TRIBALISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Mau-Mau

Mau-Mau
Crédits : Hulton Getty

photographie

Guerre du Biafra

Guerre du Biafra
Crédits : Hulton Getty

photographie

Inuit

Inuit
Crédits : Wayne R Bilenduke, Getty Images

photographie


Le tribalisme aux prises avec le colonialisme

La résistance anticoloniale

Les premières réactions tribales à l'occupation ou à la conquête coloniale ont donné lieu au développement de formes semblables aux précédentes. Mais une caractéristique fondamentale les en différencie : c'est une cause externe, visant à supprimer ou à contrôler les structures sociales tribales, qui suscite ce tribalisme. Dès lors, celui-ci n'est qu'un instrument de mobilisation politique ou de simple survie sociale (et donc physique en un sens). Ce n'est plus la logique des contradictions internes aux sociétés qui s'exprime, c'est la confrontation avec un processus de domination, comportant destruction de la culture traditionnelle et acculturation systématique par l'Occident. C'est pourquoi le cadre de référence de ce tribalisme est à la fois le groupe dont il est issu et la situation de domination qui l'a provoqué.

Ainsi se développe l'unification « tribaliste » de groupes sociaux hétérogènes habituellement de petite taille. Les confédérations, les associations intertribales se multiplient et prennent parfois l'aspect d'un supertribalisme culturel. La fameuse conquête de l'Ouest a vu des phénomènes de ce genre apparaître chez les Indiens des plaines. Les luttes intertribales ne sont alors qu'une exacerbation des difficultés objectives à constituer un front uni face à un ennemi commun. La tentative de défendre un héritage qui risque de disparaître peut donner naissance à des mouvements d'exaltation de la tradition culturelle, religieuse ou politique. On peut parler de tribalisme, si ces phénomènes s'expriment au moyen d'institutions spécifiquement tribales.

M. I. Pereira de Quéiroz distingue bien deux sortes de réactions à la présence des Blancs parmi les Indiens des forêts d'Amérique latine, dont l'une peut être qualifiée de tribaliste alors que l'autre est messianique. Les Indiens acculturés par l'Occident réagissent les premiers, mais ils inventent une nouvelle religion et des sectes. Par contre, les Indiens dont la structure sociale se trouve en [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle (sociologie), maître assistant au Centre d'études africaines de l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  TRIBALISME  » est également traité dans :

ETHNIE

  • Écrit par 
  • Jean-Loup AMSELLE
  •  • 3 853 mots

Dans le chapitre « L'État, la cité, les échanges »  : […] Si l'on trace un axe et que l'on place, à l'une de ses extrémités, les unités sociales minimales (lignages, clans, aires matrimoniales, etc.) et, à l'autre, l'État-nation, l'ethnie occupera autant de positions intermédiaires que de conceptions qui prévaudront chez l'utilisateur de cette notion. Sous le masque de l'ethnie, se trouve à l'œuvre, en effet, la réalité d'un acteur, celui qui effectue le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnie/#i_16466

TRIBU

  • Écrit par 
  • Maurice GODELIER
  •  • 9 666 mots
  •  • 3 médias

Les anthropologues désignent habituellement par le terme « tribu » deux réalités, deux domaines de faits différents mais liés. D'une part, presque tous s'en servent pour distinguer un type de société parmi d'autres, un mode d' organisation sociale spécifique qu'ils comparent à d'autres (« bandes », « États », etc.). Ce point cependant ne fait pas l'unanimité parmi eux par sui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tribu/#i_16466

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean COPANS, « TRIBALISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tribalisme/