Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SYMBIOSE

Les symbioses entre hétérotrophes

Les partenaires sont deux animaux ou un animal et un micro-organisme hétérotrophe (bactérie, champignon, protiste...).

Les associations entre animaux

Les associations entre animaux n'impliquent pas une liaison organique étroite entre les partenaires ; elles dépendent de comportements complémentaires et ont souvent un caractère de commensalisme.

Phorésie et commensalisme

À partir du neutralisme, situation dans laquelle les espèces vivant côte à côte sont absolument étrangères l'une à l'autre, on peut trouver des exemples d'associations de plus en plus intimes.

La phorésie, transport d'un individu par un autre, est très répandue. De nombreux acariens vivent sur le corps des coléoptères, bousiers (Geotrupes) et nécrophores (Necrophorus), et sur celui de divers insectes aquatiques ; l'examen minutieux montre d'ailleurs que les rapports sont en général plus complexes ; l'animal transporté, soit qu'il gêne son hôte, soit qu'il le blesse ou lui vole sa nourriture, est souvent plus proche du parasite que du commensal.

Les poissons du genre Remora, mauvais nageurs, se fixent sur des poissons bons nageurs, tels que les requins ; toujours présents au moment des repas de leur convoyeur, ils profitent de leurs reliefs. La phorésie s'accompagne alors d'un avantage alimentaire et tend à devenir commensalisme, association dans laquelle la contribution d'une espèce à la recherche alimentaire est primordiale pour l'autre. Les poissons qualifiés de pilotes (Naucrates ductor) accompagnent, pour la même raison, requins (Carcharias) et raies (Manta).

Les insectes sociaux, fourmis et termites, sont accompagnés d'un cortège d'espèces commensales : Coléoptères, Diptères, Collemboles, Isopodes, Acariens, etc. Beaucoup présentent des modifications morphologiques en liaison avec la vie dans les nids (dépigmentation, aptérisme) afin de passer inaperçus (Staphylinides Dorylostethus, Mimeciton et Entomorpha, mimétiques des fourmis dorylines) ou d'assurer des rapports plus étroits avec leur hôte (organes exsudateurs que lèchent les fourmis).

Poisson-clown à trois bandes - crédits : Westend61/ Getty Images

Poisson-clown à trois bandes

Certains commensaux sont agrippés au corps de fourmis ou de termites de manière à leur soutirer une partie de leur nourriture : les acariens Antennophorus chez les fourmis Lasius ; les collemboles Calobatinus et les staphylins Termitonicus chez les termites. Le commensalisme devient alors spoliation. L'union entre le commensal et l'hôte devient plus étroite lorsque le premier vit – épisodiquement ou à demeure – dans l'organisme du second ; il se développe alors une véritable immunité de l'un vis-à-vis des moyens d'attaque de l'autre : les poissons Amphiprion percula, qui trouvent refuge et nourriture entre les tentacules des anémones de mer, sont protégés par une sécrétion muqueuse contre les piqûres de nématocystes, fatales pour les autres espèces imprudentes, (cf. anthozoaires : Vie associée). De petits poissons (Enchelyophis gracilis) sont des endocommensaux des holothuries, alors que les larves de neuroptères Sisyridae passent la plus grande partie de leur existence à l'intérieur des éponges d'eau douce Euspongilla lacustris.

Le comportement d'un animal peut en inciter un autre à commettre l'acte qui apportera la nourriture à tous deux. Par leur attitude, les oiseaux indicateurs (Indicator) attirent vers les nids d'abeilles les ratels (Mellivora capensis), qui en pratiquent l'effraction ; la nourriture profite aux uns et aux autres.

Coopération

La coopération peut avoir d'autres fins que l'alimentation, au moins pour l'une des deux espèces. Il peut arriver que se forment des troupeaux mixtes (girafes et éléphants, zèbres et autruches) qui, en doublant la possibilité de déceler un danger éventuel, augmentent leur sécurité mutuelle. De même les dortoirs[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Angiospermes mycotrophes - crédits : Encyclopædia Universalis France

Angiospermes mycotrophes

Poisson-clown à trois bandes - crédits : Westend61/ Getty Images

Poisson-clown à trois bandes

Fourmi <it>Atta sp.</it> - crédits : Tim Flach/ The Image Bank/ Getty Images

Fourmi Atta sp.

Autres références

  • PARASITISME ET SYMBIOSE

    • Écrit par Didier LAVERGNE
    • 281 mots
    • 1 média

    Au xvie siècle, pour Hieronymus Bock (dit Tragus), les champignons, « enfants des dieux », sont des produits engendrés par l'humidité et la moisissure. Cependant, en 1729, Pier Antonio Micheli recueillait des spores et obtenait un développement du mycélium. Un siècle plus tard, Christian...

  • ALGUES

    • Écrit par Bruno DE REVIERS
    • 4 869 mots
    • 9 médias
    ...association à bénéfice réciproque : protection pour la bactérie (environnement stable) et profit des produits de la photosynthèse pour la cellule hôte. Une telle symbiose, où la coévolution a été poussée au point que 90 p. 100 du génome de la bactérie est passé dans le noyau de la cellule hôte, est qualifiée...
  • ANGIOSPERMES

    • Écrit par Sophie NADOT, Hervé SAUQUET
    • 6 132 mots
    • 8 médias
    ...d’Angiospermes vivent de façon totalement autonome, sans interactions avec d’autres êtres vivants au sein de leur écosystème. Ces interactions peuvent être des relations symbiotiques qui impliquent une interaction physique étroite, des relations mutualistes dans lesquelles chaque partenaire tire un bénéfice de...
  • ANTHOZOAIRES

    • Écrit par Pierre CLAIRAMBAULT, Yves TURQUIER
    • 4 382 mots
    • 6 médias
    En outre, de nombreux Anthozoaires hébergent dans leur endoderme des algues microscopiques ( Zooxanthelles) appartenant aux Dinophyceae (Péridiniales) avec lesquelles s'établit une authentique symbiose. L'étude expérimentale de cette association (Muscatine, 1961) a permis de montrer :
  • BACTÉRIES

    • Écrit par Jean-Michel ALONSO, Jacques BEJOT, Patrick FORTERRE
    • 11 052 mots
    • 3 médias
    ...quantitativement, ainsi que du point de vue des interactions entre les différentes bactéries. Divers types d'interaction correspondent à différentes situations : la symbiose (croissance de deux espèces bactériennes dans un même biotope, à leur profit mutuel) ; le commensalisme, situation dans laquelle le produit...
  • Afficher les 28 références

Voir aussi