PALATINAT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nom issu du latin palatium (en allemand : Pfalz) qui désigne deux pays différents de l'ancien Saint Empire romain germanique : le Haut-Palatinat, dans le cadre de la Bavière, le Bas-Palatinat ou Palatinat du Rhin, dans le cercle du Haut-Rhin, de part et d'autre du Rhin avec comme capitale Heidelberg.

Le Palatinat du Rhin formait un des sept anciens électorats. L'origine de cet électorat remonte à l'établissement, dans chaque duché, d'un comte représentant l'empereur. De tous ces comtes palatins, seuls deux subsistèrent : celui de Bourgogne et celui de Lotharingie dont le domaine se limita au Palatinat du Rhin. Au xiiie siècle, Henri de Brunswick, fils de Henri le Lion, ayant pris parti contre Frédéric II fut dépouillé de ses États qui furent attribués à Louis de Bavière de la maison de Wittelsbach.

Le Palatinat du Rhin joua un rôle politique et économique important, incontestablement lié à sa situation géographique qui en fait un véritable carrefour des voies nord-sud et est-ouest. Cette situation explique également les ravages qu'il connut au cours du xviie siècle et où s'illustra Louvois (guerre du Palatinat). La vie intellectuelle a été plus précoce dans le Palatinat du Rhin que dans le Haut-Palatinat. C'est à Heidelberg que le prince Ruprecht créa, en 1386, la première université sur le sol allemand. La Révolution française et le Congrès de Vienne amenèrent de profonds changements territoriaux. Au xixe siècle, le Palatinat du Rhin perdit de plus en plus ses relations avec la Bavière, pour s'intégrer dans l'ensemble économique rhénan. Mais, territorialement, les conséquences du traité de Vienne durèrent jusqu'en 1945. La réforme des Länder, en 1946, intégra le Palatinat du Rhin au land de Rhénanie-Palatinat (capitale Mayence) et le Haut-Palatinat à la Bavière.

—  François REITEL

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Metz, doyen honoraire de la faculté des lettres

Classification


Autres références

«  PALATINAT  » est également traité dans :

BAVIÈRE (histoire)

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  • , Universalis
  •  • 3 152 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les Wittelsbach, ducs de Bavière »  : […] Les Wittelsbach, qui conserveront le trône de Bavière jusqu'en 1918, ont leur château familial non loin d'Augsbourg. En 1214, ils acquièrent également le Palatinat rhénan, mais en 1329 les deux branches – palatine à Heidelberg, bavaroise à Munich (capitale depuis 1255) – se séparent pour trois siècles et demi, jusqu'à l'extinction de la branche de Munich (1777). En simplifiant beaucoup, on peut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baviere-histoire/#i_18694

CHARLOTTE-ÉLISABETH DE BAVIÈRE, princesse palatine (1652-1722)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 283 mots

Fille de Charles-Louis, Électeur palatin du Rhin, la princesse palatine Charlotte-Élisabeth de Bavière vint en France en 1672 pour épouser Philippe d'Orléans, frère de Louis XIV et veuf d'Henriette d'Angleterre. Petite, mais grosse et même difforme à la suite d'une petite vérole mal soignée, elle était gaie, pétillante d'esprit et indépendante ; elle racontait volontiers des histoires de corps de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charlotte-elisabeth-de-baviere/#i_18694

HEIDELBERG

  • Écrit par 
  • Tim FREYTAG
  •  • 840 mots
  •  • 2 médias

Fondée au Moyen Âge, Heidelberg est une ville moyenne de près de 160 000 habitants (2018) située dans le Land de Bade-Wurtemberg, au sud-ouest de l’ Allemagne . Elle est située sur le Neckar, à l’endroit où la rivière quitte le versant occidental du massif de l’Odenwald pour s’écouler à l’ouest vers la vallée du Rhin. Heidelberg se distingue par son climat relativement doux toute l’année. Si des t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heidelberg/#i_18694

PIGAGE NICOLAS DE (1723-1796)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 99 mots

Architecte lorrain formé par Héré, il a séjourné à Paris, en Italie et en Angleterre, avant de diriger les bâtiments et les jardins de l'électeur palatin (1749), réalisant des travaux pour Mannheim et le parc de Schwetzingen, orné de fabriques (temples d'Apollon, de Mercure, de Minerve, maison de bains, mosquée turque) ainsi que théâtre du château (1752). À Benrath (près de Düsseldorf), il dessine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-de-pigage/#i_18694

SPIRE

  • Écrit par 
  • François REITEL
  •  • 428 mots

Le premier établissement humain qui est à l'origine de la ville de Spire (en allemand : Speyer) date de l'époque celte : Noviomagus. Installé sur une terrasse du Rhin, il devait devenir un camp romain sous César et Drusus. La cité qui en naquit fut ravagée par les Germains puis reconstruite sous Constantin et Julien. Les Francs Saliens en firent une résidence. Dagobert transforma le temple de Merc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/spire/#i_18694

TRÈVES (histoire de l'art)

  • Écrit par 
  • Anne PRACHE
  •  • 710 mots
  •  • 2 médias

Grand centre politique des Gaules et nœud routier important, Trèves (en allemand, Trier) dans le Palatinat conserve quelques ruines imposantes de l'occupation romaine : des thermes, un amphithéâtre, des fragments de remparts, la fameuse Porta nigra surtout, dont l'ampleur monumentale, les tours puissantes surprennent à une latitude aussi septentrionale. Trèves a été le siège d'un important évêché […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/treves-histoire-de-l-art/#i_18694

TURENNE HENRI DE LA TOUR D'AUVERGNE vicomte de (1611-1675)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 1 435 mots

Sans doute le plus grand homme de guerre qu'ait produit la France avant Napoléon. Taciturne et souvent bourru, Turenne cachait mal, sous une apparence de froideur une chaude humanité qui le faisait adorer de ses hommes. Stoïque dans les revers comme réservé dans les victoires, ambitieux uniquement de la gloire, généreux au point de payer ses soldats en puisant dans sa propre fortune, il était dési […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/turenne-henri-de-la-tour-d-auvergne-vicomte-de/#i_18694

UNION ÉVANGÉLIQUE

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 606 mots

Fondée le 12 mai 1608 pour une durée de dix ans à l'instigation de l'Électeur palatin Frédéric V, l'Union évangélique constitue une alliance défensive entre princes et villes protestantes du Saint Empire romain germanique (Palatinat, Anhalt, Wurtemberg, Bade, Francfort, Nuremberg, Strasbourg, Ulm, etc.). Le Brandebourg y adhère une année plus tard. Dans sa courte existence de treize ans, l'Union a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/union-evangelique/#i_18694

Pour citer l’article

François REITEL, « PALATINAT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/palatinat/