AMPÈRE ANDRÉ-MARIE (1775-1836)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans l'effort continu de l'homme pour dominer la matière, capter son énergie, interpréter ses manifestations et les utiliser, des noms illustres émergent à qui nous sommes redevables de toute cette transformation. Dans la multitude de savants, d'inventeurs, de chercheurs qui lui ont consacré leur vie – tels Lavoisier, Pasteur, Curie, Einstein –, Ampère occupe une place exceptionnelle, trop souvent méconnue.

André-Marie Ampère

André-Marie Ampère

Photographie

Le mathématicien et physicien français André-Marie Ampère (1775-1836), fondateur de l'électromagnétisme. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

André-Marie Ampère naît à Lyon le 20 janvier 1775. De très bonne heure, il montre un esprit avide de savoir. Il se forme sans maître. D'une intense curiosité intellectuelle, à quatorze ans il a le courage de lire entièrement les vingt volumes de l'Encyclopédie. À dix-huit ans il connaît les principales œuvres mathématiques de son temps. Survient alors un événement qui a failli miner pour toujours de si brillantes qualités. Le père du jeune savant, juge de paix à Lyon, est arrêté et décapité en tant qu'aristocrate. Ampère ressent un tel chagrin que sa raison est en danger. Peu à peu, il surmonte sa douleur et se remet à ses études scientifiques et philosophiques. Successivement professeur à Bourg, puis à Lyon, ensuite à Paris, répétiteur, professeur à l'École polytechnique, nommé inspecteur général de l'Université, membre de l'Institut, enfin professeur au Collège de France, il meurt à Marseille le 10 juin 1836.

L'apport d'Ampère à l'évolution des sciences est capital. Il reste un admirable exemple de savant à la fois inventeur et précurseur.

Esprit créateur, il produit des découvertes par un phénomène de germination spontanée, comparable à une force de la nature.

Chercheur-né, il est sans cesse en quête de la vérité, toujours prêt à s'enthousiasmer devant les idées des autres, à les assimiler en les contrôlant si possible expérimentalement, à les développer ensuite en restant pénétré de l'immense inconnu qui enveloppe les pensées humaines.

Mathématicien de premier ordre, il montre comment l'on doit utiliser cette science, qu'il considérait comme une branche de la philosophie, à l'étude des découvertes des faits physiques pour en donner une formule définitive. Le rôl [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  AMPÈRE ANDRÉ-MARIE (1775-1836)  » est également traité dans :

ÉLECTRICITÉ - Histoire

  • Écrit par 
  • Jacques NICOLLE
  •  • 6 199 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « D'Œrsted à Maxwell »  : […] Ayant observé dès le début du xviii e  siècle l'aimantation du fer par la foudre, on se préoccupa donc logiquement de savoir s'il existait des rapports entre l'électricité et le magnétisme. C'est une réponse positive qu'apporta en 1819 Hans Christian Œrsted (1777-1851), quand il observa qu'une aiguille aimantée (mobile sur un pivot), placée parall […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electricite-histoire/#i_24129

ETHNOLOGIE - Ethnographie

  • Écrit par 
  • Geza de ROHAN-CSERMAK
  •  • 5 066 mots

Dans le chapitre « Premières apparitions du terme et du concept »  : […] Certes, l'histoire de l'ethnographie, commencée par les périples (περ́ιπλους, guide maritime) et les périégèses (περίηγησις, description géographique) helléniques décrivant les peuples méditerranéens et pontiques vers le ix e  siècle avant J.-C., a parcouru un long et fructueux chemin jusqu'aux monographies de groupes modernes. Elle fait cependant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnologie-ethnographie/#i_24129

PHYSIQUE - Le modèle en physique

  • Écrit par 
  • Marie-Antoinette TONNELAT
  •  • 3 158 mots

Dans le chapitre « Structures et modèles »  : […] La prédominance historique des modèles issus de la mécanique semble associer tout modélisme à une construction dans l'espace, construction dont les éléments satisfont à des règles bien connues (lois du choc, inertie, principes de conservation, etc.). Néanmoins, une forme assez différente de structuration de l'expérience fut, de tout temps, pratiqué […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physique-le-modele-en-physique/#i_24129

TÉLÉCOMMUNICATIONS - Histoire

  • Écrit par 
  • René WALLSTEIN
  •  • 18 646 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Les premiers essais »  : […] La capacité des phénomènes électriques de se manifester à grande distance de la source quand on utilise des corps conducteurs a fait travailler l'imagination des inventeurs. Il suffit en effet de détecter dans l'installation distante la présence ou l'absence de courant pour transmettre des informations. En 1820, le Danois Hans Christian Œrsted déc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/telecommunications-histoire/#i_24129

UNIFICATION DE L'ÉLECTRICITÉ ET DU MAGNÉTISME

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 170 mots
  •  • 1 média

Dans une expérience devenue historique, le Danois Hans Christian Œrsted (1777-1851) démontre en 1820 les rapports entre l'électricité et le magnétisme. Il « tend une portion rectiligne d'un fil parcouru par un courant au-dessus d'une aiguille aimantée » et observe que l'aiguille « quitte sa position »... Publié le 21 juillet en latin à Copenhague, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/unification-de-l-electricite-et-du-magnetisme/#i_24129

Voir aussi

Pour citer l’article

Louis POUDENSAN, « AMPÈRE ANDRÉ-MARIE - (1775-1836) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-marie-ampere/