VALLA LORENZO DELLA VALLE dit IL (1407-1457)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le pontificat des mots (1445-1457)

On aura remarqué que la proposition condamnée a été adressée par Valla lui-même au pape Eugène IV. Il y avait de quoi demander une grâce papale. L'attaque contre la vie religieuse dans le De professione reprenait durement une vieille tradition moitié bouffonne, moitié militante du siècle précédent, qui goûtait les grands débats sur les mérites comparés du mariage et de l'entrée en religion. Mais c'est contre une semblable attaque que Thomas d'Aquin était lui-même jadis intervenu dans le Contra pestiferam doctrinam retrahentium homines a religionis ingressu de 1270. Enfin, même si la critique de la Donation de Constantin était un lieu commun du gibelinisme depuis Dante au moins, les armes de la nouvelle philologie et le cruel reproche de trahir les idéaux chrétiens semblaient couper à jamais les liens avec le pape ainsi invectivé : « Puisque tu as cessé de nous être un père, n'oublierions-nous pas, nous aussi, d'être des fils ? ».

Cependant, à partir de 1443, les Aragon se rapprochent de Rome. Surtout, à Eugène IV succède un grand pape humaniste, Nicolas V, le fondateur de la bibliothèque vaticane. Valla peut négocier un retour à Rome dans les meilleures conditions. Mais la menace du procès pour hérésie ne cessera de peser. Des polémiques très violentes vont désormais occuper notre auteur, tout en lui permettant de soigner l'image de l'humanisme nouveau. Les réponses à Bartolomeo Fazio, à Panormita, concurrents directs à Naples et auprès des Aragon, et ensuite à Rome, contre le secrétaire apostolique, Poggio Bracciolini (que Valla contraindra finalement à quitter sa charge), permettent à Valla de faire triompher un renouveau culturel auxquels les cardinaux Bessarion et Nicolas de Cues donnent un appui sans réserve. Contre toute attente, Valla se voit confier un enseignement de rhétorique latine et grecque à Rome, tandis que son prédécesseur, Trapezunzio, préfère partir. En 1448, il est secrétaire apostolique, traducteur du pape (pour Homère et Thucydide) et récompensé par un canonicat à [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : agrégé de philosophie, chargé de recherche au C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  VALLA LORENZO DELLA VALLE dit IL (1407-1457)  » est également traité dans :

ANACHRONISME, histoire

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 1 418 mots

Dans le chapitre « Un péché irrémissible »  : […] Faire de l'histoire ce serait d'abord éviter les anachronismes, « erreur qu'on fait dans la supputation des temps », selon Le Dictionnaire universel de Furetière (1687-1691). Pour autant, le lexicographe remarque la fortune encore médiocre d'un terme dont l'origine renvoie au grec tardif mais qui, après de rares mentions médiévales, surgit soudainement vers 1625 en français et en anglais. La cond […] Lire la suite

GRAMMAIRES SPÉCULATIVES

  • Écrit par 
  • Bernard CERQUIGLINI
  •  • 1 212 mots

À la fin du xii e siècle, un tournant s'opère dans la conception européenne des recherches linguistiques. Jusque-là, la grammaire, fondement de la culture médiévale et premier des « arts libéraux », se donnait pour tâche d'enseigner à bien parler et bien écrire (suivant la définition même de Quintilien), c'est-à-dire à maîtriser le latin et à comprendre la littérature latine. Cette grammatica re […] Lire la suite

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 106 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « La prose latine en Italie (XVe s.) »  : […] Ces écrivains sont rarement clercs comme Aeneas Silvius Piccolomini, auteur d'un roman d'amour et futur Pie II (1405-1464), mais souvent hommes d'État, tels C. Salutati (1331-1406) et L.  Bruni (1370-1444) à Florence, G. Pontano (1426-1503) à Naples ; employés laïques à la curie comme Pogge (1380-1459), L. B.  Alberti (1404-1472), L.  Valla (1407-1457), Platina (1421-1481) ; ou encore professeurs  […] Lire la suite

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Sources et méthodes de l'histoire

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 6 218 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La naissance d'une critique érudite (XVIe-XVIIIe siècles) »  : […] L'acte de naissance d'une critique des sources écrites, qui amorce l'ère des progrès, est indissociable de la critique de la Donation attribuée à Constantin ( De falso credita et ementita Constantini donatione ) que l'humaniste italien Lorenzo Valla rédige depuis la cour du roi de Sicile, Alphonse d'Aragon. Publié autour de 1440, ce texte analyse la source sur laquelle reposait la prétention des […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bruno PINCHARD, « VALLA LORENZO DELLA VALLE dit IL - (1407-1457) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/valla-lorenzo-della-valle-dit-il/