ALDROVANDI ULISSE (1522-1605)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après avoir été page puis pèlerin, Aldrovandi étudia à Padoue et à Bologne, en 1545, d'abord le droit, puis la médecine. En 1549, il fut arrêté, accusé d'hérésie et envoyé à Rome où il put se disculper, probablement en partie grâce à sa naissance noble. De retour à Bologne, il obtint son diplôme de médecine en 1553 et s'intéressa à la botanique. Il fut nommé professeur en titre d'histoire naturelle et de logique à l'université de Bologne (1560) en raison du grand intérêt soulevé par ses cours, dans lesquels il présentait l'histoire naturelle comme une étude systématique. Il fonda un jardin botanique à Bologne et en fut nommé conservateur.

Ulisse Aldrovandi

photographie : Ulisse Aldrovandi

photographie

Le médecin italien Ulisse Aldrovandi (1522-1605). Passionné de botanique et de sciences naturelles, il écrivit un traité sur les remèdes. 

Crédits : Wellcome Collection

Afficher

Sa nomination comme « inspecteur des remèdes et préparations » se heurta à l'hostilité des apothicaires, mais fut confirmée par le pape Grégoire XIII. La pharmacopée officielle qu'Aldrovandi écrivit, Antidotarii Bononiensis Epitome (Épitomé des antidotes de Bologne), (1574), où il décrit les constituants et les propriétés des remèdes, devint un modèle pour ce genre de travaux.

Grégoire XIII lui accorda une aide financière pour publier ses nombreux travaux sur l'histoire naturelle, qui comprenaient des observations détaillées au jour le jour sur les modifications qui se produisent pendant l'incubation de l'embryon de poulet. Quatre volumes seulement, avec des gravures en taille-douce détaillées, parurent pendant sa vie ; dix autres volumes furent préparés par ses élèves à partir de ses manuscrits. Il écrivit aussi Le Antichità della città di Roma (1556), revue de diverses statues de Rome. Légué à la ville de Bologne, son musée de spécimens biologiques classés suivant son propre système contribua au développement ultérieur de la taxinomie animale.

—  Jean CALMARD

Écrit par :

  • : chargé de recherche au C.N.R.S., chargé de conférences à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification

Autres références

«  ALDROVANDI ULISSE (1522-1605)  » est également traité dans :

NÉMATHELMINTHES

  • Écrit par 
  • Alain KERMARREC
  •  • 7 051 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Historique »  : […] La première référence à des Nématodes est donnée par le Papyrus Ebers , découvert en 1872 et datant à peu près de l'an 1550 avant J.-C., où il est question de parasites assimilables à l'ascaris et à la filaire de Médine. Depuis, Hippocrate (430 av. J.-C.), Aristote, Galien, Pline, Celsus, Columella, Albertus Magnus (1200-1280)..., apportèrent une certaine contribution à la connaissance des grands […] Lire la suite

PRÉFORMATION ET ÉPIGENÈSE

  • Écrit par 
  • Maria Teresa MONTI
  •  • 6 745 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « De la spéculation à l’observation scientifique des embryons »  : […] De tout temps, science et philosophie ont repéré dans l’origine de la vie un enjeu crucial, où convergent et se combattent théories, croyances et idéologies, étayées de traditions historiques et d’appareils observationnels. Au xvi e  siècle, presque toutes les connaissances sur la reproduction, les organes sexuels, les rôles du mâle et de la femelle et le développement de l’embryon remontent à l’A […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean CALMARD, « ALDROVANDI ULISSE - (1522-1605) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ulisse-aldrovandi/