HERZL THEODOR (1860-1904)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'engagement sioniste

En février 1896 paraît à Vienne Der Judenstaat (L'État des juifs). Le sous-titre, « Tentative de solution moderne à la question juive », résume parfaitement le propos de Herzl : l'irréductibilité de l'antisémitisme exige une réponse politique globale qui passe par l'établissement d'un État juif, par immigration des juifs de diaspora et sous égide internationale. La force de l'ouvrage tient tout entière dans cette proclamation nationale qui allait à l'encontre de l'idéal d'intégration des juifs dans les pays hôtes, défendu tant par les notables juifs que par les autorités religieuses en Europe occidentale. D'où l'accueil froid, sinon franchement hostile, que son ouvrage rencontra d'emblée à Vienne comme à Paris. La réaction fut tout autre en Europe orientale. Certes, là aussi, son projet fut dénoncé aussi bien par la plupart des rabbins, qui rejetaient les prétentions politiques du sionisme, que par les partisans du Bund, qui prônaient, pour les juifs en diaspora, l'autonomie culturelle associée à la révolution sociale. Mais Herzl trouva un écho favorable dans une partie des masses juives au sein desquelles était apparu, depuis les années 1880, le mouvement des Amants de Sion qui défendait le retour des juifs sur la Terre d'Israël et œuvrait à l'édification de villages voués à être les fondements d'une société juive autonome. Des centaines d'associations avaient été créées dans l'Empire tsariste pour soutenir ce mouvement, au nom duquel environ dix mille juifs s'étaient installés en Palestine. Herzl ignorait tout de cette effervescence au sein du judaïsme russe qui lui prodiguera le soutien populaire dont le sionisme, mouvement politique jeune, dynamique et en rupture avec les idéologies dominantes dans le monde juif, avait tant besoin.

S'il y avait, donc, avant Herzl, des aspirations sionistes, il n'existait pas de projet politique cohérent. Ce dernier est son œuvre. En août 1897, Theodor Herzl réunit à Bâle le congrès fondateur de l'Organisation sioniste mondiale, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages






Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., Centre d'études et de recherches internationales-Sciences Po

Classification


Autres références

«  HERZL THEODOR (1860-1904)  » est également traité dans :

ISRAËL

  • Écrit par 
  • Marcel BAZIN, 
  • Claude KLEIN, 
  • François LAFON, 
  • Lily PERLEMUTER, 
  • Ariel SCHWEITZER
  • , Universalis
  •  • 26 707 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre «  Du sionisme politique à la création de l'État d'Israël »  : […] Au cours des siècles, depuis la disparition de la dernière forme d'autonomie politique juive (marquée par la destruction du second Temple par les Romains en l'an 70 de notre ère), les Juifs n'ont jamais cessé de rappeler leur attachement à Sion et à la Terre promise. Cependant, peu à peu, le lien perdait de sa réalité pour ne plus être qu'un rappel purement religieux sinon mystique. Il faut attend […] Lire la suite

JUDAÏSME - Histoire du peuple juif

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 11 236 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le sionisme politique »  : […] Le sionisme politique trouve sa formulation dans L'État juif du journaliste hongrois Theodor Herzl (1896). Il était préparé par des ouvrages des rabbins J. Alcalay et Z. H. Kalischer, de Moïse Hess parus en 1862, par Auto-Émancipation de L. Pinsker et surtout par les mouvements Ḥōvevē-Şion (« Amants de Sion ») en Russie. Prenant acte de la réalité historique de l'antisémitisme en tout pays où l […] Lire la suite

SIONISME

  • Écrit par 
  • Alain DIECKHOFF
  •  • 9 987 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'originalité du projet politique de Theodor Herzl »  : […] Theodor Herzl n'a pas été le créateur du mot sionisme que le journaliste viennois, Nathan Birnbaum, avait forgé en 1890 pour désigner la renaissance politique des juifs par leur réinstallation collective en Palestine. Il n'a pas été, non plus, l'initiateur de l'idée, répandue dès 1880, du retour en Eretz Israël afin de redonner un contenu national au judaïsme. Sans son action, pourtant, le sionism […] Lire la suite

UTOPIE

  • Écrit par 
  • Henri DESROCHE, 
  • Joseph GABEL, 
  • Antoine PICON
  •  • 12 030 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Utopies écrites et utopies pratiquées »  : […] Il serait arbitraire de supposer que l'utopie se confine au genre littéraire de libelles plus ou moins aberrants lancés par des fantaisistes. Certes, la fantaisie n'est guère séparable de l'utopie, mais la fantaisie dont il s'agit est celle d'une imagination qui, si elle est constituée par des situations, n'en est pas moins constituante d'autres situations. L'histoire a fait les utopies, mais auss […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain DIECKHOFF, « HERZL THEODOR - (1860-1904) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/theodor-herzl/