TÉLÉCOMMUNICATIONSHistoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le télégraphe optique

C'est la nécessité de transmettre rapidement des informations sur de grandes distances qui devait conduire au développement des réseaux de télécommunication et notamment au premier du genre : le télégraphe de Chappe. Ce système, présenté par Claude Chappe (1763-1805) à la tribune de l'Assemblée législative le 22 mars 1792, est basé sur la transmission de messages entre des stations espacées d'une dizaine de kilomètres et situées sur des points élevés. Il a bénéficié, d'une part, de la mise au point de la lunette astronomique par un opticien de Londres (John Dollond) vers 1758, ce qui a permis de discerner des détails à grande distance, et, d'autre part, du contexte très porteur de la Révolution française. La France était alors entourée d'ennemis qui tentaient d'étouffer par les armes la propagation des idées de la Révolution. La transmission rapide de nouvelles des nombreux fronts de guerre qu'elle devait entretenir devenait alors vitale pour la république naissante.

Un dispositif à bras articulés associé à un système secret de codage

Le télégraphe de Chappe est constitué de trois bras articulés montés au sommet d'un mât d'environ sept mètres de hauteur coiffant une tour. L'orientation des bras peut être commandée depuis le pied de la tour par un opérateur grâce à des manettes et un mécanisme de courroies et de poulies. Le bras principal, ou régulateur, sorte d'immense fléau de balance d'environ 4,50 mètres de longueur, peut prendre quatre positions : horizontale, verticale et inclinée à plus et moins 450. À chaque extrémité du régulateur, un bras plus petit, ou indicateur, d'environ 2 mètres de longueur, peut prendre sept positions de 45 en 450 (la première à 450, la deuxième à 900, et ainsi de suite jusqu'à la septième à 3150). L'ensemble, peint en noir, peut former 196 figures (4 × 7 × 7) nettement reconnaissables sur le fond du ciel : 92 sont utilisées pour la transmission des dépêches, les autres servent pour le protocole de transmission (permettant à l'émetteur de s'assurer que le récepteur a bien reçu le signal) entre tours adjacentes et pour les nombreux messages de service nécessaires au bon fonctionnement des lignes (par exemple : urgence, dérangement, petite activité, grande activité, congé d'un quart d'heure, etc.).

Télégraphe optique de Claude Chappe

Photographie : Télégraphe optique de Claude Chappe

Né à la fin du XVIIIe siècle, le télégraphe de Chappe à bras articulés, associé à un système de codage des messages, a été le premier système efficace pour transmettre, sur une grande distance, des messages élaborés. 

Crédits : Louis Figuier / Coll. M. Siméon

Afficher

Le système de Chappe s'est révélé beaucoup plus efficace que ceux qui avaient été imaginés jusque-là, en général basés sur la transmission individuelle des lettres du message (indiquées au relais distant par des figures géantes ou un système de pointage à l'aide d'une aiguille sur un cadran). Chappe a en effet associé aux 92 signaux utiles un système de codage : pour envoyer un mot ou groupe de mots, il suffisait de deux signaux, le premier indiquant une page parmi 92 d'un lexique, le second, un mot ou un groupe de mots parmi 92 dans la page. Les dépêches étaient codées et décodées uniquement au départ et à l'arrivée par des personnes de confiance (les directeurs). Le code, tenu secret, était inconnu du personnel (les stationnaires) qui opérait dans les tours-relais. Le principe du lexique de Chappe était suffisamment souple pour pouvoir être adapté et enrichi au fur et à mesure, en fonction des besoins et de l'expérience.

