VANES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans la mythologie du Nord, les Vanes constituent avec les Ases les deux grandes familles de dieux. Mais, encore plus que pour ceux-ci, leur origine et le sens de leur nom même sont obscurs. Ils sont comparativement moins nombreux : Njördhr et ses enfants Freyr et Freyja et, peut-être, Hoenir.

Leur ambivalence sexuelle est curieuse. Njördhr, qui est un homme pour les Eddas, est présenté par Tacite comme une femme, sous le nom de Nerthus, à qui un culte processionnel était régulièrement voué, culte qui comportait notamment l'immersion finale de l'idole dans un lac sacré : cette coutume doit être fort ancienne, elle se retrouve çà et là dans le folklore et est plaisamment rapportée dans un petit récit islandais de la fin du xiiie ou du début du xive siècle, Ögmundr Tháttr dytts. L'accent mis sur la sexualité est d'ailleurs caractéristique des Vanes, comme en témoigne une amulette phallique (de Freyr sans doute) qui est sans équivoque et a été retrouvée en Suède : cela évoque naturellement les innombrables personnages phalliques ou les scènes de hiéros gamos (ce dernier thème, d'ailleurs, est repris dans un très beau poème eddique, le Skírnisför, dont l'interprétation dans un sens animiste est aisée) qui figurent dans les gravures rupestres de l'âge du bronze scandinave (~ 1500 à 400). L'archéologie confirme que le culte de Njördhr-Nerthus est nettement plus ancien que celui de Freyr-Freyja, ce qui laisserait supposer que ce dernier couple aurait supplanté ou perpétué le premier.

Quoi qu'il en soit, les Vanes sont des divinités typiques de la fertilité ou de la fécondité, partant, du culte des morts et donc, naturellement ou par raccroc, de la magie.

Divinités de la fertilité-fécondité, ils seraient représentatifs d'une culture agricole, d'une société paysanne aux intérêts matériels prononcés. Par là, on pourrait tenir qu'ils correspondent à un moment de l'histoire du Nord antérieur à l'invasion de peuplades belliqueuses armées de haches de guerre (~ 2000 env.). L'arrivée des envahisseurs aurait provoqué une guerre qui fut d'une rare violence, puisqu'elle a laissé des échos dans une demi-douzaine de textes différents, et qui n'aurait pas eu de conclusion décisive. Ases et Vanes auraient conclu un traité de paix, échangé des otages et vécu ensuite en bonne intelligence, jusqu'à se prendre les attributs et fonctions les uns des autres, ce qui explique la confusion qui, d'un point de vue structuraliste, règne dans le panthéon nordique, tel qu'il nous est présenté par Snorri Sturluson par exemple.

Divinités des morts, les Vanes seraient à mettre en liaison avec le bateau, qui a joué un rôle capital non seulement, comme il va de soi en ces pays, dans la vie courante, mais aussi dans l'univers mental : les morts s'en allaient dans l'Autre Monde en bateau, ce pourquoi on les inhumait dans des bateaux-tombes — comme celui d'Oseberg en Norvège — ou dans des sépultures recouvertes de pierres dressées dessinant l'image d'un bateau vu de haut (skibsaetninger). Njördhr est censé habiter à Nóattún (Clos-des-Nefs) et l'un des attributs merveilleux de Freyr est le bateau Skidhbladhnir, dont la description suggère l'idée d'un bateau processionnel démontable et transportable. Dieux des bateaux, les Vanes sont aussi les dieux des tertres funéraires qui, aujourd'hui encore, parsèment le sol du Nord : les bateaux-tombes étaient souvent recouverts de tertres, et l'Ynglinga Saga dit expressément que le dieu Freyr fut inhumé de la sorte après sa mort.

Navire d'Oseberg

Photographie : Navire d'Oseberg

Retrouvée en 1904 à Oseberg en Norvège, cette embarcation servit de sépulture à une reine morte en 834. Long de 22 mètres, le navire comporte, de la proue à la poupe, de remarquables décorations et témoigne de la qualité technique des embarcations vikings. Musée de l'université d'Oslo. 

