SUHARTO (1921-2008)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

le 8 juin 1921 dans le hameau de Kemusuk, à l'ouest de Yogyakarta, dans le centre de Java (dans ce qu'on appelait alors les Indes néerlandaises), Suharto se prétendait enfant d'une famille pauvre de la campagne. Mais il fut très tôt pris en charge par une branche aisée de sa famille qui vivait à Wonogiri. Durant l'occupation japonaise (1942-1945), il rejoignit la milice nationaliste supplétive des Défenseurs de la patrie (Pembela Tanah Air, Peta), dont il devint rapidement l'un des principaux officiers. Il prit part, de 1945 à 1949, aux combats contre les troupes hollandaises dans les rangs républicains, aux côtés de Sukarno qui deviendra le père de l'indépendance en 1949. L'année suivante, à son retour d'une expédition militaire à Makassar (Sulawesi), durant laquelle il se lia d'amitié avec la famille de Bacharuddin Jusuf Habibie (qui deviendra son successeur à la tête de l'État indonésien en 1998), il prit le commandement d'une brigade de l'armée de terre à Salatiga (Java), sous l'autorité de la division Diponegoro. Il s'engagea alors dans la lutte contre le mouvement islamiste rebelle du Darul Islam, puis devint commandant d'un régiment d'infanterie à Surakarta. Il fut nommé commandant de la division Diponegoro à l'automne de 1956. Trois ans plus tard, il entra à l'École militaire de Bandung. Il fut promu, en 1961, à la tête des forces de réserve de l'armée de terre, un poste clé créé pour doter l'armée d'unités mobiles équipées de matériels de pointe. Renvoyé à Makassar en 1962, il assuma la direction de troupes destinées à « libérer » la Papouasie-Nouvelle-Guinée, toujours sous la tutelle des Pays-Bas. Il fut à nouveau nommé à la tête des forces de réserve stratégique, rebaptisées Kostrad, en mars 1963.

Un événement dramatique, sur lequel toute la lumière n'a pas encore été faite, le hissa en quelques jours à la tête de l'armée. Dans la nuit du 30 septembre au 1er octobre 1965, six généraux furent kidnappés puis assassinés par une faction d'officiers de l'armée de l'air plus ou moins liés au Parti communiste indonésien (P.K.I.). Suharto organisa la riposte dans la capitale, puis à Java. L'événement, dès lors désigné par l'acronyme Gestapu ou G-30-S (mouvement du 30 septembre), fut le prétexte pour éliminer le P.K.I. Les massacres anticommunistes de 1965-1966, perpétrés par des milices appuyées par la faction conservatrice de l'armée de terre, firent entre 600 000 et 1,2 million de morts. Suharto, le nouvel homme fort de Jakarta, écarta dans le même temps Sukarno du pouvoir. En mars 1966, il obtint de ce dernier une lettre de passation de pouvoirs puis, en mars 1968, il se fit élire président par un Parlement mis au pas. En quelques années, le régime autoritaire de l'« Ordre nouveau » se mit en place. Entouré d'une garde rapprochée de stratèges et de conseillers, Suharto consolida son pouvoir au sein de l'armée et élabora un discours axé sur la promesse du développement économique (Pembangunan). Grâce aux victoires successives du parti au pouvoir (le Golkar), Suharto se fit réélire président tous les cinq ans à partir de 1971.

Le bilan de l'Ordre nouveau fut sanglant. Suharto décida, en 1975, l'annexion du Timor oriental, qui se solda par l'extermination d'un quart de la population de l'île. Il entreprit aussi, dès 1976, de violentes campagnes de répression du mouvement séparatiste Aceh Libre (Gerakan Aceh Merdeka, G.A.M., dans le nord de Sumatra), puis du mouvement indépendantiste papou : Organisation pour la Papouasie libre (O.P.M.). Les mouvements syndicaux et étudiants devinrent également les cibles de son courroux, tout comme le Parti démocratique indonésien (P.D.I.), dont le quartier général fut attaqué par l'armée en juillet 1996. À la fin des années 1980, l'affairisme aventurier des enfants de Suharto – et notamment de Tommy et de Bambang – dressa cependant contre lui une fraction de l'armée, lésée dans ses propres intérêts économiques. Au risque de s'aliéner sa base militaire, Suharto défendit sa famille, coupant court à toutes les critiques de népotisme et corruption. Les forums d'opposition se multiplièrent au début des années 1990, mais la répression s'abattit sans coup férir sur les dissidents. En quêt [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : directeur de recherche à la Fondation nationale des sciences politiques, Paris

Classification

Autres références

«  SUHARTO (1921-2008)  » est également traité dans :

ANDERSON BENEDICT (1936-2015)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 219 mots