Un réseau édifié à des fins principalement militaires

Après avoir démontré la validité de son système dans sa commune natale de Brûlon dans la Sarthe, Chappe sut obtenir des crédits de la Convention pour construire une ligne d'essai et de démonstration entre Ménilmontant, colline dominant Paris, et Saint-Martin-du-Tertre, distante d'une trentaine de kilomètres, avec un relais intermédiaire à Écouen. Le 12 juillet 1793 la transmission fut un succès. La première ligne opérationnelle (longue de 230 km entre Paris et Lille) révéla immédiatement l'importance stratégique des télécommunications à travers le message transmis le 30 août 1794 : « Condé restituée à la République. La reddition a eu lieu ce matin à 6 heures », dépêche signifiant la reprise de Condé-sur-l'Escaut aux Autrichiens par les troupes de la République et que Lazare Carnot lut le même jour devant la Convention. Désormais les nouvelles allaient pouvoir voyager à la vitesse, incroyable pour l'époque, de 500 kilomètres par heure.

Télécommunications : station du télégraphe de Chappe

Photographie : Télécommunications : station du télégraphe de Chappe

Gravure de la première station de la ligne Paris-Lille du télégraphe de Chappe (mise en service en 1794), installée sur le pavillon de l'Horloge du palais du Louvre, à proximité immédiate des Tuileries où tenait séance la Convention. Cette dernière pouvait ainsi être rapidement... 

Crédits : SHPTA

Afficher

Dans l'euphorie, la construction d'autres lignes est décidée. Mais bientôt, la situation stratégique s'étant retournée en faveur du régime et l'argent venant à manquer, le rythme des constructions ralentit, certains projets sont même abandonnés. Les travaux vont néanmoins se poursuivre pendant plusieurs décennies, grâce à l'opiniâtreté des frères Chappe, et déboucheront sur la mise en place d'un véritable réseau reliant les grandes villes en France et jusque dans les pays limitrophes (fig. 1). Mais à partir de 1840, les progrès de la télégraphie électrique et le développement du chemin de fer vont progressivement mettre un terme aux travaux engagés.

Réseau du télégraphe de Chappe (1793-1850)

Dessin : Réseau du télégraphe de Chappe (1793-1850)

À son apogée, le réseau du télégraphe optique de Chappe, installé entre 1793 et 1842, s'étendait sur toute la France et jusque dans les pays limitrophes, desservant 29 villes à travers 534 stations et 5000 kilomètres de lignes (source: J.-C. Bastian). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Le réseau de télégraphie optique français était entièrement réservé aux communications militaires et gouvernementales (pendant un temps, il a aussi servi à transmettre les résultats de la loterie nationale pour assurer sa survie économique). D'ailleurs toutes les lignes, sauf la transversale du Sud, partaient de Paris et, en cas de collision, c'est la dépêche venant de la capitale qui était prioritaire. Ce réseau n'a jamais été ouvert au public. En 1837, une loi établit le monopole de l'État sur la transmission des informations à distance, monopole qui n'a été aboli qu'en 1987 par la loi sur la déréglementation des télécommunications. Abolition en fait toute relative puisque l'État conserve toujours la haute main sur les télécommunications à travers les licences d'exploitation qu'il accorde à des entreprises privées.

Les débuts de l'Administration des télécommunications

En 1844, à la veille de l'ère du télégraphe électrique, la France disposait d'un réseau de 5 000 kilomètres de lignes avec 534 stations de relais desservant 29 villes. On imagine bien tout le personnel, toutes les procédures, bref toute l'Administration qu'il faut pour prendre les dépêches, les coder, les transmettre, les toiletter à intervalles réguliers afin d'éliminer les inévitables erreurs de transmission, les déchiffrer à l'arrivée et les faire parvenir à leur destinataire ; on imagine aussi toute la discipline nécessaire pour assurer le bon fonctionnement des relais : leur entretien, leur réparation en cas de panne, le maintien à poste, du lever au coucher du soleil, des stationnaires (en général des paysans). Toute cette organisation a été mise en place par Claude Chappe et surtout ses quatre frères qui furent à la tête de cette entreprise publique jusqu'en 1831.

