Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

VESPASIEN TITUS FLAVIUS (9-79) empereur romain (69-79)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Né à Reate, l'actuelle Rieti, ville de l'Italie centrale, Vespasien, fils de publicain, appartient au monde des finances de l'Empire romain. Élevé dans une métairie de Toscane, il apprend à connaître les problèmes qui se posent aux paysans. Son origine aisée lui permet de franchir les étapes d'une carrière politique qui le mène, sous l'empereur Caligula, à exercer les fonctions d'édile en 38 et de préteur en 39. Sous le règne de l'empereur Claude, il participe en 43 à la campagne de la Bretagne insulaire, en qualité de commandant d'une légion. Il reviendra dans ce pays en 47 avec son fils aîné Titus et s'y signalera par de nombreux faits d'armes. Rentré à Rome en triomphateur, il exerce la charge de consul en 51. Sous le règne de Néron, Vespasien est envoyé en Afrique où il succède à L. Vittelius en 62. Mais à la suite de la révolte qui éclate en Judée et après la mort de Cestius Gallus, Vespasien est nommé légat impérial dans cette région et les trois légions qu'il commande sont chargées de la répression. Aidé de son fils Titus, Vespasien s'acquitte avec un certain succès de sa tâche et il réussit à contenir les armées juives dont l'une est commandée par le célèbre historien Flavius Josèphe. En 67 Vespasien s'empare en outre de nombreuses villes, telles Jaffa, Jotapat, Joppé et Tibériade, Tarichée et Gamala et il fait prisonniers six mille Juifs qu'il envoie en Grèce. En 68, il est sur le point d'investir Jérusalem, lorsque Néron est assassiné. La succession disputée de l'empereur défunt ouvre dans tout l'empire une période de guerre civile. En moins d'un an trois empereurs se succèdent sur le trône impérial de Rome : Galba, Othon et enfin Vitellius. Fortes de leurs succès militaires et lassées des désordres, les légions d'Orient proclament Vespasien empereur le 1er juillet 69 à Alexandrie, sur la recommandation du Juif Tibère Alexandre, préfet d'Égypte. Cette proclamation est confirmée à Césarée et à Antioche. Vespasien est notamment soutenu par Antonius Primus, légat de l'Illyrie, qui attaque les partisans armés de Vitellius et les écrase à Crémone à la fin d'octobre 69. Après diverses péripéties, Vitellius est égorgé sur le Forum de Rome le 20 décembre de la même année. Vespasien, qui doit achever sa tâche en Orient, dépêche alors à Rome son fils cadet Domitien ainsi que Mucien, légat de la province de Syrie. Puis il charge Titus, son fils aîné de s'emparer de Jérusalem. Le Sénat romain a déclaré Vespasien Auguste, lui a conféré la puissance tribunicienne et l'a désigné consul pour la seconde fois, alors que son fils Titus l'est pour la première fois. Vespasien rentre à Rome en 70 et, pendant les neuf dernières années de son règne, il montre son désir de remettre en ordre l'empire, bouleversé par les guerres civiles. Il prend une série de mesures qui témoignent de son habileté politique et de la sûreté de sa gestion. Pour parer à toutes nouvelles tentatives de coups d'État, il diminue le nombre des cohortes prétoriennes. Pour lutter contre l'influence trop grande des affranchis, il favorise la promotion des représentants de l'ordre équestre dans l'administration centrale. Pour vaincre les lenteurs de la justice, il accélère l'instruction des procès. Pour rétablir les finances publiques, dilapidées par les folies de ses prédécesseurs, il impose lourdement les provinces. Son avarice est réputée. À celui qui s'étonne que les latrines ne soient plus gratuites sous son règne, Vespasien répond par la formule célèbre : « L'argent n'a pas d'odeur. » Pour parfaire la solidité des institutions impériales, Vespasien tente d'associer ses deux fils Titus et Domitien aux responsabilités du pouvoir et de créer ainsi une nouvelle dynastie, connue dans l'histoire sous le nom de dynastie flavienne : Titus règnera de 79 à 81[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : diplômé d'études supérieures d'histoire, directeur de collections historiques

Classification

Pour citer cet article

Joël SCHMIDT. VESPASIEN TITUS FLAVIUS (9-79) empereur romain (69-79) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • AGRICOLA CNAEUS JULIUS (40-93)

    • Écrit par
    • 290 mots

    Né à Fréjus, antique et célèbre colonie grecque puis romaine, Cnaeus Julius Agricola fait partie de ces provinciaux studieux qui serviront encore pendant trois siècles Rome avec dévouement. Il fait ses études à Marseille, et entre dans la carrière civile et militaire, sert comme tribun en Bretagne...

  • ANNÉE DES TROIS EMPEREURS

    • Écrit par
    • 243 mots

    L'année 69 est marquée par la première guerre civile de l'Empire romain, durant laquelle trois prétendants (Galba, Othon, Vitellius) se succèdent au poste d'empereur, avant l'avènement d'une nouvelle dynastie. Tout commence en juin 68, lorsque l'empereur régnant, ...

  • BÉRÉNICE (28 env.-?) princesse juive

    • Écrit par
    • 646 mots

    Fille d'Hérode Agrippa Ier, petit-fils d'Hérode et de Mariamne, Bérénice épousa, en 41, Marcus, fils d'Alexandre, alabarque d'Alexandrie et frère du philosophe Philon. Le mari de Bérénice ne tarda pas à mourir. Son père lui fit alors épouser en 46 Hérode, roi de Chalcis, qui n'était...

  • DESTRUCTION DE JÉRUSALEM PAR TITUS

    • Écrit par
    • 190 mots
    • 1 média

    Depuis — 63 sous domination romaine, Israël fomente plusieurs révoltes. En 66, sous Néron, éclate une insurrection qui défait la XIIe légion de Cestius Gallus, gouverneur de Syrie. Un gouvernement à majorité pharisienne se constitue à Jérusalem, renversé par les zélotes Siméon...

  • Afficher les 12 références