Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

STÉRÉOCHIMIE Stéréochimie et liaison chimique

Détermination théorique de la structure

L' approche la plus usuelle de ce problème se fait dans le cadre de l'approximation de Born-Oppenheimer qui ramène le problème à celui du mouvement des noyaux dans le potentiel moyen créé par les électrons de la molécule. La position d'équilibre des noyaux – donc la géométrie de la molécule – est déterminée par le minimum de l'hypersurface-potentiel correspondante. Si la surface présente plusieurs minimums, à chacun d'eux correspond un isomère. La facilité de conversion d'un isomère à l'autre dépend de la différence entre les énergies des deux formes (naphtalène-azulène pour C10H8, par exemple) et de la hauteur de la barrière de potentiel qui sépare les deux formes. Dans le cas d'énantiomères, les énergies électroniques sont égales, les deux formes sont également probables, oscillant plus ou moins rapidement entre elles (10-12 s pour une amine, plusieurs mois pour une arsine, plus de 104 ans pour un acide aminé). En fait, la rupture de parité due aux interactions faibles fait apparaître une très légère différence d'énergie entre les antipodes : 10-14 J par mole d'acide aminé. Cette très faible différence pourrait expliquer la légère prépondérance du quartz gauche sur le quartz droit (1 p. 100) ainsi que, par effet dynamique, l'exclusivité des acides aminés de la série L dans les être vivants.

— André JULG

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite à l'université de Provence

Classification

Pour citer cet article

André JULG. STÉRÉOCHIMIE - Stéréochimie et liaison chimique [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Média

Orbitales moléculaires - crédits : Encyclopædia Universalis France

Orbitales moléculaires

Autres références

  • AMPÈRE ANDRÉ-MARIE (1775-1836)

    • Écrit par Louis POUDENSAN
    • 1 788 mots
    • 1 média
    ...s'arrête pas à l'énoncé de cette loi ; il cherche à en déduire la forme et l'arrangement des atomes pour prévoir leurs combinaisons, leurs substitutions. Il conçoit ce que l'on appelle aujourd'hui lastéréochimie qui, à son époque, ne fut considérée que comme « une fantaisie révolutionnaire ».
  • BARTON DEREK HAROLD RICHARD (1918-1998)

    • Écrit par Georges BRAM
    • 484 mots
    • 1 média

    Chimiste britannique né à Gravesend (Kent). Derek Harold Richard Barton obtient son doctorat en 1942 à l'Imperial College de l'université de Londres, où il travaille deux ans dans un laboratoire dépendant des autorités militaires. Après un an passé dans l'industrie chimique, il retourne à l'Imperial...

  • CHIMIE THÉORIQUE

    • Écrit par Lionel SALEM, François VOLATRON
    • 4 288 mots
    • 10 médias
    ...cas présent, de la symétrie spatiale des orbitales moléculaires. Woodward et Hoffmann ont considéré la réaction de fermeture de cycle de la molécule de butadiène. Ils ont fait remarquer que, pour une molécule portant des substituants différents X et Y aux deux bouts, deux produits distincts peuvent être...
  • CHIRALITÉ, chimie

    • Écrit par Pierre LASZLO
    • 1 347 mots

    Un objet est chiral s'il n'est pas superposable à son image dans un miroir, ou image spéculaire. Nos mains appartiennent à cette classe des objets chiraux, d'où leur nom, dérivé du grec kheir, « main ». Nos mains, gauche et droite, sont l'image spéculaire l'une de l'autre. De la...

  • Afficher les 23 références

Voir aussi