L’historien et politologue irlandais Benedict Anderson tient une place importante dans l’historiographie anglo-saxonne pour ses travaux sur les origines du nationalisme. Benedict Richard O’Gorman Anderson est né le 26 août 1936 à Kunming, dans le sud de la Chine, où son père occupe un poste au Bureau des douanes maritimes de l’Empire, un organisme britannique chargé de superviser le commerce avec […] Lire la suite

INDONÉSIE - Géographie

  • Écrit par 
  • Muriel CHARRAS, 
  • Manuelle FRANCK
  •  • 5 807 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Modernisation économique et insertion internationale »  : […] Les défis de l'éclatement, de l'étalement insulaire et des déséquilibres engendrés par le poids de Java expliquent les politiques indonésiennes, dont on peut définir trois périodes clés depuis la prise de pouvoir du général Suharto, qui instaure le régime de l'« ordre nouveau » (1966-1998). Aux vingt ans de développement encadré par l'État (1966-1986) succède la décennie du décollage économique ( […] Lire la suite

INDONÉSIE - L'Indonésie contemporaine

  • Écrit par 
  • Romain BERTRAND, 
  • Françoise CAYRAC-BLANCHARD
  •  • 17 698 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Les failles du système et la chute de Suharto »  : […] Le système autoritaire institué par Suharto à l'issue des massacres anticommunistes de 1965-1966 – qui firent entre 700 000 et 1,2 million de morts – devint, au fil des années 1980, un ordre népotiste, dans lequel les enfants du général et les proches du palais présidentiel, comme les tycoons Liem Sioe Liong et Mohamad Bob Hasan, bénéficièrent de passe-droits leur permettant d'acquérir de coloss […] Lire la suite

ISLAM (Histoire) - Le monde musulman contemporain

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Nathalie CLAYER, 
  • Andrée FEILLARD, 
  • Marc GABORIEAU, 
  • Altan GOKALP, 
  • Denys LOMBARD, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Alexandre POPOVIC, 
  • Catherine POUJOL, 
  • Jean-Louis TRIAUD
  • , Universalis
  •  • 31 435 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Entre radicalisation et modération »  : […] Toutefois, l'Ordre nouveau instauré par le général Suharto après 1965 a peu à peu perdu le support de certains éléments musulmans qui, après l'avoir accueilli de leurs vœux, ont pris ombrage de son ouverture à l'Ouest trop radicale. Les « bourgeoisies » islamiques regrettent l'invasion des capitaux et des produits étrangers, qui concurrencent dangereusement les investissements nationaux, et les ou […] Lire la suite

MALIK ADAM (1917-1984)

  • Écrit par 
  • Françoise CAYRAC-BLANCHARD
  •  • 1 036 mots

Ancien ministre de Sukarno puis ministre des Affaires étrangères du général Suharto (1966-1977), et enfin vice-président de la République indonésienne (1978- 1983), Adam Malik était l'un des survivants de la « génération de 1945 » qui a proclamé l'indépendance. Son exceptionnelle longévité politique justifie qu'il ait été comparé à l'équivalent indonésien de maître Renart. Né au nord de Sumatra le […] Lire la suite

SUKARNOPUTRI MEGAWATI (1947- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 632 mots

Femme politique indonésienne, Megawati Sukarnoputri a été présidente de l'Indonésie de 2001 à 2004. Née le 23 janvier 1947 à Jakarta, Dyah Permata Megawati Setiawati Sukarnoputri est la fille de Sukarno, le premier président de l'Indonésie. Elle étudie la psychologie et l'agriculture à l'université mais n'obtient aucun diplôme. Entrée en politique en 1987, elle est élue à l'Assemblée consultative […] Lire la suite

TIMOR ORIENTAL

  • Écrit par 
  • Françoise CAYRAC-BLANCHARD, 
  • Frédéric DURAND, 
  • Universalis
  •  • 4 717 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Du Portugal à l'Indonésie »  : […] Attirés par le précieux bois de santal, les Portugais étaient arrivés à Timor dès le début du xvi e  siècle. Issus du métissage, les « Portugais noirs » ou « Topasses » ont joué un rôle important jusqu'au xviii e  siècle. Les missions catholiques ont aussi été très actives. Mais, en raison des révoltes de chefs locaux (Liurai) et des attaques des Néerlandais, ce n'est qu'au début du xx e  siècle q […] Lire la suite

WAHID ABDURRAHMAN (1940-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 344 mots
  •  • 1 média

Chef religieux et président de l'Indonésie de 1999 à 2001. Surnommé Gus Dur par la population, Abdurrahman Wahid est un intellectuel musulman libéral et modéré dont les grands-parents ont fondé la plus grande organisation musulmane traditionaliste, le Nahdatul Ulama (N.U., Renouveau des oulémas). Il étudie le Coran dans un pensionnat religieux puis à Jakarta lorsque son père entre au cabinet du […] Lire la suite

Pour citer l’article

Romain BERTRAND, « SUHARTO (1921-2008) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/suharto/