Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

APOPHATISME

Articles

  • ANGELUS SILESIUS JOHANNES SCHEFFLER dit (1624-1677)

    • Écrit par Eugène SUSINI
    • 2 059 mots
    ...caractère dépouillé, inconcevable et indéfinissable, de Déité ou de Surdéité. Dieu, en effet, et Silesius suit en cela les partisans de la théologie apophatique, ne se définit pas, ou se définit d'une manière toute négative, car toute définition est une limitation, et Dieu est tout à fait étranger ou...
  • DENYS ou PSEUDO-DENYS L'ARÉOPAGITE (Ve-VIe s.)

    • Écrit par Universalis, René ROQUES
    • 2 287 mots
    ...raréfaction et, au terme, de la suppression du langage, ce qui doit permettre à l'intelligence l'union la plus étroite avec l'« Ineffable ». Mais cette dialectique apophatique ne peut pas s'entendre, malgré les termes qui la décrivent, en un sens privatif. Elle est réellement négation de négations et de...
  • DIEU - L'affirmation de Dieu

    • Écrit par Claude GEFFRÉ
    • 7 962 mots
    ...après la révélation, l'essence de Dieu demeure au-delà de ce qu'on peut en connaître : il est le Dieu caché. On parlera de la théologie négative ou apophatique pour désigner une théologie qui garde toujours ce sens de l'incompréhensibilité de Dieu. La théologie des Pères grecs est particulièrement...
  • ECKHART MAÎTRE (1260 env.-env. 1327)

    • Écrit par Louis COGNET
    • 2 666 mots
    ..., au-dessus de tout nom, de tout rapport, et dont nous ne pouvons rien affirmer, sinon qu'elle est unité. On ne peut donc en parler qu'en termes de théologie apophatique négative, de telle sorte que même les termes d'être et de bonté, tels qu'ils sont dans le langage humain, ne sauraient lui convenir....
  • GRÉGOIRE PALAMAS (1296-1359)

    • Écrit par Olivier CLÉMENT
    • 1 203 mots
    ...révèle abîme d'amour : « Lui qui transcende toutes choses, incompréhensible et indicible, consent à devenir participable... et invisiblement visible. » L'apophase n'est pas seulement une théologie négative, mais, par la crucifixion des concepts et la métamorphose des passions, l'ouverture...
  • ISLAM (La civilisation islamique) - La philosophie

    • Écrit par Christian JAMBET, Jean JOLIVET
    • 8 975 mots
    ... siècle). Le but de ce dignitaire ismaélien fut de traduire le tawhīd, la profession de foi en l'unicité divine, dans les termes d'un apophatisme rigoureux. L'Un est au-delà de l'existant, et il transcende l'être. Il est au-delà de toute nomination. Sejestānī est dans la droite...
  • ORTHODOXE ÉGLISE

    • Écrit par Olivier CLÉMENT, Bernard DUPUY, Jean GOUILLARD
    • 23 362 mots
    • 1 média
    La déification réelle se réalise dans une approche apophatique du mystère. L'apophase est d'abord une théologie négative qui nie toute limitation conceptuelle au sujet de Dieu. Dieu n'est pas la clé de voûte d'un système de valeurs ou de concepts, il n'est ni l'être suprême, un « étant » au sommet des...
  • SYMÉON LE NOUVEAU THÉOLOGIEN (949-1022)

    • Écrit par Olivier CLÉMENT
    • 1 293 mots
    ...Toute la vision théologique de l'Orient chrétien est rendue par Syméon en termes directs et brûlants, dans le verbe de celui qui « vit ce dont il parle ». Ses chants d'amour en particulier sont structurés par l'antinomie apophatique de l'abîme et de la croix. Il part d'une expérience du sans-limites ; il...
  • THÉOLOGIE NÉGATIVE

    • Écrit par Pierre HADOT
    • 3 872 mots

    Il serait peut-être préférable de parler d' apophatisme (du grec apophasis, négation) ou de méthode aphairétique (du grec aphairesis, abstraction) plutôt que de théologie négative. Car, si l'on appelle traditionnellement « théologie négative » une méthode de pensée qui se propose de concevoir...