SU SHI [SOU CHE] (1037-1101)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le peintre et le calligraphe

Lettré complet, Su Shi fut également un peintre et surtout un calligraphe. En peinture, il se spécialisa dans la représentation des bambous, où s'exerce une technique proche de celle de la calligraphie. Comme beaucoup d'artistes de son temps, il commence par faire la théorie de son art : « Pour peindre le bambou, il faut l'avoir entièrement en soi. Saisissez le bambou, regardez intensément [le papier], puis évoquez ce que vous allez peindre. Suivez votre vision, levez votre pinceau et poursuivez immédiatement ce que vous voyez. » Mais ailleurs il écrit : « Discuter de la peinture d'un point de vue de ressemblance formelle, c'est de l'enfantillage. » Car, ajoute-t-il encore, « peinture et poésie constituent originellement une seule et même discipline ; la poésie et la peinture naissent de la même loi, de l'œuvre du ciel et de la spontanéité ». Et enfin : « L'honnête homme promène son attention sur les choses, mais il ne s'y attache point. »

Théoricien de l'art dans beaucoup de courts textes de prose ou de poésie, Su Shi a aussi laissé un nom dans l'histoire de la peinture chinoise par ses peintures de bambous, bien que ce qui reste de lui actuellement ne confirme pas sa réputation, qui fut grande de son temps et dans les siècles qui suivirent.

Par contre, les calligraphies qui lui sont attribuées et semblent authentiques sont assez nombreuses pour admettre qu'il mérite d'être considéré comme un des « quatre maîtres des Song ». Son art semble très libre, permettant à sa main de suivre les ordres de son cœur, sans souci des conventions. En fait, il ne suit aucun style établi, mais de sa calligraphie se dégagent une plénitude, un charme, une vigueur qui sont aussi les caractéristiques de sa vie.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-VII, directeur de l'Institut des hautes études chinoises au Collège de France

Classification

Autres références

«  SU SHI [ SOU CHE ] (1037-1101)  » est également traité dans :

CI [TS'EU], genre littéraire chinois

  • Écrit par 
  • Chantal CHEN-ANDRO
  •  • 1 028 mots

Dans le chapitre « L'épanouissement »  : […] Conscient d'une évolution du ci vers l'artificialisation, Liu Yong (vers 1045) va s'efforcer de retourner aux origines populaires et musicales du genre. Son effort sera poursuivi par Qin Guan (1049-1101) et He Zhu (1063-1120) et aboutira au formalisme de Zhou Bangyan (1056-1121) et de Li Qingzhao (1084-apr. 1151). En marge de ce courant orthodoxe se situe Su Shi (1036-1101). Son apport consiste […] Lire la suite

MI FU [MI FOU] (1051-1107)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 2 130 mots

Dans le chapitre « Une nouvelle conception de la peinture »  : […] Dans sa peinture, Mi Fu renoue donc avec Dong Yuan et Juran, consacrant ainsi de façon définitive leur leçon qui était tombée un moment en déshérence. Mais il réinterprète leur art de manière très personnelle, en le simplifiant et en l'allégeant ; pour lui, en effet, il s'agit d'éliminer de la peinture les éléments spécialisés de « métier » pour la transformer en une pure écriture : il réduit la p […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves HERVOUET, « SU SHI [SOU CHE] (1037-1101) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/su-shi-sou-che/