TRAITE DES NOIRS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La traite et la colonisation de l'Amérique

La découverte de l'Amérique suscita l'unification épidémiologique de la planète, provoquant un choc microbien et viral chez les Amérindiens. Déjà atteintes par les maladies contagieuses qui frappaient les Européens et partiellement immunisées, certaines populations africaines parurent mieux adaptées que les Amérindiens au nouveau milieu épidémiologique américain. Dès lors, l'introduction d'Africains, favorisant la contagion chez les Amérindiens, incita les colons à acquérir davantage d'esclaves originaires de régions africaines immunisés contre les maladies infectieuses transmissibles, en particulier contre la rougeole et la variole. Perceptible dès le début du xviie siècle, ce choix des colons contribua, à la fois, au dépérissement des populations amérindiennes et au développement de l'esclavage africain dans le Nouveau Monde.

Les caractéristiques d'âge et de sexe des déportés conditionnèrent l'évolution démographique des populations noires américaines. La faible proportion de femmes parmi les esclaves, le fait que celles-ci aient déjà passé plusieurs années de leur période de fécondité en Afrique et le petit nombre d'enfants débarqués rendaient difficile la reproduction des esclaves en Amérique. Comme l'écrit C. Meillassoux, la reproduction « mercantile » des esclaves – par le biais de la traite – était plus rapide et plus rentable que leur reproduction naturelle. Dans ce contexte, les États-Unis, où le taux de reproduction des esclaves a été positif dès le début du xviiie siècle, constituent un cas à part dans les annales de l'esclavage moderne. Les arguments attribuant cette spécificité au « meilleur traitement » que les Américains auraient accordé à leurs esclaves ont été rejetés par les historiens démographes, qui ont démontré que la période de fécondité des captives était à peu près semblable dans toutes les régions américaines. Des recherches récentes soulignent, en revanche, l'importance de la durée de l'allaitement. Alors que les esclaves américaines adoptaient les méthodes de l'Europe du Nord, nourrissant leurs enfants pendant une année, dans les autres régions esclavagistes du continent, elles suivaient les traditions africaines, prolongeant l'allaitement au-delà d'une année. L'écart des intervalles intergénésiques qui en résulte semble être l'une des raisons du plus grand nombre de naissances chez les esclaves américaines.

Outre le déclin de la population amérindienne et le taux d'accroissement négatif des esclaves noirs, la traite atlantique fut aussi stimulée par les réticences des Européens à émigrer en Amérique. David Eltis remarque que, du point de vue de l'immigration, le continent américain constitue, jusqu'au milieu du xixe siècle, une extension de l'Afrique plutôt qu'un prolongement de l'Europe. Pour chaque Européen arrivé au Nouveau Monde autour des années 1820, il entrait quatre, et peut-être cinq, Africains. C'est seulement après les années 1840 que les migrations européennes dépassèrent les transferts forcés d'Africains vers l'Amérique. Néanmoins, l'importance des esclaves ne repose pas uniquement sur le fait que, en Amérique, ils pouvaient être contraints de travailler lorsque les travailleurs libres s'y refusaient. En réalité, les captifs noirs furent liés à un secteur productif spécifique : ils attiraient plus d'investissements, travaillaient plus intensément, plus longuement, de façon plus coordonnée, et ils produisaient des marchandises pour le commerce et l'exportation à une échelle inégalée dans les secteurs coloniaux tributaires du travail libre. La coercition, l'absence de la division sexuelle du travail dans les champs et la reproduction mercantile des esclaves assurée par la traite atlantique entraînent des taux élevés d'activité économique chez les esclaves : plus de 80 p. 100 d'entre eux sont économiquement actifs dans les plantations, alors que, chez les agriculteurs libres contemporains, cette proportion plafonne entre 50 et 60 p. 100. Ces données conduisent à une révision des schémas du physiocrate Dupont de Nemours et du théoricien du libéralisme économique, Adam Smith, sur l'inefficacité relative du travail des esclaves (R. W. Fogel et S. L. Engerman, 1975).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

La traite des Noirs

La traite des Noirs
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

1600 à 1700. Les nouveaux conquérants

1600 à 1700. Les nouveaux conquérants
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Récolte du café

Récolte du café
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afrique, XIXe siècle, économie

Afrique, XIXe siècle, économie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur d'histoire du Brésil, directeur du Centre d'études du Brésil et de l'Atlantique sud à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  TRAITE DES NOIRS  » est également traité dans :

ABOLITION INTERNATIONALE DE LA TRAITE ATLANTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean BOULEGUE
  •  • 191 mots
  •  • 1 média

La traite des Noirs par l'Atlantique a débuté au xve siècle, à destination de l'Europe, mais c'est après la découverte de l'Amérique qu'elle a pris son essor, pour fournir de la main-d'œuvre aux plantations. Les estimations sur le nombre de personnes déportées d'Afrique en Amérique varient, pour la plup […] Lire la suite

TRAITE DES ESCLAVES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean BOULEGUE
  •  • 248 mots

8 août 1444 Vente publique d'Africains (blancs et noirs) à Lisbonne.1518 Charles Quint crée le système de l'asiento (monopole de l'État et concession à des particuliers).1602 Création de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales, modèle des compagnies concess […] Lire la suite

ABOLITIONNISME, histoire de l'esclavage

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 2 930 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La Révolution française »  : […] Entre-temps, et sous l'influence directe des événements révolutionnaires, les abolitionnistes français avaient atteint leur but. Sans doute les abolitionnistes anglais ont-ils influencé la France, mais l'abolitionnisme français tire avant tout sa justification de la philosophie des Lumières. Quelles que soient leurs divergences sur la légitimité et l'utilité des colonies, les philosophes avaient […] Lire la suite

