THÉOLOGIE NÉGATIVE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Apophatisme, langage et mystique

Nous retrouvons dans le Tractatus logico-philosophicus de Wittgenstein des problèmes analogues à ceux que Damascius avait posés. Mais l'opposition n'est plus cette fois entre le tout et le principe, mais entre le langage ou le monde et son sens : « La proposition est capable de représenter la réalité, écrit-il, mais elle n'est pas capable de représenter ce qu'elle doit avoir de commun avec la réalité pour pouvoir représenter la réalité, à savoir la forme logique. Pour pouvoir représenter la forme logique, il nous faudrait, avec la proposition, nous situer à l'extérieur de la logique, c'est-à-dire à l'extérieur du monde » (4. 12). Nous ne pouvons sortir du langage (qui pour nous est le tout) pour pouvoir exprimer le fait que le langage exprime quelque chose : « Ce qui s'exprime dans le langage, nous ne pouvons l'exprimer par le langage » (4. 121). On retrouve donc ici un apophatisme radical : il y a un indicible, un inexprimable et même, jusqu'à un certain point, un impensable, s'il est vrai que pour l'auteur le pensable s'identifie au représentable. Et pourtant, fidèle en cela à la tradition apophatique, Wittgenstein n'hésite pas à affirmer que cet indicible se montre. La proposition « montre » la forme logique de la réalité (4. 121) ; le fait que les propositions logiques soient des tautologies montre la logique du monde (6. 12). Finalement, ce qui se montre n'est pas de l'ordre du discours logique, mais de l'ordre «  mystique » : « Il y a en tout cas un inexprimable ; il se montre ; c'est cela le mystique » (6. 522). Le « mystique » semble correspondre, pour Wittgenstein, à une plénitude existentielle et vécue qui échappe à toute expression : « Le mystique, ce n'est pas : comment est le monde, mais : le fait qu'il soit » (6. 44). Suivant ici encore la tradition apophatique, le logicien invite au silence au sujet de cet indicible « qui se montre » : « Sur ce dont on ne peut parler, il faut se taire » (7). Le langage a donc un sens, le monde a donc un sens, et pourtant c [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages



Écrit par :

Classification


Autres références

«  THÉOLOGIE NÉGATIVE  » est également traité dans :

ABSOLU

  • Écrit par 
  • Claude BRUAIRE
  •  • 4 206 mots

Dans le chapitre « Absolu et négation »  : […] Cette dernière proposition n'est que l'application immédiate de la règle élémentaire de toute connaissance qui n'est effective que si elle est distincte et concerne, par conséquent, ce qui est limité et se laisse définir, circonscrire par opposition. Mais une opposition précise est un rapport déterminé. Négation de tout rapport, l'absolu ne saurait donc admettre une détermination particulière, par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/absolu/#i_8505

ANGELUS SILESIUS JOHANNES SCHEFFLER dit (1624-1677)

  • Écrit par 
  • Eugène SUSINI
  •  • 2 057 mots

Dans le chapitre « « Le Pèlerin chérubique » »  : […] La Sainte Joie de l'âme et la Description sensible des quatre choses dernières sont des œuvres proprement lyriques, emphatiques parfois, souvent maniérées dans le goût de la Trutznachtigall de Friedrich Spee et d'autres poètes mystiques du xvii e  siècle. L'œuvre capitale, la plus o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/angelus-silesius/#i_8505

ANTHROPOMORPHISME

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 7 545 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Extension de la forme humaine à des domaines non humains »  : […] En son sens usuel, l'anthropomorphisme signifie l'utilisation d'attributs humains pour représenter ou expliquer ce qui est autre que l'homme. Il est clair que le procédé n'aura pas même signification ni même valeur suivant les diverses natures possibles de cet « autre chose que l'homme ». Mais point n'est besoin de quitter l'humanité pour voir se déployer le jeu de la pensée anthropomorphique ; il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropomorphisme/#i_8505

DENYS ou PSEUDO-DENYS L'ARÉOPAGITE (Ve-VIe s.)

  • Écrit par 
  • René ROQUES
  • , Universalis
  •  • 2 290 mots

Dans le chapitre « La divinisation »  : […] La divinisation des intelligences est à la fois connaissance et activité, et elle revêt trois aspects : purification (κάθαρσις), illumination (ἔλλαμψις), perfection ou union (τελείωσις, ἕνωσις), avec cette réserve que, chez les anges, la purification, simple élimination d'une ignorance antérieure, ne comporte rien de matériel, nulle référence à des fautes passées. Ces trois aspects ne sont a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/denys-pseudo-denys-l-areopagite/#i_8505

DIEU - L'affirmation de Dieu

  • Écrit par 
  • Claude GEFFRÉ
  •  • 7 959 mots

Dans le chapitre « Le Dieu caché et le Dieu inconnu »  : […] On se trouve en présence de deux séries de textes dans l'Écriture. Les uns affirment que nul ne peut voir Dieu et rester vivant (cf. Ex., xxxiii , 20-23 ; et aussi xix , 21) . « Personne n'a jamais vu Dieu », déclare Jean (I Jean, iv , 12) . D'autres affirment l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dieu-l-affirmation-de-dieu/#i_8505

ECKHART MAÎTRE (1260 env.-env. 1327)

