ECO UMBERTO (1932-2016)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Eco romancier

Dans Les Limites de l'interprétation (1991), Umberto Eco s'arrête encore une fois sur cette relation entre l'auteur et son lecteur. Il s'interroge sur la définition de l'interprétation et sur sa possibilité même. Si un texte peut supporter tous les sens, il dit tout et n'importe quoi. Pour que l'interprétation soit possible, il faut donc lui trouver des limites. Elle doit être finie pour pouvoir produire du sens. Umberto Eco s'intéresse là aux applications des systèmes critiques et aux risques de mise à plat du texte, inhérents à toute démarche interprétative. Dans La Recherche de la langue parfaite dans la culture européenne (1993), il étudie les projets fondateurs qui ont animé la quête d'une langue idéale. L'idée développée est que la langue universelle n'est pas une langue à part, langue originelle et utopique ou langue artificielle, mais une langue idéalement constituée de toutes les langues.

Professeur, chroniqueur et chercheur, Umberto Eco est également romancier. Ses œuvres de fiction sont d'une certaine façon l'application des théories avancées dans L'Œuvre ouverte ou Lector in fabula. Ses deux premiers romans, Le Nom de la rose (1980) et Le Pendule de Foucault (1988), se présentent comme des romans où se mêlent ésotérisme, humour et enquête policière. À chaque page, l'érudition et la sagacité du lecteur sont sollicitées par une énigme, une allusion, un pastiche ou une citation. Le premier roman, situé en 1327, sur fond de crise politique et religieuse, d'hérésie et d'Inquisition, se déroule dans une abbaye où a lieu une série de crimes qu'un prêtre franciscain tentera d'élucider. À partir de là, trois lectures seront possibles, selon qu'on se passionnera pour l'intrigue, qu'on suivra le débat d'idées, ou qu'on s'attachera à la dimension allégorique qui présente, à travers le jeu multiple des citations, « un livre fait de livres ». L'Umberto Eco lecteur de Borges et de Thomas d'Aquin est plus que jamais présent dans ce roman qui connut un succès mondial et fut adapté [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages






Écrit par :

  • : professeur agrégé, maître de conférences à l'université de Clermont-Ferrand

Classification


Autres références

«  ECO UMBERTO (1932-2016)  » est également traité dans :

ENCYCLOPÉDIE

  • Écrit par 
  • Alain REY
  •  • 5 699 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La mémoire et l'ordre : avant la Renaissance »  : […] Avec l'écriture apparaissent les moyens d'une mémoire collective : chiffres et lettres ou caractères ; déploiement du discours et inventaire des désignations. Les listes de noms apparaissent à Sumer avec les comptes : la mémoire des mots accompagne celle des quantités. Celle des textes, qui transmettent la connaissance et l'erreur, le mythe, ou encore le discours du pouvoir, induit celle des mots […] Lire la suite

LUIGI GHIRRI. CARTES ET TERRITOIRES (exposition)

  • Écrit par 
  • Armelle CANITROT
  •  • 1 051 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un photographe du dimanche »  : […] D’emblée, Luigi Ghirri lie consciemment sa pratique à celle du photographe du dimanche, notamment en adoptant la couleur et le tirage standard . Avec sa gamme chromatique pastel, il se démarque de la pratique professionnelle qui se conçoit alors surtout en noir et blanc, et fait figure de précurseur à l’instar de William Eggleston ou de Stephen Shore qui contribuent à la reconnaissance de la coule […] Lire la suite

LE NOM DE LA ROSE, Umberto Eco - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques JOUET
  •  • 1 498 mots
  •  • 1 média

Christ riait-il ? Christ possédait-il, en propre, sa tunique ? Une paire de lunettes est-elle ou non un outil du Diable ?... Ces questions qui, à première vue, pourraient sembler hautement saugrenues sont pourtant les enjeux cardinaux du Nom de la rose , la puissante machine romanesque d'Umberto Eco (1932-2016) . Qu'un sémiologue de son envergure réussisse la gageure de « fondre Dumas avec les An […] Lire la suite

Pour citer l’article

Béatrice LAROCHE, « ECO UMBERTO - (1932-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/umberto-eco/