TANTALE ET NIOBIUM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Bombardement électronique

Bombardement électronique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Tantale et niobium : propriétés physiques

Tantale et niobium : propriétés physiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Métaux réfractaires : vitesse d'oxydation

Métaux réfractaires : vitesse d'oxydation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Tantale et autres métaux : résistances comparées

Tantale et autres métaux : résistances comparées
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


Le tantale (symbole Ta) et le niobium (symbole Nb) sont deux métaux de transition du groupe Va de la classification périodique des éléments et, de ce fait, ont un grand nombre de points communs : ils sont presque toujours associés dans leurs minerais ; leurs propriétés chimiques sont très voisines, ce qui rend particulièrement complexe leur séparation dans la phase d'extraction métallurgique ; ils appartiennent tous deux à la classe des métaux appelés réfractaires (niobium, molybdène, tantale, tungstène).

Le tantale fut découvert en 1802 par le Suédois Anders Gustaf Ekeberg qui lui donna ce nom mythologique à cause des très grandes difficultés rencontrées pour sa dissolution en milieu acide. Dans le même temps (1801), l'Anglais Charles Hatchett découvrait l'élément no 41 en analysant des roches (de la colombite, d’après le nom du lieu où elle avait été trouvée, en Amérique du Nord) et lui attribua le nom de columbium. En 1844, l'Allemand Heinrich Rose, reprenant les études d'Ekeberg, isolait du tantale un nouvel élément qu'il appela niobium (du nom de Niobé, fille de Tantale). Mais l'on démontra rapidement que columbium et niobium n'étaient qu'un même élément. Ce n'est toutefois qu'en 1950 que l'Union chimique internationale officialisa le seul nom de niobium (mais, aux États-Unis, les métallurgistes emploient toujours le mot columbium).

Dans la seconde moitié du xixe siècle et au début du xxe, Jean Charles Gallissard de Marignac, Henri Moissan, Victor Moritz Goldschmidt, W. von Bolton et C. W. Balke mirent au point les premiers procédés de séparation et d'extraction de ces métaux. Leur production industrielle ne débuta toutefois qu'après 1946.

La principale qualité du tantale est son exceptionnelle résistance à la corrosion dans un grand nombre de milieux chimiques agressifs, d'où de nombreuses applications en génie chimique. Plus récemment, les propriétés diélectriques de son oxyde lui ont ouvert un large débouché dans la production des condensateurs de haute performance.

Le niobium et p [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  TANTALE ET NIOBIUM  » est également traité dans :

COLOMBITE-TANTALITE

  • Écrit par 
  • Yannick LOZAC'H
  •  • 293 mots

La tantalite, (Fe,Mn)Ta2O6, et la colombite (on écrit aussi columbite), ou niobite (Fe,Mn)Nb2O6 constituent une série de mélanges minéraux isomorphes : les colombo-tantalites. Les teneurs en colombo-tantalates, ou niobo-tantalates, et en ferromagnésiens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colombite-tantalite/#i_3436

ÉTAIN

  • Écrit par 
  • Claude FOUASSIER, 
  • Michel PÉREYRE
  •  • 3 422 mots

Dans le chapitre « Alliages de l'étain »  : […] Signalons enfin la propriété remarquable de l'alliage niobium-étain, Nb3Sn, d'être un supraconducteur jusqu'à une température de 18,1 K. On envisage d'utiliser ce matériau pour la fabrication de lignes haute tension, maintenues à la température de l'hélium liquide, qui distribueraient le courant sans perte d'énergie par effet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etain/#i_3436

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert SYRE, « TANTALE ET NIOBIUM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tantale-et-niobium/