Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TECHNOLOGIE CULTURELLE

La technologie culturelle se distingue de la technologie tout court en ce qu'elle tente d'établir les rapports entre les techniques et les phénomènes socioculturels. Un manuel décrivant le traitement des betteraves afin d'en extraire et cristalliser le sucre naturel relève de la technologie pure. Par contre, lorsque l'on cherche à analyser les transformations sociales dues à l'introduction de la betterave à sucre dans la campagne irlandaise, il s'agit de technologie culturelle. Parfois l'ethnologue est amené à fournir lui-même la base purement descriptive. Les techniques de filage et de tissage du coton dans un village indonésien sont à décrire et à inventorier minutieusement (technologie) avant que l'on puisse les situer par rapport à l'ensemble des procédés techniques et aux processus généraux de production (technologie culturelle).

Classer les techniques avant de les étudier n'est pas uniquement un problème formel. Les techniques obéissant à des lois d'évolution propres, constituer des ensembles cohérents est essentiel à la compréhension de cette évolution. C'est ainsi qu'étudier tous les marteaux puis tous les soufflets ne permettra de saisir ni les raisons de la transformation historique d'une forge dans un pays donné, ni la place des techniques de la forge parmi les techniques générales de métallurgie de ce pays. Il est donc nécessaire en l'occurrence d'opérer deux classements, partant chaque fois des outils et des matériaux eux-mêmes. Un premier classement ordonne les différentes manières de frapper et de modeler la matière : l'outil peut être posé d'abord sur le matériau, ce qui facilite la précision du geste ; il peut être lancé vers l'objet, ce qui augmente la force de la percussion ; ou, enfin, il peut être posé sur le matériau, puis frappé, ce qui allie la précision à la force.

Une fois mis en place les caractéristiques des outils d'après le type de percussion et les autres moyens (feu, eau, vent, force) de transformer la matière, il est possible de constituer des ensembles. Ceux-ci représentent les efforts de l'homme pour fabriquer des objets et des outils (techniques de fabrication) devant lui servir à acquérir les moyens de subsistance (techniques d'acquisition), qu'il consomme (techniques de consommation). Ainsi, dans la montagne libanaise, la maîtrise des procédés métallurgiques permet de fabriquer des houes et des socs d'araire ; puis ces instruments agricoles sont utilisés pour cultiver des végétaux ; enfin, les villageois libanais se nourrissent de ces plantes au moyen de techniques alimentaires qui leur sont propres. Naturellement, chaque ensemble technique présente une certaine cohérence. Un soc en acier finement forgé risque peu de se trouver fixé sur un bâti de charrue rudimentaire et grossièrement assemblé. Cette même cohérence se retrouve dans l'évolution des outils et des techniques. Il est inimaginable que la conquête de l'énergie atomique se fasse avant que les procédés de fabrication de l'acier aient bénéficié d'un très grand développement. Parfois, la nature facilite le développement technique. La découverte et le travail de la fonte de fer en Chine, quelque dix-huit siècles avant l'emploi de la fonte en Occident, sont sans doute dus en grande partie à la présence sur le sol chinois de minerais de fer à haut contenu de phosphore.

Les rapports entre techniques et phénomènes culturels sont principalement de trois sortes. La diffusion d'inventions, par exemple, s'opère souvent par le mouvement de peuples, et se pose alors le problème des effets de l'introduction dans un milieu technique homogène d'un objet ou d'un outil élaboré ailleurs. Ou encore, l'ambiance générale qui se dégage d'un procédé technique peut se refléter au niveau social. Par exemple, en Occident,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Construction : igloo

Construction : igloo

Dayak de Bornéo : maison

Dayak de Bornéo : maison

Autres références

  • ANTHROPOLOGIE

    • Écrit par Élisabeth COPET-ROUGIER, Christian GHASARIAN
    • 16 158 mots
    • 1 média
    ...fabrication d'outils simples et complexes), une telle classification permettant d'entreprendre une histoire des techniques et de leurs relations mutuelles. On parle de systèmes techniques lorsque ceux-ci sont conçus du point de vue de l'articulation entre les objets, les processus et les connaissances nécessaires...
  • ARAIRE

    • Écrit par Rose-Marie ARBOGAST
    • 251 mots

    L'araire est un instrument de culture attelé léger qui complète les outils manuels (houe, bêche). Associé à un animal (bœuf, âne...), il permet la conquête de nouveaux espaces cultivés ainsi qu'une intensification de l'exploitation agricole. Dans sa forme la plus élémentaire, l'araire est composé...

  • ARCHAÏQUE MENTALITÉ

    • Écrit par Jean CAZENEUVE
    • 7 048 mots
    Onpeut être tenté de le chercher dans l'état d'avancement des techniques, d'abord parce que c'est un secteur particulièrement apparent et facile à traduire en termes précis, voire quantitatifs, et aussi parce que l'équipement matériel d'un peuple entraîne chez lui de nombreuses et importantes conséquences...
  • BANTOU

    • Écrit par Luc de HEUSCH
    • 8 112 mots
    • 4 médias

    L' appellation « bantous » désigne les locuteurs d'un vaste groupe linguistique qui couvre la plus grande partie de l'Afrique centrale et australe. Il est composé d'environ quatre cent cinquante langues apparentées que M. Guthrie a regroupées en seize zones homogènes. J. Greenberg leur assigne à toutes...

  • Afficher les 11 références

Voir aussi