation de stratégies mentales plus faciles à mettre en œuvre), tantôt d'une interprétation physiologique (mobilisation de zones cérébrales supplémentaires pour accomplir une tâche cognitive que n'utilisent pas d'autres personnes âgées). Il appartiendra aux recherches conduites au cours du xxie siècle d'établir dans quelle mesure c'est la mobilisation d'aires cérébrales supplémentaires qui permet le déploiement de stratégies alternatives ou si ces deux phénomènes ne sont pas nécessairement associés.

Avec la pathologie, les effets du vieillissement se trouvent amplifiés. Ainsi, les patients atteints de la maladie d’Alzheimer ont d’importants troubles de la mémoire, dès le début de la maladie. Il existe de nombreuses démences liées au vieillissement, chacune caractérisée par un profil d’évolution cognitive spécifique.

Enfin, de nombreuses recherches permettent de conclure qu’avec un programme de stimulation cognitive adéquat il est possible de maintenir un fonctionnement cognitif approprié au cours du vieillissement normal et de freiner un peu sa dégradation dans la démence. Ainsi, certaines études ont montré qu’une personne âgée au vieillissement réussi pouvait entraîner sa mémoire pendant un an et, grâce à cet entraînement, récupérer jusqu’à plus de 50 p. 100 de ses capacités mnésiques perdues sous l’effet du vieillissement. La plupart des autres fonctions cognitives peuvent également être stimulées. Ces effets bénéfiques de l’entraînement cognitif résultent d’une caractéristique fondamentale du cerveau, à savoir la plasticité cérébrale et cognitive. Cette plasticité, même si elle est plus importante au cours de l’enfance et chez les adultes jeunes, existe jusqu’au bout de notre vie. Elle existe aussi, dans des proportions moindres, même si l’on est frappé d’une démence.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur des Universités, membre de l'Institut universitaire de France

Classification

Autres références

«  VIEILLISSEMENT COGNITIF  » est également traité dans :

AUTORÉFÉRENCE ET MÉMOIRE

  • Écrit par 
  • Serge BRÉDART
  •  • 844 mots

L’effet de l’autoréférence sur la mémoire désigne le fait que les informations relatives à soi sont mieux mémorisées que les informations relatives à autrui. La procédure classique qui a permis la mise en évidence de cet effet consiste à présenter des adjectifs décrivant des traits de personnalité (par exemple, « généreux », « téméraire ») aux participants qui doivent soit porter un jugement séma […] Lire la suite

MÉMOIRE DE TRAVAIL

  • Écrit par 
  • Pierre BARROUILLET, 
  • Valérie CAMOS
  •  • 2 024 mots

Dans le chapitre « Mémoire de travail, développement et vieillissement »  : […] L’empan en mémoire de travail augmente de manière spectaculaire et beaucoup plus régulière avec l’âge (de moins de 2 items aux alentours de quatre ans à 6, voire 7 ou plus, chez certains adultes) que ne le font les empans simples. Comme la mémoire de travail est par ailleurs conçue comme le cœur du système cognitif en charge de toutes les activités contrôlées, elle s’est vu accorder un rôle essent […] Lire la suite

PSYCHOLOGIE DÉVELOPPEMENTALE DU LIFESPAN

  • Écrit par 
  • Patrick LEMAIRE
  •  • 1 527 mots

Dans le chapitre « L’évolution cognitive »  : […] Au niveau cognitif, les recherches visent à comprendre comment nos capacités se développent au cours de l’enfance et l’adolescence et comment elles déclinent, pour certaines d’entre elles, au cours du vieillissement. Les recherches tentent également de comprendre l’origine des très importantes différences individuelles au niveau de notre intelligence, aussi bien au cours de l’enfance et de l’adol […] Lire la suite

RÉSERVE COGNITIVE

  • Écrit par 
  • Stéphane ADAM, 
  • Catherine GROTZ
  •  • 329 mots

Le concept de réserve cognitive a été proposé pour rendre compte de la plasticité cérébrale du sujet âgé, qui s’exprime sous la forme d’une résistance aux effets du vieillissement ou de pathologies (par ex. Alzheimer) sur le cerveau. La réserve cognitive suggère que le système nerveux central fonctionnera plus longtemps de manière optimale si l’individu présente certaines caractéristiques, en pa […] Lire la suite

Pour citer l’article

Patrick LEMAIRE, « VIEILLISSEMENT COGNITIF », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vieillissement-cognitif/