TÉRENCE (env. 190-env. 159 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Valeurs et enseignements

Un théâtre de jeunesse

Africain d'origine, peut-être natif de Carthage, et « déraciné » dès son plus jeune âge, Térence subit l'influence d'un groupe d'hommes qui ne jurent que par les lettres helléniques. Ils goûtent à plein l'émerveillement d'être, comme dit Sainte-Beuve, « d'une même volée », et se sentent promis à une tâche commune : assimiler au mieux l'héritage des générations précédentes, mais également, et avant tout, faire triompher les idées de la nouvelle école. Ces idées, volontiers « contestataires », circulent librement à travers conversations et lectures, et comme, pour reprendre une boutade de Nietzsche, « un grand homme n'a pas seulement son esprit, mais aussi celui de ses amis », les comédies de Térence reflètent si nettement la mentalité et les tendances de son « équipe », qu'on a tendu parfois à voir en elles le produit d'une collaboration. C'est là chercher à leur auteur une vaine et fausse querelle : elles traduisent tout simplement les aspirations d'une époque et aussi d'un âge de la vie. Ce poète sortant à peine de l'adolescence, recueilli, éduqué, puis affranchi par son maître, Terentius Lucanus, et que Suétone, son biographe, dépeint comme un être fragile, « de taille moyenne, le corps frêle, le teint brun », nous fait songer au petit berbère d'André Gide. Son théâtre apparaît comme un théâtre de la jeunesse, un composé de revendications sentimentales et modérément sociales. Qui dit jeunesse, dit à la fois, admirations exclusives, parti pris dans la révolte comme dans l'obédience, irrévérence et désinvolture. Ce sont autant de traits qu'on relève chez l'auteur latin ; notamment dans ses prologues. Le prologue, simple exposition chez les Grecs – assez proche du programme d'aujourd'hui –, était déjà devenu, chez Plaute, selon l'heureuse formule de P. Fabia, « un sommaire encadré dans des actualités », susceptible d'allécher le public et de le rendre attentif au spectacle. Térence, plus « homme de lettres » que son prédécesseur, et contraint de lutter contre des adversaires qui s [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TÉRENCE (env. 190-env. 159 av. J.-C.)  » est également traité dans :

ARIOSTE L' (1474-1533)

  • Écrit par 
  • Paul RENUCCI
  • , Universalis
  •  • 6 206 mots

Dans le chapitre « Les comédies »  : […] Des cinq comédies de l'Arioste, trois laissent voir l'influence précise des Latins : La Cassaria, ou « Comédie de la caisse », écrite en prose en 1508, refaite en vers blancs en 1531, procède de l' Aulularia et de la Mostellaria de Plaute et, à un moindre degré, de L'Andrienne de Térence ; I Suppositi (titre à peu près intraduisible avec la somme de ses équivoques), écrits en prose en 1509, refai […] Lire la suite

CAECILIUS STATIUS (220 av. J.-C.?-? 166 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 182 mots

Poète comique latin de la génération précédant Térence, Caecilius a peut-être passé sa jeunesse auprès d'Ennius. Il était courant à l'époque de faire composer des divertissements dramatiques par des esclaves instruits, et Caecilius était esclave, d'où son nom de Statius. D'après un passage, peut-être apocryphe à vrai dire, de la vie de Térence par Suétone, les édiles romains auraient ordonné à Tér […] Lire la suite

COMÉDIE

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED
  •  • 5 416 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La comédie antique »  : […] La comédie européenne est née en Grèce, dans le cadre des fêtes traditionnelles en l'honneur de Dionysos. Au milieu des réjouissances populaires qui suivaient les cérémonies religieuses, un cortège burlesque se formait dans une explosion de plaisanteries et de chansons : ce théâtre quasi spontané engendra dès le vi e siècle avant J.-C., dans les pays doriens, puis à Mégare et en Sicile, des repré […] Lire la suite

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 8 571 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Naissance d'une poésie »  : […] La première période de la littérature latine, essentiellement tournée vers la poésie, s'étend du iii e au i er siècle avant J.-C. La plupart des littératures commencent par la poésie, parce qu'un « énoncé mémorable » (supposant un emploi littéraire du langage, par opposition au parler quotidien) demande appui aux rythmes, assonances, qui créent une beauté des mots et assurent leur durée dans la […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Barthélemy A. TALADOIRE, « TÉRENCE (env. 190-env. 159 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/terence/