SYSTÉMISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De la cybernétique à la théorie générale des systèmes

L'approche systémique prend corps dans les années 1940 grâce aux travaux de cybernétique de Norbert Wiener. Elle bénéficie ensuite d'une formalisation décisive sous l'impulsion du biologiste Ludwig von Bertalanffy qui, en 1968, publie La Théorie générale des systèmes. En définissant les systèmes comme des « ensembles d'éléments en interaction », L. von Bertalanffy fonde une théorie générale qui embrasse large puisqu'elle concerne aussi bien la physique, la biologie, les mathématiques que les sciences de la communication ou encore celles de la société.

Dans son ouvrage, L. von Bertalanffy reproche à la physique conventionnelle de s'en tenir à l'analyse des systèmes clos. Or les organismes vivants sont pour l'essentiel des systèmes ouverts qui, grâce à des flux entrants (inputs) et sortants (outputs), entretiennent des relations d'échange avec leur environnement. L'intérêt d'une telle représentation est qu'elle vaut aussi bien pour la cellule organique que pour la société des hommes. Pour formaliser une telle dynamique, L. von Bertalanffy distingue plusieurs modèles. Il évoque ainsi cette tendance commune à de nombreux systèmes à tendre vers un même état final de stabilité en partant d'états originaux variés et en suivant des chemins qui ne le sont pas moins (modèle de l'équifinalité).

Un autre modèle permet de montrer que, passé un certain seuil critique, un système peut opter pour de nouveaux comportements adaptatifs. Mais le modèle qui a connu le plus beau succès en sciences sociales est celui de la rétroaction. Il est souvent illustré à l'aide de l'ensemble chaudière-radiateur-thermostat. Lorsque le but à atteindre (température souhaitée) diffère de l'output existant (température effective), le système détecte l'écart et envoie des instructions de manière à modifier les inputs dans le sens souhaité (augmentation ou diminution de l'activité de la chaudière).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur de sociologie au Conservatoire national des arts et métiers

Classification

Autres références

«  SYSTÉMISME  » est également traité dans :

FONCTIONNALISME

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 2 937 mots

Dans le chapitre « Le modèle Agil »  : […] La seconde condition à la structuration des systèmes d'action est d'ordre proprement fonctionnel. Comme le montrent les sciences du vivant, tout système doit satisfaire un certain nombre de besoins élémentaires qui ont à voir avec son environnement et son organisation interne. Dans les Working Papers in the Theory of Action (1953), Parsons recense quatre fonctions qui constituent autant de préreq […] Lire la suite

FONCTION SOCIALE

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 1 342 mots

Dans le chapitre « Fonction et système »  : […] Les fonctionnalistes, en sociologie et en anthropologie sociale, ont attribué aux fonctions un rôle quasi exclusif d'explication. Bronislaw Malinowski (1884-1942), par exemple, considère chaque élément d'une culture comme fonctionnel et intégré dans un système cohérent qui poursuit la satisfaction des besoins individuels et collectifs ( Une Théorie scientifique de la culture , 1968, 1 re  éd. 19 […] Lire la suite

INSTITUTION

  • Écrit par 
  • Delphine DULONG
  •  • 1 610 mots

Dans le chapitre « L'influence des institutions sur les individus »  : […] Dans quelle mesure les institutions exercent-elles une influence sur la façon dont les acteurs sociaux – individuels ou collectifs – formulent les fins et les moyens de leur action ? Telle est la première question qui fait débat au sein de la communauté scientifique. Question centrale s'il en est, car de la réponse à cette question dépend l'importance que l'on accorde aux institutions dans l'expli […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel LALLEMENT, « SYSTÉMISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/systemisme/