Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TRAGÉDIE

La tragédie naît en Grèce au vie siècle avant J.-C., mais c'est à Athènes, au cours du ve siècle, qu'elle trouve sa forme littéraire achevée. Les œuvres tragiques qui nous sont parvenues et que les Grecs nous ont transmises parce qu'ils les jugeaient dignes d'être conservées (trente-deux pièces sur les quelque trois cents qu'avaient, à eux seuls, composées les trois plus grands poètes tragiques de l'époque : Eschyle, Sophocle et Euripide), toutes ces œuvres ont été produites en moins de soixante-dix ans (470-404). Cette brusque et puissante éclosion, ce déclin rapide soulignent le double caractère du phénomène tragique en Grèce : c'est une invention, dès l'abord, si neuve et si complète qu'il est vain de vouloir en chercher l'origine dans d'anciens rituels religieux ; c'est aussi un moment historique, étroitement localisé dans l'espace et le temps, lié à des conditions sociales et mentales très particulières. La tragédie marque un tournant : elle innove, et de façon radicale, dans le domaine des institutions sociales, des formes d'art, de l'expérience humaine. Fondation des concours tragiques, avènement d'un nouveau genre littéraire, émergence d'une conscience tragique, telles sont en effet les trois faces d'une seule et même réalité que les Grecs ont, au sens propre, inventée.

— Jean-Pierre VERNANT

La tragédie française a connu son âge d'or au xviie siècle. C'est qu'apparemment les conditions politiques, sociales et spirituelles étaient alors éminemment favorables à un spectacle précisément ordonné autour du prince ou du grand capitaine, impliquant les deux convictions complémentaires de l'existence d'un ordre du monde intangible et du droit de l'homme à l'affirmation de soi dans un acte libre. Attachée d'autre part à toutes les formes de l'art qui intéressent une collectivité et dont les manifestations la rassemblent, la société des honnêtes gens, sous les règnes de Louis XIII et de Louis XIV, semble mûre pour la cérémonie théâtrale et désireuse de se redécouvrir à travers elle.

— Jacques MOREL

Depuis le début du xxe siècle, le théâtre occidental est hanté par la volonté de retrouver la tragédie. En même temps que les metteurs en scène s'efforcent de recréer, au-delà de toute illusion naturaliste, un « théâtre théâtral », des auteurs rêvent de renouer, au-delà du drame bourgeois, avec le grand théâtre tragique des siècles passés, celui de la Grèce comme celui de Shakespeare, plus encore que celui de Racine ou de Corneille, et penseurs et philosophes, à la suite tantôt de Kierkegaard, tantôt de Nietzsche, mettent au centre de leur réflexion ce que Unamuno appellera « le sentiment tragique de la vie ».

La tragédie grecque

Concours et genre tragiques

En instaurant chaque année, pour les fêtes de Dionysos, une épreuve où s'affrontent trois poètes tragiques, sélectionnés par les plus hauts magistrats, et dont le règlement obéit aux mêmes normes institutionnelles que les assemblées et tribunaux populaires, puisque le concours est organisé, joué et même jugé par les représentants qualifiés des diverses tribus, la cité grecque se fait théâtre. Elle se met en scène devant l'ensemble des citoyens en un spectacle ouvert à tous, les plus pauvres recevant, pour leur présence sur les gradins, une allocation de l'État.

Intégrées à la vie civique et politique dont elles constituent un aspect, les représentations tragiques, en donnant à voir sur la scène le déroulement entier d'une action, entraînent un profond renouvellement des modes d'expression littéraire. À l'épopée la tragédie emprunte sa matière : la geste des grands héros légendaires ; de la poésie lyrique elle retient, dans le chant choral, la métrique[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle (études théâtrales), professeur au Conservatoire national supérieur d'art dramatique (dramaturgie)
  • : auteur
  • : professeur honoraire au Collège de France

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Albert Camus

Albert Camus

Samuel Beckett

Samuel Beckett

Autres références

  • ALFIERI VITTORIO (1749-1803)

    • Écrit par Jacques JOLY
    • 2 586 mots
    • 1 média

    Vittorio Alfieri, dramaturge et poète italien, est né à Asti (Piémont) en 1749 et mort à Florence en 1803.

    Descendant d'une ancienne famille de la noblesse piémontaise, il abandonne à dix-sept ans la carrière militaire pour courir l'Europe. Paris, La Haye, Vienne, Berlin, Saint-Pétersbourg, Londres,...

  • ANDROMAQUE, Jean Racine - Fiche de lecture

    • Écrit par Christian BIET
    • 994 mots
    • 1 média

    Après avoir polémiqué avec Port-Royal en défendant le théâtre dans un pamphlet anonyme (Lettre à l'auteur des « Hérésies imaginaires », 1666), Racine (1639-1699) conquiert la Cour. Henriette d'Angleterre, belle-sœur du roi, assiste aux lectures préliminaires d'Andromaque...

  • ATHALIE, Jean Racine - Fiche de lecture

    • Écrit par Christian BIET
    • 1 176 mots

    À Versailles, devant Louis XIV et le dauphin, le 5 janvier 1691, on vit pour la première fois Athalie,tragédie en cinq actes et en vers de Jean Racine (1639-1699). Sans costumes ni décor, cette tragédie biblique inspirée du Livre des Rois et du Livre des Chroniques fut représentée par les demoiselles...

  • BÉRÉNICE, Jean Racine - Fiche de lecture

    • Écrit par Christian BIET
    • 967 mots
    • 1 média

    Concurrent de Pierre Corneille – qui, au même moment, écrit Tite et Bérénice –, Jean Racine (1639-1699) signe avec Bérénice (1670) l'un de ses plus grands succès. L'œuvre est une tragédie expérimentale : peu de vers (1 506), peu de scènes (29), trois personnages majeurs, une...

  • Afficher les 87 références

Voir aussi