SUPERSTITION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vers une phénoménologie de la superstition

Le caractère profondément polémique du concept de superstition tel que le saisit la recherche historique paraît devoir rendre vain tout essai de cerner de manière objective son essence, puisque la superstition n'aurait précisément pas d'essence propre : si elle est bien la religion de l'autre, toute forme de religiosité peut être appréhendée comme superstitieuse, et inversement. De même, vouloir faire de la superstition l'aspect irrationnel de la religion, c'est du même coup l'identifier à la dimension fondamentale de cette dernière, à moins de distinguer entre un irrationnel « rationnel » – en ce sens que, sans résulter de l'exercice de la droite raison, il serait susceptible d'être rationnellement pensé (la raison pouvant, en le prenant pour objet de la connaissance, l'analyser et rendre compte de ses causes et de son fonctionnement) – et un irrationnel « supra-rationnel », qui serait radicalement étranger et inaccessible à la raison. La superstition relèverait du premier genre d'irrationnel, la religion du second. C'est d'une certaine manière ce qu'a fait Bergson, dans Les Deux Sources de la morale et de la religion, en distinguant entre la « religion statique » – définie comme « une réaction défensive de la nature contre le pouvoir dissolvant de l'intelligence » et chargée de « combler, chez des êtres doués de réflexion, un déficit éventuel de l'attachement à la vie » – et la « religion dynamique », qui est « une prise de contact, et par conséquent une coïncidence partielle, avec l'effort créateur que manifeste la vie », effort qui « est de Dieu, si ce n'est Dieu lui-même ». La superstition, selon Bergson, correspond donc à la seule religion statique, à la religion socialisée et instituée.

En voyant dans toute religion une illusion, l'approche psychanalytique rend également caduque une opposition de nature entre religion et superstition : comme la religion, la superstition est une croyance dans la motivation de laquelle la réalisation d'un [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages



Écrit par :

  • : docteur en philosophie, attaché de recherche au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  SUPERSTITION  » est également traité dans :

PROPHYLACTIQUES IMAGES

  • Écrit par 
  • Michel MELOT
  •  • 322 mots

Dans les civilisations qui considèrent qu'une image est le support ou le substitut matériel d'une idée, la possession d'une représentation figurée prend le sens magique, conféré aux amulettes, de garantie et de protection (la représentation d'un œil prophylactique au fond d'une coupe ou sur l'étrave d'un navire, dans la céramique grecque, l'illustre abondamment). Il est intéressant de noter que l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/images-prophylactiques/#i_36459

RELIGION - La religion populaire

  • Écrit par 
  • Jacques MAÎTRE
  •  • 1 970 mots

Dans le chapitre « L'époque de la sociologie classique »  : […] C'est d'abord sous l'angle des superstitions qu'ont été collectées les observations sur la religion populaire ; le terme même indique assez que le jugement de valeur porté par l'autorité religieuse dominante condamnait cette démarche. Puis se fit le passage à la notion de folklore religieux. Ainsi, Arnold van Gennep ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/religion-la-religion-populaire/#i_36459

ROME ET EMPIRE ROMAIN - La religion romaine

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 7 018 mots

On entend par «  religion romaine » un ensemble de croyances, de rites et d'institutions qui se forma à l'intérieur du Latium vers le milieu du viii e  siècle avant J.-C. (date traditionnelle de la fondation de Rome) et persista dans le monde romain jusqu'à ce que la religion chrétienne vienne le supplanter. Cette religion apparaît, dès l'origine, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-la-religion-romaine/#i_36459

TABOU

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET
  •  • 5 095 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Tabou et religion »  : […] Il est facile de voir que toutes les religions sont marquées par l'observance d'un système d'interdits. Mais si William Robertson Smith, en 1889, dans son livre sur la religion des Sémites ( Lectures on the Religion of the Semites ), reconnaît qu'il est difficile de distinguer, à l'origine des tabous, des règles sacrées, délimitant nettement le pur de l'impur, il croit pouvoi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tabou/#i_36459

Voir aussi

Pour citer l’article

Sylvain MATTON, « SUPERSTITION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/superstition/