ZWEIG STEFAN (1881-1942)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'impossible judéité

En représentant Vienne et l'Autriche-Hongrie de la Belle Époque comme un Âge d'or perdu par la faute de la Première Guerre mondiale et du nazisme, Stefan Zweig a semblé suggérer que l'antisémitisme viennois du tournant du siècle était bénin. Cette sous-évaluation des dangers réels qui couvaient dans le système habsbourgeois caractérise la majorité des Juifs assimilés, imprégnés de culture politique libérale, qui appartenaient à la génération de Zweig. Pourtant, « le culte fanatique des beaux-arts », propre à son milieu, et dont il a si bien parlé dans Le Monde d'hier, représentait une fuite hors d'un monde au sein duquel, depuis la fin du xixe siècle, l'antisémitisme était devenu une force politique grandissante. On peut en dire autant de son cosmopolitisme – le plus souvent aveugle à l'importance du nationalisme contemporain – qui palliait l'impossibilité d'une appartenance nationale pour les Juifs viennois. Dans les profondeurs de son sentiment d'identité d'intellectuel juif viennois assimilé, Stefan Zweig cachait comme un secret la conscience de sa solidarité avec les Juifs de l'Est, qui s'exprimait sous la forme de la compassion. Ainsi, dans La Pitié dangereuse (roman achevé en 1938, et dont le titre original est en fait Impatience du cœur, Ungeduld des Herzens), le protagoniste, amoureux de la fille du châtelain Kekesfalva, découvre à la fois que l'objet de son désir est une paralytique condamnée à marcher sur des béquilles et que le père de cette infirme est en réalité un Juif hongrois d'origine modeste, parvenu à la richesse par des procédés malhonnêtes.

Stefan Zweig n'a jamais cru, en tout cas pour lui-même, à la validité du programme sioniste mis en place par son contemporain Theodor Herzl, tout en sympathisant avec le sionisme culturel des artistes et des intellectuels de l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  ZWEIG STEFAN (1881-1942)  » est également traité dans :

LA PITIÉ DANGEREUSE, Stefan Zweig - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 814 mots
  •  • 1 média

Commencé en 1936, terminé en 1938, publié en 1939 aux éditions Bermann-Fischer exilées à Stockholm et bientôt traduit en anglais, La Pitié dangereuse de Stefan Zweig (1881-1942) connut immédiatement un grand succès en Angleterre et aux États-Unis. Ce récit psychologique a la forme d'une confession : l'intendant Hofmiller, le héros-narrateur, qui raconte son aventure à un confid […] Lire la suite

JOURNAUX INTIMES VIENNOIS (J. Le Rider)

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 922 mots
  •  • 1 média

« De la vaporisation et de la centralisation du moi. Tout est là. » Il y a fort à parier que la fin du xx e  siècle n'a rien de proprement nouveau à ajouter aux lignes qui ouvrent Mon Cœur mis à nu de Baudelaire. Si le journal intime se polarise tantôt sur la dispersion, tantôt sur le rassemblement, il ne cesse de nouer un dialogue à la fois fructueux et déceptif avec l'œuvre elle-même. Il arrive […] Lire la suite

STRAUSS RICHARD

  • Écrit par 
  • Dominique JAMEUX
  •  • 3 128 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Entre Garmisch et le monde entier (1924-1939) »  : […] Délivré de tout poste permanent, mais invité partout, Strauss ne cesse d'aller et venir entre sa villa des Alpes bavaroises et les différentes capitales allemandes et européennes. Ses ouvrages lyriques continuent d'être composés et représentés. Hélène d'Égypte , sur un livret remarquable d' Hofmannsthal, pour une partition qui tire vers la convention, et Intermezzo en sont les deux titres princip […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques LE RIDER, « ZWEIG STEFAN - (1881-1942) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/stefan-zweig/