  • Écrit par 
  • Louis COGNET
  •  • 2 660 mots

Dans le chapitre « De la déité à Dieu »  : […] Sa doctrine consiste en des spéculations sur l'être, lequel, pris absolument, s'identifie à Dieu. Eckhart distingue, d'une manière formelle et non réelle, la déité et Dieu. La déité, c'est l'essence divine absolue, isolée en son aséité, au-dessus de tout nom, de tout rapport, et dont nous ne pouvons rien affirmer, sinon qu'elle est unité. On ne peut donc en parler qu'en termes de théologie apopha […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maitre-eckhart/#i_8505

GRÉGOIRE PALAMAS (1296-1359)

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT
  •  • 1 203 mots

Dans le chapitre « Une théologie de la déification »  : […] La pensée de Palamas n'est pas un système conceptuel mais une « théologie des réalités », l'expression modeste, nécessairement antinomique, d'une expérience du mystère qui met en cause l'homme total pour le « déifier » tout entier. « Toute parole peut être contestée par une autre, mais quelle est la parole qui peut contester la vie ? » ( Défense des saints hésychastes ). Cett […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gregoire-palamas/#i_8505

JEAN DE LA CROIX (1542-1591)

  • Écrit par 
  • Louis COGNET, 
  • Bernard SESÉ
  •  • 3 742 mots

Dans le chapitre « La nuit passive »  : […] En dehors de l'Écriture et de quelques lieux communs patristiques ou scolastiques, l'œuvre de Jean de la Croix ne contient pratiquement aucune citation, et pendant longtemps les commentateurs l'ont considéré comme une sorte d'autodidacte dans le domaine spirituel. Cependant, de récentes recherches ont montré qu'en fait il utilisait discrètement une considérable culture en ce domaine. Fortement inf […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-de-la-croix/#i_8505

JEAN SCOT ÉRIGÈNE (810 env.-env. 877)

  • Écrit par 
  • René ROQUES
  •  • 1 738 mots

Dans le chapitre « Théophanies et divinisation »  : […] Paradoxalement, les théophanies sont liées à la déchéance de l'intelligence ( mens , animus , intellectus , νο̃υς) qui n'a pas su se maintenir dans sa condition primordiale, c'est-à-dire dans l'unité indivise des causes. Le péché originel a provoqué la procession, l'« irruption », ou l'« inondation » des causes dans la multiplicité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-scot-erigene/#i_8505

NÉANT

  • Écrit par 
  • Jean LEFRANC
  •  • 3 210 mots

Dans le chapitre « « L'être et le néant sont la même chose » »  : […] La réduction « humaniste » de la dialectique permettait d'éviter ou d'atténuer le paradoxe des formulations de la Science de la logique . Hegel s'attendait d'ailleurs à des sarcasmes qui n'ont pas manqué. « Cela n'exige pas une grande dépense d'esprit, écrit-il dans la Logique de 1817, de tourner la proposition qu'être et néant sont la même chose et d'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neant/#i_8505

ORTHODOXE ÉGLISE

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Bernard DUPUY, 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 23 318 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'antinomie apophatique et la distinction de l'essence et des énergies »  : […] La déification réelle se réalise dans une approche apophatique du mystère. L'apophase est d'abord une théologie négative qui nie toute limitation conceptuelle au sujet de Dieu. Dieu n'est pas la clé de voûte d'un système de valeurs ou de concepts, il n'est ni l'être suprême, un « étant » au sommet des « étants », ni l'essence intelligible, ni même « Dieu ». « Il n'existe pas à son égard, écrit Gr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglise-orthodoxe/#i_8505

PROCLUS (412-485)

  • Écrit par 
  • Jean TROUILLARD
  •  • 1 989 mots

Dans le chapitre « Esquisse doctrinale »  : […] On ne peut évidemment pas comprendre les démarches de Proclus sans avoir présents à l'esprit quelques présupposés communs à tous les néo-platoniciens. Ceux-ci n'étudient pas Platon comme un penseur marquant une étape dans une évolution historique, mais comme un maître inspiré dispensant une sagesse éternellement vivante. Dès lors, il ne faut pas seulement l'interroger sur les questions qu'il a pos […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proclus/#i_8505

SUSO (entre 1296 et 1302-1366)

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC
  •  • 1 324 mots

Plus connu en France sous le nom latinisé de Suso, le dominicain Heinrich Seuse suivit d'abord l'exemple des pères du désert ; son tempérament exalté le poussait vers un ascétisme presque morbide ; sous l'influence d'Eckhart, il s'exerça à une spiritualité plus intérieure. Dans un langage apparenté à celui des poètes courtois de son pays, il a chanté une expérience personnelle d'amour mystique où […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suso/#i_8505

UN PHILOSOPHIES DE L'

  • Écrit par 
  • Jean TROUILLARD
  •  • 3 714 mots

Dans le chapitre « Le problème de l'un et du multiple »  : […] En un sens, toute philosophie est une philosophie de l'un. Car penser, c'est nécessairement unifier. On l'avait reconnu bien avant Kant. L'affirmation du multiple lui-même est une manière de poser l'unité. Toute division est effectuée ou constatée par un acte indivis. Et, si l'on renonce à découvrir la moindre cohésion dans les choses ou le discours, on le fait encore par une démarche qui ne reno […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-de-l-un/#i_8505

Pour citer l’article

Pierre HADOT, « THÉOLOGIE NÉGATIVE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/theologie-negative/