SPIRE CATHÉDRALE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La plus grandiose et la plus importante des cathédrales romanes d'Allemagne, la cathédrale de Spire fut bâtie sur l'emplacement d'édifices plus anciens (à partir de 1027-1032), sur l'initiative de l'empereur Conrad II, qui y fut enseveli au devant du chœur, en 1039. L'immense crypte, qui s'étend sous le chœur et le transept, fut consacrée entre 1041 et 1046, l'ensemble de l'édifice en 1061, grâce à la protection constante des empereurs Henri III et Henri IV, qui y trouvèrent aussi leur sépulture. Menaçant ruine, ou bien jugés trop simples, le chœur puis le transept et la nef ont été renforcés et partiellement transformés entre 1081 et 1106 environ. Après l'incendie de 1153, le transept est modifié. Malgré quelques adjonctions, l'église romane du xie siècle et du début du xiie est demeurée pour l'essentiel intacte jusqu'en 1689, date d'une destruction partielle, réparée au xviiie siècle (nef, voûtes, etc.). Entre 1843 et 1858, une restauration « romantique » (l'actuelle façade) est effectuée, dont les effets ont été en partie supprimés (1957-1972).

Pour l'essentiel de son plan et de son élévation, on voit encore aujourd'hui l'église fondée par Conrad II et bâtie par ses successeurs : basilique à piliers, aux vastes collatéraux, munie d'un grand transept et d'un chœur profond, reposant sur une immense crypte. C'est dans cette dernière partie que se retrouve presque intact le style « salien » de l'architecture germanique, d'une exceptionnelle puissance. La nef, primitivement charpentée, a été voûtée d'arêtes à la fin du xie siècle, ce qui conduisit à transformer les piles. Alors que l'austérité du décor et la grandeur des proportions caractérisaient le premier édifice, les travaux réalisés sous Henri IV apportèrent au transept et au chœur un décor beaucoup plus abondant, d'une très belle qualité, rappelant souvent les modèles italiens. Le massif occidental a souvent été remanié ; mais la silhouette extérieure du monument, avec ses deux tours d'axe et ses quatre tours d'accompagnement, exprime la même grandeur impériale de conception que le majestueux développement de la nef.

L'influence de ce monument sur l'architecture rhénane fut très grande et très durable, tant par le système constructif de la nef et du transept que par le décor intérieur et extérieur. Il est possible que la conception de l'abbatiale de Cluny, à la fin du xie siècle, ait été influencée par la cathédrale de Spire.

L'église abrite toujours, dans la crypte où ils ont été transférés au début du xxe siècle, les tombeaux des empereurs de la dynastie salienne (xie et xiie s.).

—  Louis GRODECKI

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification


Autres références

«  SPIRE CATHÉDRALE DE  » est également traité dans :

ROMAN ART

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 20 510 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « La région du Rhin et de la Meuse »  : […] Dans la région du Rhin et de la Meuse, l'art roman continue à tenir compte dans son expansion du poids des traditions carolingienne et ottonienne. L'architecture résiste ainsi à la tendance qui, partout ailleurs, conduit à l'unification de l'édifice religieux. Elle conserve aussi un goût très vif pour l'équilibre de deux importantes combinaisons spatiales aux extrémités de l'édifice religieux. Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-roman/#i_40528

Pour citer l’article

Louis GRODECKI, « SPIRE CATHÉDRALE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cathedrale-de-spire/