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 447 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Des séquelles du passé à l'explosion démographique »  : […] La longue éclipse de l'Afrique dans l'histoire mondiale est évidemment à mettre en relation avec la traite des esclaves qui a entravé la croissance du continent tout en entraînant une large dissémination des populations noires dans le Nouveau Monde. La question de l'esclavage et de la traite fait toujours l'objet de controverses, malgré les avancées de la recherche historique ; elle est devenue […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - De l'entrée dans l'histoire à la période contemporaine

  • Écrit par 
  • Hubert DESCHAMPS, 
  • Jean DEVISSE, 
  • Henri MÉDARD
  •  • 9 666 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « De l'esclavage au travail forcé »  : […] Il faut attendre les années 1850 pour que la traite atlantique prenne effectivement fin sous la pression du Royaume-Uni. Mais, au grand désespoir des abolitionnistes, la traite interne à l'Afrique ne disparaît pas pour autant, bien au contraire. Indissociable du commerce de l'ivoire, le commerce des êtres humains se nourrit, au xix e  siècle, d'une forte demande africaine, en particulier sur les m […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Danièle LAVALLÉE, 
  • Catherine LEFORT
  •  • 18 056 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'importation des Noirs »  : […] L'introduction des Noirs fut aussi un des effets de la colonisation. Dans ce domaine également, l'Amérique ibérique se montra particulièrement précoce. Suivant la recommandation du père Bartolomé de Las Casas, qui s'effrayait de voir les Indiens mourir en grand nombre dans les mines comme sur les plantations, on fit venir des Noirs déjà appréciés en certaines occasions dans la Péninsule. Les Ibéri […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Histoire) - Amérique portugaise

  • Écrit par 
  • Frédéric MAURO
  •  • 4 227 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les esclaves »  : […] L'esclavage étant encore une pratique courante en Méditerranée et en Afrique au xvi e  siècle, les Portugais l'adoptèrent au Brésil dès qu'ils voulurent faire travailler les Indiens. Les donataires reçurent le droit de les mettre en esclavage et même d'en vendre un certain nombre sur le marché de Lisbonne. Ces Indiens étaient assez primitifs et ne se révélèrent guère aptes au travail sédentaire, a […] Lire la suite

ANGOLA

  • Écrit par 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Didier PÉCLARD
  • , Universalis
  •  • 8 757 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Cinq siècles de colonialisme ? »  : […] À la fin du xv e  siècle (1482), l'explorateur portugais Diogo Cão est le premier Européen à débarquer à l'embouchure du fleuve Congo. Quelques années plus tard, un autre groupe d'explorateurs, accompagné de missionnaires jésuites, remonte le fleuve jusqu'à la ville de Mbanza Kongo, alors capitale d'un des plus vastes royaumes africains de l'époque précoloniale, le royaume du Kongo. La troupe est […] Lire la suite

ATLANTIQUE HISTOIRE DE L'OCÉAN

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT, 
  • Clément THIBAUD
  •  • 13 638 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La civilisation atlantique »  : […] Les Européens qui ont fondé outre-Atlantique leurs colonies ont amené avec eux leurs langues, leurs techniques et les institutions de leur pays d'origine. Ainsi le régime féodal – tel du moins qu'il existait encore au xvii e  siècle en France et en Angleterre – a été implanté au Canada et dans quelques colonies anglaises de l'Amérique du Nord, le système des latifundia espagnols se retrouve dans l […] Lire la suite

BÉNIN

  • Écrit par 
  • Richard BANÉGAS
  •  • 8 254 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le monopole politique des « évolués » »  : […] Toutefois, sous le couvert de ces basculements d'alliances arbitrés par les militaires, le champ politique dahoméen est longtemps resté dominé par la même élite restreinte, symbolisée par la figure centrale de l' akowé (« l'évolué »). De la fin des années 1940 au coup d'État de 1972, on observe, en effet, une monopolisation du pouvoir par les élites lettrées sudistes, issues des écoles catholique […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

5-23 décembre 2005 France. Débat sur la loi et l'Histoire

Le 12, dix-neuf historiens réclament dans un communiqué l'abrogation des textes légiférant dans leur domaine de recherche – loi de juillet 1990 réprimant la négation des crimes contre l'humanité, loi de janvier 2001 reconnaissant le génocide arménien, loi de mai 2001 sur la reconnaissance de l'esclavage et de la traite des Noirs comme des crimes contre l'humanité, loi de février 2005. […] Lire la suite

16-18 juillet 1996 France – Afrique. Visite du président Jacques Chirac au Gabon et au Congo

Le chef de l'État y évoque pour la première fois la « saignée démographique » causée par la traite des Noirs, qu'il qualifie d'« une des plus effroyables tragédies de tous les temps ». Défendant les « ambitieux et rigoureux programmes économiques et financiers » engagés par certains pays africains, il rappelle aux pays industrialisés l'« obligation morale » de ne pas « rester indifférent à [la] misère » que connaît le Continent noir. […] Lire la suite

19-26 février 1992 Vatican – Afrique. Voyage du pape Jean-Paul II au Sénégal, en Gambie et en Guinée

Au cours des quatre jours de sa visite – la première – au Sénégal, il se rend notamment sur l'île de Gorée, ancien lieu d'embarquement des esclaves, « avec un sentiment de pénitence » pour « l'holocauste méconnu » de la traite des Noirs. Le 23, au cours d'une escale en Gambie, le pape souligne les efforts du président Dawda Kairaba Jawara pour s'engager sur la voie du multipartisme et ceux qui ont été accomplis en faveur de la paix au Liberia. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Luiz Felipe de ALENCASTRO, « TRAITE DES NOIRS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-des-noirs/