TRIPLICE ou TRIPLE ALLIANCE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Alliance conclue le 20 mai 1882 entre l'Allemagne, l'Autriche-Hongrie et l'Italie. Déjà assuré du concours autrichien depuis la Duplice de 1879, puis de la neutralité de la Russie depuis le renouvellement de l'entente des trois empereurs en juin 1881, Bismarck souhaitait faire entrer l'Italie dans son « système ». L'Allemagne, en effet, dans le cas d'un conflit avec la France, ne pouvait compter sur un appui militaire de l'Autriche et de la Russie. Mais une alliance germano-italienne devait obliger la France à faire face sur deux fronts. De son côté, l'Italie, évincée de Tunisie par la France en 1881 et dès lors consciente de son isolement, désirait un rapprochement avec Berlin. Du fait de la Duplice, elle était conduite à se rapprocher aussi de Vienne, d'où, il est vrai, elle pouvait espérer un concours dans son conflit avec le Saint-Siège. Quant à l'Autriche-Hongrie, malgré les ressentiments de 1866 et la persistance d'une propagande italienne dans les « terres irrédentes », elle trouvait aussi avantage à une alliance italienne qui lui permettait de concentrer ses forces sur un seul front, en cas de conflit avec la Russie. Les trois puissances avaient donc intérêt à se rapprocher par un traité. Ce traité était défensif et, conclu pour cinq ans, devait être renouvelé jusqu'en 1915. Il stipulait que Berlin et Vienne porteraient « secours et assistance » à l'Italie en cas d'agression française non directement provoquée. L'Italie remplirait la même obligation à l'égard de l'Allemagne attaquée par la France dans les mêmes conditions. En cas d'attaque russe contre l'Autriche, l'Italie ne promettait que sa neutralité bienveillante. Particulièrement avantageux pour l'Italie, le traité donnait à l'Allemagne, pour la première fois, un allié en cas d'attaque française. Lors de son renouvel [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  TRIPLICE ou TRIPLE ALLIANCE  » est également traité dans :

CAROL ou CHARLES Ier (1839-1914) prince (1866-1881) puis roi de Roumanie (1881-1914)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 386 mots

Prince (1866-1881) puis roi de Roumanie (1881-1914), né le 20 avril 1839, à Sigmaringen (Allemagne), mort le 10 octobre 1914 au château de Peles, Sinaia (Roumanie). Le prince allemand Charles de Hohenzollern-Sigmaringen reçoit son éducation à Dresde et à Bonn. En 1864, il est officier dans l'armée prussienne lors de la guerre des duchés contre le Danemark. Avec l'accord tacite de son cousin, l'emp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carol-charles-ier/#i_14311

GRÈCE - De la Grèce byzantine à la Grèce contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean CATSIAPIS, 
  • Dimitri KITSIKIS, 
  • Nicolas SVORONOS
  •  • 21 419 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'indépendance »  : […] La révolution grecque, un des chaînons des révolutions nationales-libérales qui éclatèrent l'une après l'autre, en Europe et en Amérique du Sud, et qui mettaient en cause le principe légitimiste de la monarchie absolue et des empires, malgré les difficultés militaires et les querelles intestines entre les diverses factions qui aspiraient à la diriger, avait réussi à résister pendant sept ans aux f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-de-la-grece-byzantine-a-la-grece-contemporaine/#i_14311

GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE)

  • Écrit par 
  • Marc FERRO
  •  • 12 422 mots
  •  • 49 médias

Dans le chapitre « L'ennemi héréditaire »  : […] L'antagonisme franco-allemand puisait sa force dans l'idée de revanche et le retour à la mère patrie des provinces perdues de l'Est. Il se nourrissait aussi de la crainte qu'éprouvaient les Français devant la poussée démographique de l'Allemagne. Comme la courbe démographique française s'infléchissait au contraire, Paris ne voyait pas sans frémir grandir l'ombre de l'ennemi héréditaire. La France […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-mondiale-premiere/#i_14311

SALANDRA ANTONIO (1853-1931)

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 839 mots

Étudiant le droit et la littérature à l'université de Naples, Antonio Salandra subit l'influence des penseurs de la droite néo-hégélienne. Lié avec Sydney Sonnino, il enseigne dès 1879 à l'université de Rome la législature administrative et financière et publie de nombreux écrits juridiques. Élu, en 1886, député de Foggia, puis de Lucerna, il siège au centre droite et occupe divers postes gouverne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonio-salandra/#i_14311

Pour citer l’article

Jean-Pierre MOUSSON-LESTANG, « TRIPLICE ou TRIPLE ALLIANCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/triplice-triple-alliance/