TRAITE DES NOIRS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La traversée atlantique

De toutes les étapes de la traite des Noirs, celle de la traversée atlantique est peut-être la mieux connue. Les achats et les ventes d'Africains outre-Atlantique donnèrent lieu, dans les États et les colonies impliqués dans ce type de commerce, à des registres fiscaux réguliers. Au total, plus du tiers des voyages négriers entrepris entre l'Afrique et l'Amérique furent dûment enregistrés dans les archives du Vieux et du Nouveau Monde. Néanmoins, la dispersion, jusqu'à une date récente, de la documentation disponible, occasionna un nombre de spéculations au sujet de la Grande Déportation.

À l'origine de ces équivoques se trouve peut-être l'idée que les esclaves étaient acquis à si bon marché dans les ports de traite africains, que, même si la mortalité était élevée au cours de la traversée, à l'issue du voyage les profits des négriers restaient encore considérables. Or il est désormais établi que la valeur des produits destinés à l'achat d'Africains dépassait la valeur des autres composantes de l'entreprise négrière : salaires de l'équipage, nourriture des marins et des esclaves et prix du navire lui-même. Pendant le xviiie siècle, près des deux tiers de la valeur des dépenses des trafiquants français concernent l'achat de marchandises de troc. Contrairement à l'idée reçue, les négriers avaient donc tout intérêt à éviter des taux de mortalité excessifs pendant le transport maritime des Africains. Avant le début du xviiie siècle, les sources révèlent une mortalité moyenne de 20 p. 100 des captifs pendant la traversée, avec des différences très importantes d'un navire à l'autre. Après 1700 se dégage une double tendance : d'une part, le taux de mortalité décline, d'autre part, la majorité des navires présentent des taux proches de la moyenne observée.

On note alors, parmi les négriers de toutes les nations, la généralisation de mesures visant à diminuer la mortalité en mer des esclaves. L'argument selon lequel des négriers de tel ou tel pays auraient soumis les esclaves à un « meilleur traitement » n'a pas de fondement statistique. Au milieu du x [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

La traite des Noirs

La traite des Noirs
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

1600 à 1700. Les nouveaux conquérants

1600 à 1700. Les nouveaux conquérants
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Récolte du café

Récolte du café
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afrique, XIXe siècle, économie

Afrique, XIXe siècle, économie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur d'histoire du Brésil, directeur du Centre d'études du Brésil et de l'Atlantique sud à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  TRAITE DES NOIRS  » est également traité dans :

ABOLITION INTERNATIONALE DE LA TRAITE ATLANTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean BOULEGUE
  •  • 191 mots
  •  • 1 média

La traite des Noirs par l'Atlantique a débuté au xve siècle, à destination de l'Europe, mais c'est après la découverte de l'Amérique qu'elle a pris son essor, pour fournir de la main-d'œuvre aux plantations. Les estimations sur le nombre de personnes déportées d'Afrique en Amérique varient, pour la plup […] Lire la suite

TRAITE DES ESCLAVES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean BOULEGUE
  •  • 248 mots

8 août 1444 Vente publique d'Africains (blancs et noirs) à Lisbonne.1518 Charles Quint crée le système de l'asiento (monopole de l'État et concession à des particuliers).1602 Création de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales, modèle des compagnies concess […] Lire la suite

ABOLITIONNISME, histoire de l'esclavage

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 2 929 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La Révolution française »  : […] Entre-temps, et sous l'influence directe des événements révolutionnaires, les abolitionnistes français avaient atteint leur but. Sans doute les abolitionnistes anglais ont-ils influencé la France, mais l'abolitionnisme français tire avant tout sa justification de la philosophie des Lumières. Quelles que soient leurs divergences sur la légitimité et l'utilité des colonies, les philosophes avaient […] Lire la suite

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 433 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Des séquelles du passé à l'explosion démographique »  : […] La longue éclipse de l'Afrique dans l'histoire mondiale est évidemment à mettre en relation avec la traite des esclaves qui a entravé la croissance du continent tout en entraînant une large dissémination des populations noires dans le Nouveau Monde. La question de l'esclavage et de la traite fait toujours l'objet de controverses, malgré les avancées de la recherche historique ; elle est devenue […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - De l'entrée dans l'histoire à la période contemporaine