Crédits : W. Forman/ AKG-images

Afficher

La liaison avec la magie, qui vraisemblablement dérive, en outre, de fortes influences chamanistes, va de soi. Il est précisé à plusieurs endroits que Freyja est maîtresse du sejdhr, cet ensemble d'opérations magiques destinées à connaître le sort du monde et des hommes.

Tout cela, ainsi que le fait que les fruits, les pommes surtout, sont souvent leurs attributs, incite à penser que les Vanes, dans une perspective diachronique, représentent un stade de l'histoire du Nord où le culte indifférencié de la Terre-Mère s'est diversifié, individualisé et incarné dans des divinités anthropomorphiques.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite (langues, littératures et civilisation scandinaves) à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  VANES  » est également traité dans :

ASES

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 979 mots
  •  • 1 média

Dans la mythologie du Nord, on appelle Ases les membres d'une des deux grandes familles de dieux ( godh ou gudh ), l'autre étant celle des Vanes, tous ces dieux s'opposant aux géants, nains, elfes et autres créatures surnaturelles. À l'exception de Njördhr, Freyr et Freyja, toutes les grandes divinités nordiques, notamment Odhinn, Tyr, Thórr et Heimdallr sont réputées Ases (masculin singulier á […] Lire la suite

FREYJA

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 1 085 mots

Dans la mythologie du Nord, la déesse Freyja occupe une place centrale, mais il est difficile de cerner exactement sa personnalité : son caractère licencieux explique que les commentateurs du Moyen Âge, qui constituent nos sources principales et qui étaient chrétiens, se soient montrés discrets. De plus, pour des raisons philologiques évidentes, elle est souvent confondue avec Frigg, si bien qu'il […] Lire la suite

FREYR

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 1 093 mots

Comme son père, Njördhr, et comme sa sœur (ou son double féminin), Freyja, le dieu nordique Freyr, de la famille des Vanes, est incontestablement maître de la fertilité-fécondité, même si, à une époque récente, des glissements de sens ou des recoupements tendent à faire de lui une divinité plus martiale. Sa personnalité, le culte qu'on lui voua et les mythes qui le concernent appellent diverses re […] Lire la suite

GERMAINS

  • Écrit par 
  • Lucien MUSSET
  •  • 4 648 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un fonds commun »  : […] Par-delà ces diversités, quelques traits d'ensemble se laissent néanmoins saisir. Ils sont essentiellement d'ordre religieux et sociologique, et concernent surtout les groupes nordique et westique : la documentation sur les peuples ostiques est trop mince. On entrevoit un panthéon commun, formé de plusieurs couches chronologiques ; plus tard, les Scandinaves distingueront les Vanes , dieux anciens […] Lire la suite

MYTHOLOGIES - Dieux des peuples "barbares"

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Pierre-Yves LAMBERT
  • , Universalis
  •  • 8 019 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Équilibres et antinomies »  : […] L'évolution dans un sens plus martial se fera au cours de l'âge viking : encore ne faut-il pas négliger les influences, classiques surtout, qui ont été véhiculées par l'Église. Mais la christianisation progressive, à partir de l'an mil, n'altérera en rien deux invariants spécifiques : d'une part, la croyance au Destin, maître des dieux comme des hommes et véritable deus otiosus de ce panthéon, en […] Lire la suite

VIKINGS (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 2 733 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Cosmogonie des anciens Scandinaves »  : […] Les anciens Scandinaves imaginaient la création du monde à partir du chaos originel, Ginnungagap, situé entre le Niflheim, monde glacé du Nord, et le Muspellsheim, monde brûlant du Sud. Le mélange des glaces et du feu engendra le géant Ymir, nourri par la vache primordiale Audhumbla. Les premiers dieux, Odin, Vili et Vé, tuèrent le géant Ymir dont le corps est à l’origine du Cosmos et de la Terre […] Lire la suite

Pour citer l’article

Régis BOYER, « VANES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vanes/