Des réseaux similaires à l'étranger

Le télégraphe optique français eut un grand retentissement dans les autres pays. Il suscita la création de réseaux similaires dans toute l'Europe : l'Espagne, l'Italie, la Belgique, la Hollande, le Danemark et la Russie adoptère [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 28 pages

Médias de l’article

Télégraphe optique : premiers essais

Télégraphe optique : premiers essais
Crédits : AKG

photographie

Claude Chappe

Claude Chappe
Crédits : Eirik Irgens Johnsen/ Museum of Cultural History of Oslo, Norway ; CC BY-SA 4.0

photographie

Télévision, 1935

Télévision, 1935
Crédits : AKG

photographie

Télégraphe optique de Claude Chappe

Télégraphe optique de Claude Chappe
Crédits : Louis Figuier / Coll. M. Siméon

photographie

Afficher les 24 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  TÉLÉCOMMUNICATIONS  » est également traité dans :

TÉLÉCOMMUNICATIONS - La révolution numérique

  • Écrit par 
  • Daniel HARDY
  •  • 4 490 mots
  •  • 2 médias

Les signaux échangés au travers des réseaux de télécommunications ont été initialement de nature analogique, c'est-à-dire à variation continue. Malgré les progrès des techniques de traitement du signal, cette caractéristique a toujours rendu difficile la restitution du signal reçu avec une qualité voisine de celle du signal émis. La transformation du signal analogique en signal numérique est alors […] Lire la suite

TÉLÉCOMMUNICATIONS - Les transmissions radio

  • Écrit par 
  • François DE RYCK
  •  • 4 938 mots
  •  • 5 médias

La radio tient une place particulière dans les télécommunications. Utilisée initialement pour les services de communications à longue distance et de diffusion, peu de temps après la première transmission radio de l'italien Guglielmo Marconi en 1895, elle s'est progressivement étendue à tous les domaines des télécommunications, jusqu'à la téléphonie […] Lire la suite

TÉLÉCOMMUNICATIONS - Technologies optiques

  • Écrit par 
  • Irène JOINDOT, 
  • Michel JOINDOT
  •  • 7 037 mots
  •  • 8 médias

Le développement des télécommunications s'est caractérisé par l'utilisation d'un domaine de fréquences de plus en plus vaste, depuis les quelques kilohertz des premières lignes téléphoniques jusqu'aux quelques dizaines de gigahertz des liaisons radio. Il était donc a priori logique que la lumière puisse être utilisée afin de prolonger le spectre. Elle ne pou […] Lire la suite

TÉLÉCOMMUNICATIONS - Transfert d'information par paquets dans les réseaux

  • Écrit par 
  • Dominique DELISLE
  •  • 9 495 mots
  •  • 4 médias

Quelle loi physique, quelle organisation de l'information choisir pour maximiser l'efficacité et la flexibilité du transfert dans un réseau, et comment optimiser l'usage des ressources physiques qui s'y trouvent mises en œuvre ? Ces questions récurrentes ont conduit depuis les débuts des télécommunications à une évolution continuelle au travers des différentes réponses qui leur ont été apportées. […] Lire la suite

TÉLÉCOMMUNICATIONS - La communication sans fil

  • Écrit par 
  • Alexandre COTARMANAC'H ECHEVARRIA, 
  • René WALLSTEIN
  •  • 6 673 mots
  •  • 5 médias

Portéespar la téléphonie, les télécommunications sans fil connaissent une croissance vertigineuse dans le monde. Dans pratiquement tous les pays, le parc du téléphone sans fil dépasse désormais celui du filaire, ce dernier ayant même amorcé une décroissance. Il est devenu plus économique et plus rapide d’installer des réseaux sans fil que de mettre en p […] Lire la suite

4G, télécommunications

  • Écrit par 
  • René WALLSTEIN
  •  • 1 571 mots

Le déploiement en France du réseau de communications sans fil de quatrième génération pour les terminaux mobiles, la 4G, engagé en 2012 en direction des entreprises, s’est poursuivi et amplifié en 2013 vers le grand public. La France, comme ses voisins européens, suit ainsi le mouvement initié à partir de 2009/2010 dans les pays scandinaves (Norvège, Suède), aux États-Unis d’Amérique, en Corée d […] Lire la suite