  • Écrit par 
  • Hubert DESCHAMPS, 
  • Jean DEVISSE, 
  • Henri MÉDARD
  •  • 9 664 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « De l'esclavage au travail forcé »  : […] Il faut attendre les années 1850 pour que la traite atlantique prenne effectivement fin sous la pression du Royaume-Uni. Mais, au grand désespoir des abolitionnistes, la traite interne à l'Afrique ne disparaît pas pour autant, bien au contraire. Indissociable du commerce de l'ivoire, le commerce des êtres humains se nourrit, au xix e  siècle, d'une forte demande africaine, en particulier sur les m […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Danièle LAVALLÉE, 
  • Catherine LEFORT
  •  • 18 051 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'importation des Noirs »  : […] L'introduction des Noirs fut aussi un des effets de la colonisation. Dans ce domaine également, l'Amérique ibérique se montra particulièrement précoce. Suivant la recommandation du père Bartolomé de Las Casas, qui s'effrayait de voir les Indiens mourir en grand nombre dans les mines comme sur les plantations, on fit venir des Noirs déjà appréciés en certaines occasions dans la Péninsule. Les Ibéri […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Histoire) - Amérique portugaise

  • Écrit par 
  • Frédéric MAURO
  •  • 4 224 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les esclaves »  : […] L'esclavage étant encore une pratique courante en Méditerranée et en Afrique au xvi e  siècle, les Portugais l'adoptèrent au Brésil dès qu'ils voulurent faire travailler les Indiens. Les donataires reçurent le droit de les mettre en esclavage et même d'en vendre un certain nombre sur le marché de Lisbonne. Ces Indiens étaient assez primitifs et ne se révélèrent guère aptes au travail sédentaire, a […] Lire la suite

ANGOLA

  • Écrit par 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Didier PÉCLARD
  • , Universalis
  •  • 8 754 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Cinq siècles de colonialisme ? »  : […] À la fin du xv e  siècle (1482), l'explorateur portugais Diogo Cão est le premier Européen à débarquer à l'embouchure du fleuve Congo. Quelques années plus tard, un autre groupe d'explorateurs, accompagné de missionnaires jésuites, remonte le fleuve jusqu'à la ville de Mbanza Kongo, alors capitale d'un des plus vastes royaumes africains de l'époque précoloniale, le royaume du Kongo. La troupe est […] Lire la suite

ATLANTIQUE HISTOIRE DE L'OCÉAN

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT, 
  • Clément THIBAUD
  •  • 13 632 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La civilisation atlantique »  : […] Les Européens qui ont fondé outre-Atlantique leurs colonies ont amené avec eux leurs langues, leurs techniques et les institutions de leur pays d'origine. Ainsi le régime féodal – tel du moins qu'il existait encore au xvii e  siècle en France et en Angleterre – a été implanté au Canada et dans quelques colonies anglaises de l'Amérique du Nord, le système des latifundia espagnols se retrouve dans l […] Lire la suite

BÉNIN

  • Écrit par 
  • Richard BANÉGAS
  •  • 8 254 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le monopole politique des « évolués » »  : […] Toutefois, sous le couvert de ces basculements d'alliances arbitrés par les militaires, le champ politique dahoméen est longtemps resté dominé par la même élite restreinte, symbolisée par la figure centrale de l' akowé (« l'évolué »). De la fin des années 1940 au coup d'État de 1972, on observe, en effet, une monopolisation du pouvoir par les élites lettrées sudistes, issues des écoles catholique […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

France. Débat sur la loi et l'Histoire. 5-23 décembre 2005

le génocide arménien, loi de mai 2001 sur la reconnaissance de l'esclavage et de la traite des Noirs comme des crimes contre l'humanité, loi de février 2005... – qui « ont restreint la liberté de l'historien ». Le 15, les dirigeants de l'ensemble des partis de gauche présentent une pétition en faveur […] Lire la suite

France – Afrique. Visite du président Jacques Chirac au Gabon et au Congo. 16-18 juillet 1996

Les 16 et 17, Jacques Chirac se rend en visite au Gabon. Le chef de l'État y évoque pour la première fois la « saignée démographique » causée par la traite des Noirs, qu'il qualifie d'« une des plus effroyables tragédies de tous les temps ». Défendant les « ambitieux et rigoureux programmes […] Lire la suite

Vatican – Afrique. Voyage du pape Jean-Paul II au Sénégal, en Gambie et en Guinée. 19-26 février 1992

lieu d'embarquement des esclaves, « avec un sentiment de pénitence » pour « l'holocauste méconnu » de la traite des Noirs. Le 23, au cours d'une escale en Gambie, le pape souligne les efforts du président Dawda Kairaba Jawara pour s'engager sur la voie du multipartisme et ceux qui ont été accomplis […] Lire la suite

Pour citer l’article

Luiz Felipe de ALENCASTRO, « TRAITE DES NOIRS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-des-noirs/