TRAITÉ DE LA PEINTURE, Léonard de VinciFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Ne lise mes principes qui n'est pas mathématicien »

« Le jeune homme doit d'abord apprendre la perspective, ensuite les proportions de toutes les choses », car « la perspective est bride et gouvernail de la peinture ». Mais à la perspective linéaire héritée de la tradition toscane et dont il critique certaines apories, Léonard propose des alternatives (perspective curviligne, anamorphoses) et des compléments sur le plan chromatique (perspective atmosphérique des peintres flamands) ainsi que sur celui du dessin (perspective d'effacement, qui brouille les contours des corps vus à grande distance à travers une épaisse couche d'air). Après avoir analysé la structure de l'œil et les processus de la vision humaine, il s'attarde sur les phénomènes des lumières et des ombres perçues par l'œil, sur leurs degrés, mélanges, reflets, pour fonder rationnellement le modelé des corps par le clair-obscur et la restitution des corps dans des conditions d'éclairage changeantes, intérieur ou plein air, soleil ou brouillard. Presque toutes les remarques de Léonard sont par ailleurs présentées comme des théorèmes, des démonstrations, des expériences étayées par des croquis ; mais il manque le lien logique entre toutes ces propositions isolées, souvent entachées d'une prédilection esthétique pour tel effet ou d'une intention polémique.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure de Sèvres, maître de conférences en histoire de l'art des Temps modernes à l'université de Provence

Classification


Autres références

«  TRAITÉ DE LA PEINTURE, Léonard de Vinci  » est également traité dans :

LÉONARD DE VINCI (1452-1519)

  • Écrit par 
  • André CHASTEL
  •  • 12 068 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le « corpus vincianum » »  : […] L'œuvre de Léonard comprend une trentaine de peintures (plus d'un tiers a disparu et un quart seulement est d'attribution certaine) et une masse considérable de manuscrits et de dessins (soit dans des cahiers, soit sur feuilles séparées) ; c'est là un ensemble unique. Ces textes et leurs illustrations débordent les problèmes de l'art et concernent toutes les branches du savoir ; mais les questions […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leonard-de-vinci/#i_33174

TACHISME

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 1 158 mots
  •  • 1 média

Bien que le terme de tachisme ne s'emploie pas encore couramment avec une valeur générale, il peut désigner l'ensemble des techniques artistiques qui utilisent des taches. En fait, ces techniques se divisent en deux catégories, correspondant aux deux acceptions principales du mot tache. Dans le premier cas, tache signifie à peu près touche : la couleur déposée par un coup de pinceau et formant une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tachisme/#i_33174

Pour citer l’article

Martine VASSELIN, « TRAITÉ DE LA PEINTURE, Léonard de Vinci - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-de-la-peinture-leonard-de-vinci/