Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TÉLÉCOMMUNICATIONS Histoire

Le télégraphe optique

C'est la nécessité de transmettre rapidement des informations sur de grandes distances qui devait conduire au développement des réseaux de télécommunication et notamment au premier du genre : le télégraphe de Chappe. Ce système, présenté par Claude Chappe (1763-1805) à la tribune de l'Assemblée législative le 22 mars 1792, est basé sur la transmission de messages entre des stations espacées d'une dizaine de kilomètres et situées sur des points élevés. Il a bénéficié, d'une part, de la mise au point de la lunette astronomique par un opticien de Londres (John Dollond) vers 1758, ce qui a permis de discerner des détails à grande distance, et, d'autre part, du contexte très porteur de la Révolution française. La France était alors entourée d'ennemis qui tentaient d'étouffer par les armes la propagation des idées de la Révolution. La transmission rapide de nouvelles des nombreux fronts de guerre qu'elle devait entretenir devenait alors vitale pour la république naissante.

Un dispositif à bras articulés associé à un système secret de codage

Télégraphe optique de Claude Chappe - crédits : Louis Figuier / Coll. M. Siméon

Télégraphe optique de Claude Chappe

Le télégraphe de Chappe est constitué de trois bras articulés montés au sommet d'un mât d'environ sept mètres de hauteur coiffant une tour. L'orientation des bras peut être commandée depuis le pied de la tour par un opérateur grâce à des manettes et un mécanisme de courroies et de poulies. Le bras principal, ou régulateur, sorte d'immense fléau de balance d'environ 4,50 mètres de longueur, peut prendre quatre positions : horizontale, verticale et inclinée à plus et moins 450. À chaque extrémité du régulateur, un bras plus petit, ou indicateur, d'environ 2 mètres de longueur, peut prendre sept positions de 45 en 450 (la première à 450, la deuxième à 900, et ainsi de suite jusqu'à la septième à 3150). L'ensemble, peint en noir, peut former 196 figures (4 × 7 × 7) nettement reconnaissables sur le fond du ciel : 92 sont utilisées pour la transmission des dépêches, les autres servent pour le protocole de transmission (permettant à l'émetteur de s'assurer que le récepteur a bien reçu le signal) entre tours adjacentes et pour les nombreux messages de service nécessaires au bon fonctionnement des lignes (par exemple : urgence, dérangement, petite activité, grande activité, congé d'un quart d'heure, etc.).

Le système de Chappe s'est révélé beaucoup plus efficace que ceux qui avaient été imaginés jusque-là, en général basés sur la transmission individuelle des lettres du message (indiquées au relais distant par des figures géantes ou un système de pointage à l'aide d'une aiguille sur un cadran). Chappe a en effet associé aux 92 signaux utiles un système de codage : pour envoyer un mot ou groupe de mots, il suffisait de deux signaux, le premier indiquant une page parmi 92 d'un lexique, le second, un mot ou un groupe de mots parmi 92 dans la page. Les dépêches étaient codées et décodées uniquement au départ et à l'arrivée par des personnes de confiance (les directeurs). Le code, tenu secret, était inconnu du personnel (les stationnaires) qui opérait dans les tours-relais. Le principe du lexique de Chappe était suffisamment souple pour pouvoir être adapté et enrichi au fur et à mesure, en fonction des besoins et de l'expérience.

Un réseau édifié à des fins principalement militaires

Télécommunications : station du télégraphe de Chappe - crédits : SHPTA

Télécommunications : station du télégraphe de Chappe

Après avoir démontré la validité de son système dans sa commune natale de Brûlon dans la Sarthe, Chappe sut obtenir des crédits de la Convention pour construire une ligne d'essai et de démonstration entre Ménilmontant, colline dominant Paris, et Saint-Martin-du-Tertre, distante d'une trentaine de kilomètres, avec un relais intermédiaire à Écouen. Le 12 juillet 1793 la transmission fut un succès. La première ligne opérationnelle (longue de 230 km[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

René WALLSTEIN. TÉLÉCOMMUNICATIONS - Histoire [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Télégraphe optique : premiers essais - crédits : AKG-images

Télégraphe optique : premiers essais

Claude Chappe - crédits : Eirik Irgens Johnsen/ Museum of Cultural History of Oslo, Norway ; CC BY-SA 4.0

Claude Chappe

Télévision, 1935 - crédits : AKG-images

Télévision, 1935

Autres références

  • 4G, télécommunications

    • Écrit par René WALLSTEIN
    • 1 573 mots

    Le déploiement en France du réseau de communications sans fil de quatrième génération pour les terminaux mobiles, la 4G, engagé en 2012 en direction des entreprises, s’est poursuivi et amplifié en 2013 vers le grand public. La France, comme ses voisins européens, suit ainsi le mouvement initié à...

  • ANTENNES, technologie

    • Écrit par Jean-Charles BOLOMEY
    • 5 197 mots
    • 7 médias

    Les possibilités offertes par la propagation des ondes électromagnétiques dans les milieux naturels sont exploitées à des fins multiples : radiodiffusion, télévision, radar, télécommunications, radionavigation...

    Dans toutes ces applications, l'antenne désigne ce composant indispensable au...

  • ATMOSPHÈRE - La couche atmosphérique terrestre

    • Écrit par Jean-Pierre CHALON
    • 7 816 mots
    • 7 médias
    ...La présence de couches ionisées (particules chargées électriquement) est une autre caractéristique de l’atmosphère qui a retenu depuis longtemps l’attention des spécialistes entélécommunications, en raison de leur aptitude à propager certaines ondes électromagnétiques sur de longues distances.
  • BARAN PAUL (1926-2011)

    • Écrit par Universalis
    • 368 mots

    Ingénieur électricien américain, Paul Baran a inventé le concept de réseau distribué et, parallèlement aux travaux de l'informaticien britannique Donald Davies, la transmission de données par paquets. Ces inventions ont fourni les bases d'Internet.

    Paul Baran naît le 29 avril 1926...

  • Afficher les 47 références

Voir aussi