SUPERSTITION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De la Renaissance aux Lumières

La définition thomiste de la superstition devint la définition courante de la scolastique. C'est elle que l'on rencontre chez Gerson ou Denys le Chartreux. En la commentant, Cajetan, comme ensuite Suarez, insistera sur la spécificité psychologique du superstitieux, qui se signale par une attitude cultuelle où il apparaît « tout occupé des cérémonies, sans y mettre de sainteté ». Surtout, cette définition assez limitative de la superstition que donna Thomas d'Aquin et les distinctions qu'il opéra entre les formes licites et les formes illicites de certaines de ses espèces, telles que la divination ou les observances, devaient procurer un point d'appui à ce vaste effort par lequel la Renaissance allait justifier la plupart des superstitions, y compris l'idolâtrie. Ce mouvement, quoique puissant, ne fut assurément ni général ni homogène : les divers essais de légitimisation furent loin d'avoir le même sens et participèrent de courants philosophiques parfois opposés ; mais ils convergèrent dans leurs résultats. Ainsi Pomponazzi, une des grandes figures de l'aristotélisme averroïsant de Padoue, qui ne manque pas d'invoquer l'autorité de l'Aquinate, explique-t-il dans son De incantationibus le pouvoir des mots dans les incantations, ou des caractères dans les talismans, par la seule force de l'imagination, véhiculée par le spiritus. Écartant toute intervention des démons, il donne une cause naturelle à des effets naturels : la superstition ne réside plus alors dans la croyance en la réalité de ces effets ni dans l'exercice de ces pratiques, mais dans l'ignorance de leurs mécanismes réels. Avant lui, Marsile Ficin, le chef de file du néoplatonisme, qui lui aussi se réfère à Thomas d'Aquin, avait non seulement développé une théorie rationnelle de la magie fondée sur les pouvoirs du spiritus et des démons ou esprits planétaires, qu'il assi [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages


Écrit par :

  • : docteur en philosophie, attaché de recherche au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  SUPERSTITION  » est également traité dans :

PROPHYLACTIQUES IMAGES

  • Écrit par 
  • Michel MELOT
  •  • 322 mots

Dans les civilisations qui considèrent qu'une image est le support ou le substitut matériel d'une idée, la possession d'une représentation figurée prend le sens magique, conféré aux amulettes, de garantie et de protection (la représentation d'un œil prophylactique au fond d'une coupe ou sur l'étrave d'un navire, dans la céramique grecque, l'illustre abondamment). Il est intéressant de noter que l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/images-prophylactiques/#i_36459

RELIGION - La religion populaire

  • Écrit par 
  • Jacques MAÎTRE
  •  • 1 970 mots

Dans le chapitre « L'époque de la sociologie classique »  : […] C'est d'abord sous l'angle des superstitions qu'ont été collectées les observations sur la religion populaire ; le terme même indique assez que le jugement de valeur porté par l'autorité religieuse dominante condamnait cette démarche. Puis se fit le passage à la notion de folklore religieux. Ainsi, Arnold van Gennep ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/religion-la-religion-populaire/#i_36459

ROME ET EMPIRE ROMAIN - La religion romaine

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 7 018 mots

On entend par «  religion romaine » un ensemble de croyances, de rites et d'institutions qui se forma à l'intérieur du Latium vers le milieu du viii e  siècle avant J.-C. (date traditionnelle de la fondation de Rome) et persista dans le monde romain jusqu'à ce que la religion chrétienne vienne le supplanter. Cette religion apparaît, dès l'origine, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-la-religion-romaine/#i_36459

TABOU

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET
  •  • 5 095 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Tabou et religion »  : […] Il est facile de voir que toutes les religions sont marquées par l'observance d'un système d'interdits. Mais si William Robertson Smith, en 1889, dans son livre sur la religion des Sémites ( Lectures on the Religion of the Semites ), reconnaît qu'il est difficile de distinguer, à l'origine des tabous, des règles sacrées, délimitant nettement le pur de l'impur, il croit pouvoi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tabou/#i_36459

Pour citer l’article

Sylvain MATTON, « SUPERSTITION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/superstition/