EAKINS THOMAS (1844-1916)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le professeur

En 1876, Eakins commença à enseigner à la Pennsylvania Academy à Philadelphie où, en 1879, il fut nommé professeur. Il s'inspira des méthodes d'enseignement de Gérôme et de Bonnat. Eakins était connu pour initier très tôt ses élèves à la peinture à l'huile et pour la minutie avec laquelle il enseignait la perspective et l'anatomie. Il se livra même à de nombreuses dissections à l'Academy. Ce penchant pour la science, souvent décrit comme sa caractéristique la plus américaine, est en fait ce qui le rapproche le plus de ses collègues parisiens, Meissonier, Gérôme et Degas. Tous ces maîtres de la perspective étudièrent l'anatomie humaine, firent des expériences photographiques et s'intéressèrent aux photographies d'animaux en mouvement que fit Muybridge en Californie et à Philadelphie entre 1870 et 1890. Eakins lui-même étudia le mouvement avec des séries de photographies et alla jusqu'à inventer un appareil photographique plus précis que celui de Muybridge.

La carrière d'Eakins à la Pennsylvania Academy prit fin le jour où, dans une classe mixte, il fit poser un modèle masculin complètement nu (1886). Il continua d'enseigner dans d'autres établissements, en particulier à l'Academy of Design de New York et, pendant un certain temps, dans son propre atelier à Philadelphie. À la fin du siècle, il fut tellement accaparé par les membres de sa famille et par ses élèves que le public l'oublia. C'est d'autant plus étrange que son maître Bonnat était alors au sommet de la popularité, en particulier auprès des Américains. Fort heureusement, des revenus familiaux lui permirent de conserver une indépendance financière et artistique. Il est possible que le manque d'intérêt et de critique à l'égard de son œuvre l'ait découragé : ses dernières toiles pèchent souvent par la forme et le coloris.

L'importance d'Eakins tient non seulement aux meilleures de ses œuvres et à sa peinture de la vie américaine, mais aussi à son enseignement. En renforçant le programme des études de dessin et de peinture de figures à Philadelphie et à New York (et, par l'intermédiaire de ses nombreux élèves, dans le pays tout entier), il jeta les bases de cet attachement à l'art figuratif qui caractérise périodiquement la peinture américaine : Ashcan School avant la Première Guerre mondiale, réalisme social et régionalisme des années trente et pop art des années soixante.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  EAKINS THOMAS (1844-1916)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 484 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « La peinture de la société »  : […] L'un des motifs constants de la « quête de nationalité », qui imprègne l'essor des arts aux États-Unis, est un débat virulent sur la compatibilité entre la notion d'art, entendue dans un sens « européen », c'est-à-dire académique et élitiste, et les valeurs de la démocratie. Il ne manqua pas de peintres, dans la première moitié du siècle surtout, pour déplorer l'absence aux États-Unis des sujets t […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE (art) - L'académisme

  • Écrit par 
  • Marc-Emmanuel MÉLON
  •  • 2 215 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le réel et l'idée »  : […] L' Angleterre victorienne, pudibonde et moralisatrice, a connu une longue tradition académique. Julia Margaret Cameron (1815-1879) est beaucoup plus célèbre pour ses portraits d'une étonnante modernité que pour ses reconstitutions théâtrales de scènes historiques ou littéraires, maniérées et désuètes, et marquées par l'esthétique préraphaélite . Mais c'est un photographe suédois travaillant à Lon […] Lire la suite

POMPIER, art

  • Écrit par 
  • Jacques THUILLIER
  •  • 4 039 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La remise en cause »  : […] Sur le plan géographique, une première faille est évidente. L'art du xix e siècle est par excellence international. Or non seulement le terme « pompier » ne peut se traduire en d'autres langues, mais les pays étrangers, qui acceptent volontiers la condamnation par les Français de toute une partie de la peinture du xix e siècle, refusent d'y englober leurs propres peintres, même s'ils appartienne […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gerald M. ACKERMAN, « EAKINS THOMAS - (1844-1916) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-eakins/