SYNTHÈSE, philosophie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pour présenter la synthèse, on s'inspirera plus particulièrement de deux philosophes qui ont fait d'elle un moment essentiel de la pensée : Kant et Hegel. Kant introduit la distinction entre les jugements analytiques, qui élucident et expliquent un concept sans communiquer d'information nouvelle (par exemple : « Tous les corps sont divisibles »), et les jugements synthétiques, qui sont informatifs et associent deux concepts différents (par exemple : « Tous les corps sont pesants »). La synthèse est un acte effectif de l'esprit qui « ajoute » un concept à un autre et doit, pour ce faire, s'autoriser soit de l'expérience (jugement synthétique a posteriori) soit de l'intuition pure et de l'expérience possible (jugement synthétique a priori). Plus profondément, la synthèse est, chez Kant, l'acte fondamental de l'esprit par lequel il unifie le divers ; le concept est précisément cette fonction d'unification. « Tout objet est soumis aux conditions nécessaires de l'unité synthétique du divers de l'intuition dans une expérience possible » (Critique de la raison pure). Si penser, c'est « connaître par des concepts », c'est donc aussi effectuer des synthèses.

Chez Hegel, le développement dialectique de la pensée comporte trois moments que l'on a pris l'habitude de nommer respectivement thèse, antithèse, synthèse et que Hegel désigne parfois comme « immédiateté » « médiation » et Aufhebung (ce que l'on peut traduire par le fait de « supprimer en conservant »). Ainsi, l'être pur se voit opposer le non-être, et le devenir constitue l'unité dynamique de l'être et du non-être. L'être sortant de son immédiateté se trouve médiatisé par le non-être et réciproquement ; en se déterminant, l'être et le non-être prennent une forme nouvelle ; ils sont harmonisés en un tout qui les dépasse et résout la contradiction première. La synthèse est la forme supérieure de la pensée.

—  Françoise ARMENGAUD

Écrit par :

  • : agrégée de l'Université, docteur en philosophie, maître de conférences à l'université de Rennes

Classification


Autres références

«  SYNTHÈSE, philosophie  » est également traité dans :

DIEU - La négation de Dieu

  • Écrit par 
  • Jeanne DELHOMME
  •  • 9 211 mots

Dans le chapitre « La multiplicité des propriétés »  : […] Qu'un sentir et qu'un penser soient ultimes ne supprime pas leur intervalle au senti et au pensé ; si j'ai l'idée de Dieu, si j'ai l'intuition de son existence et de sa puissance, n'en est-il pas de lui comme des images des songes et des idées forgées de toutes pièces, telle celle d'un cheval ailé ? Ne suffit-il pas, pour fabriquer d'illusoires notions, de réunir arbitrairement les éléments de rep […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dieu-la-negation-de-dieu/#i_13154

EMPIRISME

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 13 313 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'équivoque du mot « analytique » »  : […] « La méthode analytique, écrit Kant, est tout autre chose qu'un ensemble de propositions analytiques ; elle signifie seulement que l'on part de ce que l'on cherche comme d'une donnée et que l'on remonte aux conditions sous lesquelles seules il est possible. Dans cette méthode d'enseignement, on n'emploie souvent que des propositions synthétiques ; l'analyse mathématique en fournit un exemple ; et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empirisme/#i_13154

ESTHÉTIQUE & ANALYTIQUE TRANSCENDANTALES

  • Écrit par 
  • Françoise BURGELIN
  •  • 937 mots

Les deux expressions d'esthétique et d'analytique transcendantales désignent l'étude de l'entendement et celle de la sensibilité, saisis dans leur structure a priori, sources de toute notre connaissance des phénomènes. « Transcendantal », vieux terme scolastique, perd chez Kant son sens ontologique, réservé en principe à « transcendant », pour prendre une portée toute noétique : « J'appelle « tran […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-et-analytique-transcendantales/#i_13154

EXPÉRIENCE

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 7 131 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le transcendantal et l'expérience possible »  : […] Le principe fondamental de la critique kantienne de l'empirisme tient dans la distinction entre une déduction seulement « empirique » des concepts à partir d'un donné et une déduction « transcendantale » de ces mêmes concepts qui s'adresse non pas à la question de leur origine dans une expérience actuelle ou passée, mais à celle de leur capacité à articuler une expérience possible, c'est-à-dire u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/experience/#i_13154

HAMELIN OCTAVE (1856-1907)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis DUMAS
  •  • 334 mots

Professant un idéalisme dialectique, Octave Hamelin enseigna la philosophie à l'université de Bordeaux, puis à l'École normale supérieure et à la Sorbonne. Il écrivit notamment : Essai sur les éléments principaux de la représentation (1907), Le Système de Descartes (1911), Le Système d'Aristote (1920), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/octave-hamelin/#i_13154

HEURISTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHRÉTIEN-GONI
  •  • 8 415 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Heuristique générale ou la logique de la découverte »  : […] Toute épistémologie est tenue de décider de deux problèmes : comment la certitude peut-elle être atteinte dans la connaissance scientifique – problème que l'on a coutume d'indexer sous le titre de « problème des fondements » –, et comment la découverte est-elle possible, découverte qui s'insère dans un mouvement spécifique résumé dans le terme de « progrès ». C'est la réponse à cette seconde inte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heuristique/#i_13154

JUGEMENT

  • Écrit par 
  • Noël MOULOUD
  •  • 6 858 mots

Dans le chapitre « Les perspectives classiques »  : […] Toute doctrine de la raison a cherché à situer la liaison judicative vis-à-vis de ses corrélatifs, d'une part la liaison associative des épreuves sensibles, d'autre part la cohésion qui unit les éléments du concept ou ceux du discours probatoire. On peut parler d'une tradition de la « philosophie du jugement », qui voit dans celui-ci la mesure principale de l'initiative intellectuelle ou spirituel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jugement/#i_13154

KANT EMMANUEL

  • Écrit par 
  • Louis GUILLERMIT
  •  • 13 382 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La synthèse a priori, problème général de la raison »  : […] Que, sans recourir à l'expérience, un jugement attribue un prédicat à un concept où il le découvre implicite, ou qu'à l'inverse il trouve dans les données de l'expérience de quoi l'enrichir, voilà qui laisse sans mystère l'analyse qu'il effectue a priori dans le premier cas, la synthèse à laquelle il procède a posteriori dans le second. Mais on ne voit ni que l'un puisse rendre compte de quelque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emmanuel-kant/#i_13154

RAISONNEMENT

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ
  •  • 5 005 mots

Dans le chapitre « Analyse et synthèse »  : […] La relation illative peut être parcourue dans les deux sens, selon que le rapport des prémisses à la conclusion coïncide avec celui du principe et de la conséquence, ou qu'au contraire, par un renversement de l'ordre, la proposition prise comme prémisse est traitée comme une conséquence dont on cherche un principe dont elle puisse s'obtenir. Il en résulte une bipartition fondamentale des raisonnem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raisonnement/#i_13154

Pour citer l’article

Françoise ARMENGAUD, « SYNTHÈSE, philosophie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/synthese-philosophie/