CAECILIUS STATIUS (~220?-? ~166)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Poète comique latin de la génération précédant Térence, Caecilius a peut-être passé sa jeunesse auprès d'Ennius. Il était courant à l'époque de faire composer des divertissements dramatiques par des esclaves instruits, et Caecilius était esclave, d'où son nom de Statius. D'après un passage, peut-être apocryphe à vrai dire, de la vie de Térence par Suétone, les édiles romains auraient ordonné à Térence de lire à Caecilius son Andria (représentée en 166). Le succès de Caecilius comme auteur dramatique lui fut définitivement acquis grâce à l'appui du directeur de troupe Lucius Ambivius Turpio. Il reste de ses comédies quarante-deux titres et quelques fragments. Cicéron le donne comme traducteur de Ménandre. Les critiques de son temps ont souligné l'habileté de ses intrigues et son pouvoir d'émotion. Il semble que certains aient surestimé son importance dans l'histoire de la comédie latine. Sa principale contribution fut peut-être d'avoir transmis à Térence son propre goût pour Ménandre.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  CAECILIUS STATIUS (~220?-? ~166)  » est également traité dans :

COMÉDIE

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED
  •  • 5 416 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La comédie antique »  : […] La comédie européenne est née en Grèce, dans le cadre des fêtes traditionnelles en l'honneur de Dionysos. Au milieu des réjouissances populaires qui suivaient les cérémonies religieuses, un cortège burlesque se formait dans une explosion de plaisanteries et de chansons : ce théâtre quasi spontané engendra dès le vi e siècle avant J.-C., dans les p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie/#i_2573

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 8 570 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Naissance d'une poésie »  : […] La première période de la littérature latine, essentiellement tournée vers la poésie, s'étend du iii e au i er siècle avant J.-C. La plupart des littératures commencent par la poésie, parce qu'un « énoncé mémorable » (supposant un emploi littéraire du langage, par opposition au parler quotidien) demande appui aux rythmes, assonances, qui créent u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/latines-langue-et-litterature-la-litterature/#i_2573

TÉRENCE (~190 env.-env. ~159)

  • Écrit par 
  • Barthélemy A. TALADOIRE
  •  • 2 616 mots

Plaute et Térence, qui, faute d'autres œuvres conservées, apparaissent comme les seuls représentants qualifiés du théâtre comique des Latins, demeurent, depuis quelque vingt siècles, joints en une sorte de diptyque plus commode pour l'enseignement des manuels que conforme à la réalité. Plaute y fait figure d'éminent « farceur », doué de toutes les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/terence/#i_2573

Pour citer l’article

« CAECILIUS STATIUS (~220?-? ~166) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/caecilius/