VALLA LORENZO DELLA VALLE dit IL (1407-1457)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'arrogance et la tradition (1435-1448)

Le paradoxe de la pensée de Valla tient au caractère contradictoire de son concept de la tradition. Comme les grands humanistes héritiers de Pétrarque, il ne manque jamais de revendiquer l'usage (consuetudo) de la langue latine et des Pères de l'Église contre la logique et la théologie scolastiques. Mais, inversement, en valorisant Quintilien contre Cicéron, c'est-à-dire une pédagogie et une codification stylistique contre l'usage réel de la langue, il rompt le contrat humaniste et scandalise ceux qui choisissent sans nuance le droit de l'histoire contre toute norme idéale. Sous la plume de ceux-ci, il est le barbare, et il le leur rend bien : « C'est à peine, à mon avis, si je vois un seul domaine où je ne puisse apporter quelque chose de nouveau » (« Lettre à Tortelli », citée in Camporeale, p. 225) ; « ce que personne ne comprenait, j'ai cru que moi seul je l'avais compris » (« Lettre au cardinal Scarampi », 19 nov. 1443).

En réalité, Valla découvre dans ses lectures d'Ockham et de Paul de Venise, lors du séjour à Pavie, que l'humanisme ne pourra prendre le relais de la conscience critique de la scolastique finissante s'il ne s'appuie que sur la morgue des lettrés de la génération précédente. Loin de replier la conscience philologique sur un culte exclusif de la forme pure, aussi vide en dernière analyse que les jeux logiques auxquels elle prétend apporter remède, Valla propose déjà, comme plus tard Politien dans sa lutte contre le cicéronisme curial, une autre dialectique, ni transcendante ni formaliste, mais réelle, c'est-à-dire capable d'épouser l'historicité des signes à l'âge du déclin des essences. Une telle dialectique sera définie comme un sous-ensemble et un moment de la rhétorique, seul usage concret et accompli des puissances cognitives de la langue. C'est dans cette perspective de relativisation et d'intégr [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : agrégé de philosophie, chargé de recherche au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  VALLA LORENZO DELLA VALLE dit IL (1407-1457)  » est également traité dans :

ANACHRONISME, histoire

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 1 418 mots

Dans le chapitre « Un péché irrémissible »  : […] Faire de l'histoire ce serait d'abord éviter les anachronismes, « erreur qu'on fait dans la supputation des temps », selon Le Dictionnaire universel de Furetière (1687-1691). Pour autant, le lexicographe remarque la fortune encore médiocre d'un terme dont l'origine renvoie au grec tardif mais qui, après de rares mentions médiévales, surgit soudainement vers 1625 en français […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anachronisme-histoire/#i_17859

GRAMMAIRES SPÉCULATIVES

  • Écrit par 
  • Bernard CERQUIGLINI
  •  • 1 212 mots

À la fin du xii e siècle, un tournant s'opère dans la conception européenne des recherches linguistiques. Jusque-là, la grammaire, fondement de la culture médiévale et premier des « arts libéraux », se donnait pour tâche d'enseigner à bien parler et bien écrire (suivant la définition même de Quintilien), c'est-à-dire à maîtriser le latin et à com […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grammaires-speculatives/#i_17859

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Sources et méthodes de l'histoire

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 6 218 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La naissance d'une critique érudite (XVIe-XVIIIe siècles) »  : […] L'acte de naissance d'une critique des sources écrites, qui amorce l'ère des progrès, est indissociable de la critique de la Donation attribuée à Constantin ( De falso credita et ementita Constantini donatione ) que l'humaniste italien Lorenzo Valla rédige depuis la cour du roi de Sicile, Alphonse d'Aragon. Publié autour de 1440, ce texte analyse la source sur laquelle repos […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-histoire-et-historiens-sources-et-methodes-de-l-histoire/#i_17859

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 106 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « La prose latine en Italie (XVe s.) »  : […] Ces écrivains sont rarement clercs comme Aeneas Silvius Piccolomini, auteur d'un roman d'amour et futur Pie II (1405-1464), mais souvent hommes d'État, tels C. Salutati (1331-1406) et L.  Bruni (1370-1444) à Florence, G. Pontano (1426-1503) à Naples ; employés laïques à la curie comme Pogge (1380-1459), L. B.  Alberti (1404-1472), L.  Valla (1407-1457), Platina (1421-1481) ; ou encore professeurs  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/renaissance/#i_17859

Voir aussi

Pour citer l’article

Bruno PINCHARD, « VALLA LORENZO DELLA VALLE dit IL - (1407-1457) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/valla-lorenzo-della-valle-dit-il/