SURINAME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Suriname : carte physique

Suriname : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Suriname : drapeau

Suriname : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Campagne électorale au Suriname, mai 1996

Campagne électorale au Suriname, mai 1996
Crédits : PA Photos

photographie


Nom officielRépublique du Suriname (SR)
Chef de l'État et du gouvernementDési Bouterse (depuis le 12 août 2010)
CapitaleParamaribo
Langue officiellenéerlandais
Unité monétairedollar du Suriname (SRD)
Population580 400 (estim. 2018)
Superficie (km2)163 820

L'indépendance et ses problèmes

Bourgeoisie « compradora » et néocolonialisme

L'élimination du V.H.P. et du Progressieve Nationale Partij (P.N.P.) des Créoles conservateurs aux élections de novembre 1973 et la victoire du Nationale Partij Kombinatie (N.P.K., parti en majorité créole et protestant) s'expliquent surtout par le mécontentement populaire causé par la croissance de l'inflation. Le N.P.K., arrivé au pouvoir – son leader Henk A. E. Arron devient Premier ministre – et poussé par le Partij van de Nationalistische Republik (P.N.R.) d'Eddy Bruma, un avocat créole partisan du « pouvoir noir », engageait le 15 février 1974 des pourparlers avec La Haye pour obtenir l'indépendance.

Les Pays-Bas, qui cherchaient à se débarrasser, d'une part, des émigrants qui leur posaient des problèmes sociaux et raciaux insolubles, d'autre part, de la responsabilité dans des mesures de répression afin de conserver l'image d'une Hollande pacifique, ne firent pas de difficultés pour fixer la date de l'indépendance au 25 novembre 1975. Porte-parole des Hindoustanis, l'avocat Jaggernath Lachmon, leader du V.H.P., afficha ouvertement ses craintes car, disait-il, « la dictature s'instaurerait après le 25 novembre ». L'annonce de l'indépendance intensifia le courant migratoire vers la Hollande. Plusieurs problèmes se posèrent : celui de la nationalité des Surinamiens vivant aux Pays-Bas (90 000 en 1975, 180 000 en 1981), la question des frontières avec la Guyana et la Guyane française, les modalités de l'aide économique accordée par La Haye, la défense et les affaires étrangères, les relations avec la C.E.E. En novembre 1974, le Suriname décida de se joindre à l'association des producteurs de bauxite créée le 8 mars 1974, qui regroupait déjà la Guinée, la Jamaïque, la Yougoslavie et l'Australie. Le problème de l'aide économique divisa le gouvernement : le Suriname réclama 7,5 milliards de florins pour réaliser en dix ans des projets industriels, notamment une ligne de chemin de fer et un barrage. Il n'en reçu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages


Écrit par :

  • : professeur d'histoire, directeur du Centre de recherches Caraïbes-Amériques

Classification


Autres références

«  SURINAME  » est également traité dans :

SURINAME, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/chronologie/suriname/#i_35847

GUYANE

  • Écrit par 
  • Emmanuel LÉZY
  •  • 2 341 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'intérieur des terres, les confins guyanais de la France »  : […] Les deux fleuves Oyapock (303 km), à l'est, et Maroni (520 km) à l'ouest, entretiennent autant de liens avec leurs voisins transfrontaliers (Suriname et Brésil) qu'avec la préfecture de Cayenne. La guerre civile qui déchira le Suriname de 1986 à 1992 aboutit à isoler encore plus la région Maroni ; 6 363 réfugiés surinamiens furent accueillis dans des camps ou des villages sur la rive française, e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guyane/#i_35847

GUYANES BOUCLIER DES

  • Écrit par 
  • Emmanuel LÉZY
  •  • 5 373 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Esclavage et plantations : « le nègre de Surinam » »  : […] Couverte de mangrove et de varzea , la marge côtière et fluviale du bouclier est la partie la plus fertile et la plus attractive. Sans savoir qu'ils rendaient aux savanes littorales leur paysage agricole traditionnel, les Hollandais mirent à profit, au Nord, leur expérience des polders et transformèrent, à partir de 1710, une partie des savanes littorales en rizières densément peuplées (rivières […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouclier-des-guyanes/#i_35847

PARAMARIBO

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 320 mots

Capitale, plus grande ville et premier port du Suriname, Paramaribo est située au bord du fleuve Suriname, à une quinzaine de kilomètres de la côte atlantique. Elle fut construite sur le site d'un village amérindien, sur lequel des Français vinrent s'installer vers 1640, avant que lord Willoughby de Parham y implantât une colonie anglaise en 1651. Paramaribo fit partie des colonies cédées aux Pro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paramaribo/#i_35847

PRÉCOLOMBIENS - Amérique du Sud

  • Écrit par 
  • Jean-François BOUCHARD, 
  • André DELPUECH, 
  • Danièle LAVALLÉE, 
  • Dominique LEGOUPIL, 
  • Stéphen ROSTAIN
  • , Universalis
  •  • 23 161 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le bassin de l'Orénoque et les Guyanes »  : […] Deux grandes traditions culturelles naissent et se succèdent le long de l'Orénoque, avant de se diffuser vers le nord et vers l'est dans les Guyanes. Sur le moyen Orénoque se développe tout d'abord la tradition Barrancoïde, qui se diffuse vers le nord et vers l'est (le pendant plus ancien de cette tradition sur le moyen Amazone est dénommé « Hachuré Zoné »). L'extension la plus orientale de la tra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/precolombiens-amerique-du-sud/#i_35847

Voir aussi

Pour citer l’article

Oruno D. LARA, « SURINAME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/suriname/