TORNADES ET TROMBES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Classification des tornades

Toutes les tornades ne sont pas catastrophiques ; certaines ne se signalent que par un léger coup de vent se limitant à casser quelques branches et à soulever quelques tuiles. Pour les catégoriser, une échelle de classement des tornades (échelle Fujita) a été mise en place par Tetsuya Théodore Fujita et Allan Pearson en 1971. Comme il est difficile de mesurer les vents au sein de ces phénomènes dont les plus violents détruisent l’ensemble des anémomètres se trouvant sur leur passage, cette échelle a été établie en fonction des dégâts provoqués. Elle s’étale sur six niveaux gradués de F0 (« légers dommages ») à F5 (« dommages incroyables »). On a ensuite tenté d’estimer les vents qui auraient pu causer de tels dommages. En février 2007, l’échelle a été modifiée pour réduire les incertitudes associées à la force des vents en prenant mieux en compte la qualité des constructions. Cette nouvelle échelle, dite « Fujita améliorée », utilise également six niveaux, gradués de EF0 à EF5 (E pour enhanced, « améliorée » ; F pour Fujita).

Échelle de classification des tornades dite « Fujita améliorée »

Tableau : Échelle de classification des tornades dite « Fujita améliorée »

Tableau

Les tornades sont classées de EF0 à EF5 selon deux familles de critères, la vitesse moyenne des vents et l'importance des dommages provoqués, ce dernier critère étant utilisé lorsque la mesure du vent n'est pas disponible. L'échelle originale a été créée par Tetsuya Théodore Fujita,... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

De façon générale, les tornades d'intensité EF0 provoquent rarement de blessés, mais la menace s'accroît ensuite rapidement avec l'intensité. Le risque de décès devient sensible dès le niveau EF2 et quasiment certain au niveau EF5.

Il est parfois difficile de distinguer les tornades des coups de vent sous orage ou « microrafales » (en anglais, downburst) qui résultent de l’étalement brutal sur le sol des courants d’air descendants associés aux précipitations. En effet, ces phénomènes peuvent provoquer des dégâts assez comparables à ceux des tornades de faible ou de moyenne intensité. Le doute peut être levé en observant la trace laissée sur le sol par les débris : les microrafales agissent comme des systèmes explosifs qui expulsent au loin les débris, alors que les tornades agissent comme des aspirateurs qui concentrent les débris vers leur centre dans un mouvement de rotation cyclonique.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Tornade en Oklahoma

Tornade en Oklahoma
Crédits : OAR/ ERL/ NSSL/ NOAA

photographie

Développement d’une tornade au sein d’une supercellule orageuse

Développement d’une tornade au sein d’une supercellule orageuse
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Échelle de classification des tornades dite « Fujita améliorée »

Échelle de classification des tornades dite « Fujita améliorée »
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Tornades observées en Europe pendant la période 2000-2012

Tornades observées en Europe pendant la période 2000-2012
Crédits : The European Severe Storms Laboratory, ESSL

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  TORNADES ET TROMBES  » est également traité dans :

ASCENDANCE, météorologie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 4 798 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L’organisation des systèmes convectifs développés »  : […] Dans les systèmes convectifs développés, l’élément de base est la cellule, région active composée d’une forte ascendance et d’un courant descendant accompagnant les précipitations. Ils sont composés d’une ou de plusieurs cellules indépendantes ou regroupées de manière organisée. Les cellules ordinaires ne dépassent pas quelques kilomètres de diamètre et durent rarement plus de 30 ou 40 minutes. P […] Lire la suite

CATASTROPHES NATURELLES (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 2 840 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les catastrophes climatiques »  : […] On regroupe sous cette appellation les inondations, les sécheresses, les cyclones, les tornades et les trombes ainsi que les crises climatiques. Une inondation est le recouvrement de terres par de l’eau (douce ou salée). Il en existe plusieurs causes : d’un côté, les crues, qu’elles soient dues à des précipitations sur de longues périodes ou à de fortes pluies d’orage ; de l’autre, les cyclones […] Lire la suite

DÉPRESSION, météorologie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 3 414 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les dépressions thermiques »  : […] Les dépressions thermiques se développent généralement dans les régions bénéficiant d’un meilleur ensoleillement ou d’une meilleure capacité à absorber le rayonnement solaire que les régions voisines. Moins dense que son environnement, l’air réchauffé au contact de la surface monte sous l’effet de la poussée d’Archimède, ce qui réduit la pression exercée à cet endroit. Un tel processus est renfo […] Lire la suite

MÉTÉORES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 6 608 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Les trombes et les tornades  »  : […] Les trombes et les tornades sont des colonnes d'air tourbillonnant , en forme de colonne tubulaire ou de cône renversé, qui se développent sous la base de cumulonimbus. Tornade, trombe ou trombe marine sont des termes qui désignent le même phénomène météorologique, mais le premier est plus souvent utilisé pour les tourbillons se produisant au-dessus de surfaces terrestres, alors que les trombes su […] Lire la suite

ORAGES

  • Écrit par 
  • René CHABOUD
  •  • 3 247 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les trombes ou tornades »  : […] Soudaines, peu durables, les tornades sont animées de mécanismes qui ne sont pas tous connus. Selon la définition donnée par l'Organisation météorologique mondiale, il s'agit d'un « phénomène qui consiste en un tourbillon de vent, souvent intense, dont la présence se manifeste par une colonne nuageuse ou un cône nuageux accolé à la base d'un cumulo-nimbus, et par un „buisson“ constitué par des po […] Lire la suite

TEXAS

  • Écrit par 
  • Florence NUSSBAUM
  •  • 2 552 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Une mosaïque de milieux naturels »  : […] Plus grand que la France métropolitaine, cet État géant offre un territoire contrasté. Le Texas présente un gradient climatique sud-est/nord-ouest, depuis les plaines littorales du golfe du Mexique au climat subtropical humide jusqu’aux plaines du nord semi-arides et au sud-ouest montagneux et aride de la région du Trans-Pecos, qui forme la bordure orientale du désert de Chihuahua. La végétation s […] Lire la suite

VENTS

  • Écrit par 
  • Jean BESSEMOULIN, 
  • René CHABOUD, 
  • Jean-Pierre LABARTHE
  •  • 6 207 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La force du vent et ses conséquences sur terre »  : […] Quand la vitesse du vent augmente, son énergie s'accroît plus vite encore car elle est directement fonction du carré de sa vitesse. Ainsi, pour une vitesse dix fois plus élevée, l'énergie développée devient cent fois plus grande. Ainsi encore, un vent de 100 km/h pourra ne causer que peu de dégâts, alors qu'un vent de 140 km/h développera une énergie deux fois plus grande, avec des conséquences i […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre CHALON, « TORNADES ET TROMBES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tornades-et-trombes/