ANTENNES, technologie

  • Écrit par 
  • Jean-Charles BOLOMEY
  •  • 5 193 mots
  •  • 6 médias

Les possibilités offertes par la propagation des ondes électromagnétiques dans les milieux naturels sont exploitées à des fins multiples : radiodiffusion, télévision, radar, télécommunications, radionavigation... Dans toutes ces applications, l'antenne désigne ce composant indispensable au rayonnement et à la captation des ondes. Le mot est d'origine latine ( antenna ) et servait à désigner la ver […] Lire la suite

ATMOSPHÈRE - La couche atmosphérique terrestre

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 7 818 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La neutrosphère, l’ionosphère et la magnétosphère »  : […] La présence de couches ionisées (particules chargées électriquement) est une autre caractéristique de l’atmosphère qui a retenu depuis longtemps l’attention des spécialistes en télécommunications, en raison de leur aptitude à propager certaines ondes électromagnétiques sur de longues distances. Alors que la couche qui se trouve en dessous de 60 kilomètres d’altitude – la neutrosphère – comporte a […] Lire la suite

BARAN PAUL (1926-2011)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 365 mots

Ingénieur électricien américain, Paul Baran a inventé le concept de réseau distribué et, parallèlement aux travaux de l'informaticien britannique Donald Davies, la transmission de données par paquets. Ces inventions ont fourni les bases d'Internet. Paul Baran naît le 29 avril 1926 à Grodno en Pologne (aujourd'hui Hrodna en Biélorussie). En 1928, sa famille s'installe à Philadelphie, en Pennsylvani […] Lire la suite

BELL ALEXANDER GRAHAM (1847-1922)

  • Écrit par 
  • Bruno JACOMY, 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 900 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une vie consacrée à la physiologie de la parole »  : […] Né le 3 mars 1847 à Édimbourg (Écosse) , Alexander Graham Bell a été fortement influencé dans ses travaux par son père, Alexander Melville Bell, et son grand-père, Alexander Bell, tous deux très impliqués dans la recherche sur les troubles du langage et de l’élocution. Après avoir étudié durant une année à l’université d’Édimbourg (1864-1865), il entame des recherches sur la physiologie de la paro […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

16-30 avril 2018 Russie. Blocage de la messagerie Telegram.

télécommunications met en œuvre le blocage de la messagerie cryptée Telegram, exigé par la justice le 13 en raison du refus de celle-ci de fournir ses clés de chiffrement aux services de sécurité du FSB. À cet effet, elle désactive des millions d’adresses IP, ce qui constitue la plus massive opération de censure d’Internet de l’histoire du pays. Le […] Lire la suite

31 janvier 2002 France. Lourdes pertes pour Alcatel en 2001

l'histoire de l'industrie française. Elle s'explique principalement par le renversement du marché des télécommunications en 2001. Cette perte est liée, pour près de 2 milliards d'euros, aux charges entraînées par les restructurations du groupe.  […] Lire la suite

6 janvier 2001 Thaïlande. Vote pour le changement aux élections législatives

télécommunications Thaksin Shinawatra remporte les élections législatives avec 248 élus sur 500 au Parlement. C'est la première fois de l'histoire du régime parlementaire thaïlandais qu'une formation dispose d'une telle représentation. Le Parti démocrate de Chuan Leekpaï, au pouvoir durant les années 1990, ne conserve que 128 sièges. Le taux de participation […] Lire la suite

3 novembre 1996 Royaume-Uni – États-Unis. Fusion entre B.T. et M.C.I.

télécommunications privatisé B.T. (ex-British Telecom) et le deuxième opérateur longue distance américain M.C.I. concluent un accord en vue de leur fusion. Déjà propriétaire de 20 p. 100 du capital de M.C.I., B.T. doit racheter les 80 p. 100 restants pour 12 milliards de livres. Il s'agit de la deuxième plus grande prise de contrôle de l'histoire,  […] Lire la suite

Pour citer l’article

René WALLSTEIN, « TÉLÉCOMMUNICATIONS - Histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/telecommunications-histoire/