Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GALANT STYLE, musique

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par
Joseph Haydn - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Joseph Haydn

Moins mode d'écriture qu'état d'esprit, le style galant définit une partie de la musique écrite en Europe dans les deuxième et troisième quarts du xviiie siècle, par opposition aussi bien aux dernières œuvres de Bach et à Rameau qu'à l'Empfindsamkeit de Carl Philipp Emanuel Bach, à Gluck, au travail de pionnier de Joseph Haydn dans les années 1760 et au Sturm und Drang des compositeurs autrichiens (dont Haydn et le jeune Mozart) des alentours de 1770. Ses aspects extérieurs sont la renonciation à la polyphonie, l'accent mis sur la séduction mélodique, la variation ornementale, la décoration, et aussi la virtuosité conçue comme un but en soi : d'où, comme définition possible, la « rencontre entre le souci du prestige technique et l'obligation de rester plaisant ». Parmi ses représentants, on trouve Telemann par un certain aspect, beaucoup de musiciens de Cour évidemment, et surtout Johann Christian Bach, son plus parfait porte-parole sans doute. L'affirmer n'est pas nécessairement dénigrer le Bach de Londres, dont de toute façon la personnalité ne s'épuise pas là : l'élégance formelle, la suprême distinction, la sûreté de main sont souvent chez lui autant de hautes qualités qui débouchent sur une sorte d'ivresse et de sensualité dont Mozart sut tirer le plus grand profit, et qui lui ont permis de jouer, comme Carl Philipp Emanuel Bach, mais sur un tout autre plan, un rôle de pionnier en matière de concerto pour piano. Le concerto est en effet un des domaines où effectivement, vers 1770, domina le plus l'esprit galant (l'orchestre se bornant essentiellement à énoncer quelques thèmes et à fournir une toile de fond au soliste virtuose, sans s'imposer sur un pied d'égalité avec lui). Du style galant, il fallait sortir sans pour autant en ignorer les acquisitions : ce fut historiquement et esthétiquement l'œuvre de Mozart et de Joseph Haydn, qui sacrifièrent au style galant, mais dont le style de leur maturité (à partir de 1780) est inconcevable sans ce phrasé articulé, cette polarisation tonique-dominante, ce souci des contrastes et ce dramatisme tonal qui sont autant de sublimations de ses recettes.

D'un autre point de vue, le style galant résulta entre autres de l'apparition d'un public nouveau, le public bourgeois qui, à l'opéra ou au concert, souhaitait avant tout être diverti ; or ce désir de divertissement eut comme effet, par opposition à la relative unité de facture du baroque, une diversification de la matière première « composée » aboutissant finalement à cette relation dynamique entre unité et diversité qui est à la base du classicisme viennois, et qui devait donner aussi bien Les Noces de Figaro que la Symphonie « Oxford ». Ce fut notamment pour avoir su mettre à leur service le style galant et son côté théâtral que Haydn et Mozart, contrairement à ce qu'avaient dû faire leurs prédécesseurs immédiats (et eux-mêmes en leurs débuts), n'eurent plus à choisir entre surprise dramatique et cohérence à grande échelle, entre expression et élégance, mais purent réaliser la synthèse magistrale que l'on sait de ces objectifs jadis contradictoires.

— Marc VIGNAL

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Marc VIGNAL. GALANT STYLE, musique [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

Joseph Haydn - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Joseph Haydn

Autres références

  • BACH JEAN-CHRÉTIEN (1735-1782)

    • Écrit par
    • 785 mots

    Cadet des quatre fils musiciens de Jean-Sébastien Bach, Jean-Chrétien, né à Leipzig, n'a que quinze ans lorsque son père meurt ; il n'a pu bénéficier au même titre que ses demi-frères Wilhelm Friedemann et Carl Philipp Emanuel, d'une génération plus âgés que lui, de l'influence et des conseils...

  • BAROQUE

    • Écrit par , et
    • 20 831 mots
    • 23 médias
    ...l'apogée même du dernier baroque, dès le début du xviiie siècle : c'est la naissance du style rococo, qui se subdivise principalement en rococo galant et rococo sensible. Le rococo galant naît en France dès la fin du règne de Louis XIV et s'exprime tout au long de la Régence et du règne de Louis...
  • EMPFINDSAMKEIT, musique

    • Écrit par
    • 749 mots

    L'Empfindsamkeit est un mouvement préclassique qui se développe essentiellement en Allemagne du Nord, en réaction au rationalisme de l'Aufklärung (les Lumières germaniques), de 1740 à 1760 environ. Cette « sensibilité » (ou « émotivité » ou « sentimentalité ») nouvelle que l'on s'ingénie...

  • GIARDINI FELICE (1716-1796)

    • Écrit par
    • 332 mots

    Le violoniste et compositeur italien Felice Giardini (Felice de Giardini ou Felice Degiardino), né le 12 avril 1716 à Turin, est, avec Jean-Chrétien Bach, Karl Friedrich Abel et Johann Christian Fischer, un des principaux représentants du style galant. Felice Gardini a par ailleurs laissé une...

  • Afficher les 9 références