Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TRANSHUMANISME

Limites du projet transhumaniste

Si certaines de ces extrapolations sont effectivement envisageables, d’autres se heurtent à des impossibilités manifestes.

Par exemple, il est vrai qu’il existe aujourd’hui des prothèses extrêmement intégrées à l’organisme qui pourraient servir à la mise en place d’un homme « augmenté », pouvant courir à plus grande vitesse, soulever des charges bien plus lourdes que la normale, enfin apprendre plus vite et effectivement disposer d’une puissance cognitive accrue. Les nanotechnologies ouvrent également la possibilité d’aller réparer les moindres défaillances au plus intime de notre corps.

En revanche on ne voit pas comment on pourrait, dans l’état actuel des techniques informatiques, même considérablement accrues par l’ordinateur quantique, transférer l’information correspondant aux quelque 1010 neurones et 1014 synapses d’un cerveau humain, soit une quantité de données gigantesque. Ajoutons que l’esprit n’est pas simplement une masse considérable d’informations statiquement enregistrées dans la structure cérébrale mais une configuration réticulaire, un réseau très complexe en perpétuelle restructuration.

On voit bien que dans le transhumanisme se côtoient à la fois des extrapolations parfaitement envisageables et des utopies qui tiennent peut-être du désir d’éternité mais échappent au moindre grain de réalisme, des philosophies prudemment optimistes quant à l’avenir de l’humanité et le scientisme le plus débridé.

Formulées du point de vue de la morale et de la bioéthique, des critiques et des réticences à l’égard de ce mouvement se développent aujourd’hui. Elles soulignent notamment les problèmes d’identité posés par l’individu augmenté dont la personnalité pourrait être profondément altérée (discriminations et rivalités potentielles entre humains et transhumains), le risque de perte des valeurs liées au mérite (déjà encouru par la pratique du dopage dans le sport), la marchandisation du vivant (qui pourrait « acheter » l’éternité ou la puissance ?), les menaces sur la liberté si l’homme augmenté est aussi un homme programmé…

— Gérard CHAZAL

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur des Universités honoraire, université de Bourgogne

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Prothèse myoélectrique de main droite

Prothèse myoélectrique de main droite

Autres références

  • BIOÉTHIQUE ou ÉTHIQUE BIOMÉDICALE

    • Écrit par Gilbert HOTTOIS
    • 7 796 mots
    • 1 média
    Depuis le tournant du millénaire, la médecine d’amélioration et le transhumanisme ont gagné en visibilité. La première prolonge la médecine esthétique ou de convenance et les pratiques dopantes. Elle s’enracine historiquement dans la médecine de réparation qui s’est développée dès la guerre de 1914-1918...
  • CORPS (notions de base)

    • Écrit par Philippe GRANAROLO
    • 3 102 mots
    ...Quant à l’objectivation du corps conduite par la science depuis lexviie siècle, qui s’amplifie avec les manipulations biologiques et les ambitions du transhumanisme prétendant « augmenter » notre nature, n’est-elle pas le signe d’une autonégation de la vie telle que la dénonce Michel Henry dans ...
  • SCIENCE-FICTION

    • Écrit par Roger BOZZETTO, Jacques GOIMARD
    • 7 936 mots
    • 4 médias
    ...n’était plus capable d'imaginer un futur, vu la rapidité des mutations et l’emprise de la technique. Pourtant des mouvements techno-scientistes tel le transhumanisme visent à améliorer l'individu et rêvent d' immortalité. Pour figurer cette limite et cette connexion entre humain et technique, Vernor Vinge...
  • TECHNIQUES DE STIMULATION CÉRÉBRALE

    • Écrit par Lila MEKAOUI
    • 3 598 mots

    Les méthodes de neurostimulation en psychiatrie sont des techniques interventionnelles qui influencent la fonction cérébrale, de manière invasive ou non, selon trois types de stimulations : électriques, magnétiques ou profondes. Parmi les techniques non invasives, on trouve l’électroconvulsivothérapie...

Voir aussi