TRIBALISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le tribalisme dans la société contemporaine

Les luttes sociales

Les anthropologues et les sociologues perçoivent encore à peine les dimensions inédites du tribalisme en liaison avec les luttes sociales ; ses rapports avec les tribalismes originels ou les tribalismes reconstitués de l'époque coloniale sont, de ce point de vue, des plus ténus. D'après J. Lombard, les contradictions sociales risquent de prendre et d'utiliser une forme tribale lorsqu'il y a deux ou trois grandes ethnies majoritaires à l'intérieur du cadre national. Dans les cas où c'est un seul groupe ethno-culturel qui domine ou au contraire une multiplicité d'ethnies qui s'équilibrent, l'argument tribaliste a moins de chances de prévaloir. Pour P. Mercier et P. L. van den Berghe, c'est la rareté des ressources et donc la lutte pour le pouvoir et les richesses qui expliquent les conflits ethniques et tribaux. C'est surtout au sein des classes privilégiées que la compétition prend ce caractère.

Il n'est pas évident que ce tribalisme empêche le développement de classes sociales et l'apparition d'une conscience de classe. Certains anthropologues pensent même que le tribalisme offre à l'heure actuelle un des moyens les plus efficaces de domination idéologique à certaines classes sociales : bourgeoisie naissante, bureaucratie. Ce tribalisme s'intègre à leur tactique politique ; il mobilise une masse de manœuvre et fait diversion ; il est mystificateur. Il n'exprime donc plus du tout l'ensemble des caractéristiques et des intérêts d'un groupe tribal ou de son élite politique et économique traditionnelle. Au contraire, ce nouveau tribalisme est plutôt une idéologie de classe. Son particularisme est sans doute trompeur, mais il provient du fait que seul un tribalisme peut toucher les groupes et classes dominés : il est la traduction obligée de la domination, si elle veut se maintenir et s'étendre.

L'histoire récente du Nigeria et la sécession ratée du Biafra le démontrent bien. C'est le processus colonial qui, par la scolarisation massive des Ibo, est à l'origine des particularités sociales et ethniques du groupe des fonctionnaires et des militaires. Les élites politiques haoussa n'avaient pas le pouvoir et la prééminence politique correspondant à leur place économique dans la société nigérienne, alors que les fonctionnaires ibo n'avaient pas l'ensemble de la base matérielle et économique correspondant à la place qu'ils occupaient dans l'appareil militaire et administratif. L'appel au nationalisme ethnique, au tribalisme, était dans ce cas le seul moyen idéologique à la disposition des fonctionnaires et bourgeois ibo pour mobiliser l'ensemble de la population ibo dans la défense de ses intérêts de classe.

Guerre du Biafra

Photographie : Guerre du Biafra

Des soldats biafrais lors de la guerre avec le Nigeria. La guerre avait suivi la déclaration d'indépendance du Biafra, en mai 1967. La reddition de la province sécessionniste interviendra en 1970. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Formes communautaires et idéologie tribaliste

Produit spécifique de la situation d'où il tire son nom, le tribalisme néo-colonial est un tribalisme aliénant. Il vise à faire accepter la domination de certains groupes sociaux par l'ensemble des groupes dominés et exploités. Parfois, il permet même de susciter de faux conflits entre groupes dominés, afin de consolider la domination de classes encore faibles sur le plan numérique ou institutionnel. Dans le cas où le tribalisme est l'idéologie dominante, la lutte contre celle-ci passe obligatoirement par un antitribalisme.

Il existe pourtant des tribalismes libérateurs. C'est ainsi qu'on peut qualifier le contenu des luttes récentes des Indiens d'Amérique du Nord. Ce tribalisme indien vise plusieurs objectifs : il est d'abord pantribal ou panindien ; il n'est donc pas la propriété d'un groupe tribal particulier. La déliquescence de la vie indienne dans les réserves et la dispersion de celles-ci à travers tout le territoire des États-Unis et du Canada rendent nécessaire une unité du peuple ou de la nation indienne, unité qui n'a d'ailleurs de réalité que dans la politique faite aux Indiens depuis la conquête et non dans leur passé socioculturel. Ce tribalisme est d'autre part une critique de l'ordre établi ou du moins un contre-modèle de la société blanche existante. Il s'oppose à la fois à l'individualisme bourgeois et chrétien et à la société de consommation de la « foule solitaire ». Ce tribalisme peut d'ailleurs se trouver aux prises avec une situation politique particulièrement complexe. Ainsi, au Canada, dans la mesure où c'est le gouvernement fédéral qui administre les populations et le t [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Mau-Mau

Mau-Mau
Crédits : Hulton Getty

photographie

Guerre du Biafra

Guerre du Biafra
Crédits : Hulton Getty

photographie

Inuits

Inuits
Crédits : Wayne R Bilenduke, Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle (sociologie), maître assistant au Centre d'études africaines de l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  TRIBALISME  » est également traité dans :

ETHNIE

  • Écrit par 
  • Jean-Loup AMSELLE
  •  • 3 853 mots

Dans le chapitre « L'État, la cité, les échanges »  : […] Si l'on trace un axe et que l'on place, à l'une de ses extrémités, les unités sociales minimales (lignages, clans, aires matrimoniales, etc.) et, à l'autre, l'État-nation, l'ethnie occupera autant de positions intermédiaires que de conceptions qui prévaudront chez l'utilisateur de cette notion. Sous le masque de l'ethnie, se trouve à l'œuvre, en effet, la réalité d'un acteur, celui qui effectue le […] Lire la suite

TRIBU

  • Écrit par 
  • Maurice GODELIER
  •  • 9 668 mots
  •  • 3 médias

Les anthropologues désignent habituellement par le terme « tribu » deux réalités, deux domaines de faits différents mais liés. D'une part, presque tous s'en servent pour distinguer un type de société parmi d'autres, un mode d' organisation sociale spécifique qu'ils comparent à d'autres (« bandes », « États », etc.). Ce point cependant ne fait pas l'unanimité parmi eux par suite de l'imprécision de […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

25-30 novembre 2015 Vatican – Afrique. Visite du pape François au Kenya, en Ouganda et en République centrafricaine.

Le 25, le pape François entame son premier voyage en Afrique par le Kenya, où il appelle à lutter contre le tribalisme et la corruption. Le 27, le pape arrive en Ouganda où il enjoint le président Yoweri Museveni, au pouvoir depuis 1986, d’« assurer la bonne et transparente gestion, le développement humain intégral, une large participation à la vie nationale, ainsi qu’une distribution sage et juste des biens ». […] Lire la suite

10-31 décembre 2012 République centrafricaine. Offensive des rebelles de la Seleka

La Seleka dénonce également la « mal gouvernance » du pouvoir, ainsi que « l'exclusion de l'opposition, le clientélisme et le tribalisme ». Le 27, le président français François Hollande déclare que les soldats français stationnés à Bangui dans le cadre de la Mission de consolidation de la paix en Centrafrique ne sont pas là pour sauver le régime, mais pour défendre l'ambassade de France et protéger les ressortissants et les intérêts français. […] Lire la suite

14-19 septembre 1995 Vatican – Afrique. Visite du pape Jean-Paul II au Cameroun, en Afrique du Sud et au Kenya

Il rend publique l'exhortation apostolique intitulée Ecclesia in Africa, document final du synode dans lequel le souverain pontife dénonce la « malhonnêteté », la « corruption », « le tribalisme, le népotisme, le racisme, l'intolérance religieuse, la soif de pouvoir » qui caractérisent certains États africains, et notamment certains « régimes autoritaires et oppressifs ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean COPANS, « TRIBALISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tribalisme/