GARNIER TONY (1869-1948)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bien plus célèbre pour son projet de cité industrielle que pour ses quelques réalisations, Tony Garnier est un extraordinaire précurseur ; il est le premier grand urbaniste moderne. Ses propositions seront reprises, analysées, critiquées par tous les architectes des années vingt.

Né dans un quartier populaire de Lyon, Garnier fait ses études dans sa ville natale dont l'atmosphère intellectuelle contribua pour beaucoup à sa formation (socialisme et préoccupations urbanistiques). Lyon est en effet l'une des premières villes à avoir voulu planifier la construction ; dès avant la municipalité d'Édouard Herriot avec lequel Garnier collaborera étroitement, l'accent avait été mis sur les problèmes de l'habitation ouvrière, les conditions d'hygiène, la construction des groupes scolaires et leur implantation dans chaque quartier. En décembre 1889, Garnier est admis à l'École des beaux-arts à Paris dont l'atmosphère est réactionnaire ; cependant, de l'enseignement de Paul Blondel (dont Perret est aussi l'élève) et de Guadet, il tire certaines conclusions qui feront la force de ses futurs projets : le principe, notamment, d'« élasticité » d'un plan qui permet de changer certains détails (et prévoit l'accroissement d'une partie) sans modifier la composition d'ensemble. Dès 1894, Garnier se présente au concours du prix de Rome : il n'en recevra le premier grand prix qu'en 1899 pour sa sixième tentative, pensant naïvement : « Pour pouvoir dire quelque chose, il me fallait d'abord être prix de Rome. »

À la villa Médicis, Garnier ne remplit pas ses obligations (il s'agissait de reconstitutions archéologiques de bâtiments anciens), bâcle le travail requis par l'Académie et envoie dès 1901 comme supplément « deux feuilles représentant en plan et en vue générale une cité qui ne correspond en rien à ses obligations de pensionnaire ». Les plans ne sont pas montrés à Paris, car ils sont « trop » modernes, et Garnier, déçu, continue de trava [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  GARNIER TONY (1869-1948)  » est également traité dans :

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - L'architecte

  • Écrit par 
  • Florent CHAMPY, 
  • Carol HEITZ, 
  • Roland MARTIN, 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 16 573 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'enseignement : l'École des beaux-arts »  : […] L'enseignement « Beaux-Arts » est de type charismatique et vise à faire éclore le don que chaque élu porte en lui. Il s'appuie sur la transmission par osmose, du maître à l'élève et de l'ancien au nouveau, non seulement d'un savoir théorique et pratique, mais d'un ensemble de valeurs. L'atelier est la structure de base de cet enseignement, le folklore en est l'accompagnement. Les rites de passage, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-themes-generaux-l-architecte/#i_8106

ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Béton

  • Écrit par 
  • Bernard HAMBURGER
  •  • 3 183 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Historique »  : […] Le béton de ciment armé est né sous la forme d'une barque, flottant sur le lac du Bourget. Lambot avait ainsi inventé le procédé, dès 1848. Monier, un an plus tard, le découvre à nouveau, pour des bacs à fleurs. En 1900, le premier immeuble en béton armé est édifié à Paris, 1, rue Danton, par François Hennebique. Dès lors, les brevets se succèdent rapidement : Monier met au point successivement u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-materiaux-et-techniques-beton/#i_8106

URBANISME - Théories et réalisations

  • Écrit par 
  • Françoise CHOAY
  •  • 9 915 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Urbanisme progressiste »  : […] Le premier véritable modèle d'urbanisme progressiste est proposé en 1882 sous le nom de Ciudad lineal (Cité linéaire) dans un article du journal El Progreso de Madrid, par un autre Espagnol, Arturo Soria y Mata. D'autres articles suivent puis, à partir de 1896, la revue Ciudad lineal . Philosophe, militant social, spécialiste des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/urbanisme-theories-et-realisations/#i_8106

URBANISME - L'urbanisme en France au XXe siècle

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 10 183 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un bilan modeste »  : […] Désormais pourvue d'un enseignement et d'une législation, la planification urbaine aurait pu connaître, entre les deux guerres, une phase de développement importante. Le bilan demeure pourtant modeste. La difficulté à mettre en application la loi Cornudet et la crise des années 1930 contribueront en effet à ajourner, sine die, la plupart des projets. L'action menée par le maire de Lyon, Édouard H […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/urbanisme-l-urbanisme-en-france-au-xxe-siecle/#i_8106

USINES DU MOUVEMENT MODERNE (PROJETS ET RÉALISATIONS) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 651 mots

1901-1904 Cité industrielle, Tony Garnier (projet théorique). L'usine principale de la Cité industrielle, qui est aussi sa raison d'être, est une usine métallurgique, formée essentiellement de hauts-fourneaux. Elle est desservie par une gare ferroviaire et une gare d'eau, et les différents bâtiments sont séparés par des avenues plantées d'arbres en quinconce. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/usines-du-mouvement-moderne-projets-et-realisations-reperes-chronologiques/#i_8106

Pour citer l’article

Yve-Alain BOIS, « GARNIER TONY - (1869-1948) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tony-garnier/