FREYJA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans la mythologie du Nord, la déesse Freyja occupe une place centrale, mais il est difficile de cerner exactement sa personnalité : son caractère licencieux explique que les commentateurs du Moyen Âge, qui constituent nos sources principales et qui étaient chrétiens, se soient montrés discrets. De plus, pour des raisons philologiques évidentes, elle est souvent confondue avec Frigg, si bien qu'il n'est pas aisé de faire le départ entre ce qui lui revient en propre et ce qui appartiendrait à l'épouse d'Ódhinn.

Appelée Vanadís (Dise — une divinité tutélaire, ressortissant à la fécondité-fertilité — des Vanes) ou Vanabrudh (Fiancée des Vanes), elle est une divinité vane par excellence ; et, comme l'on tient que cette catégorie de dieux du Nord est d'origine nettement orientale, nombre de ses attributs se trouvent éclairés par là : elle se déplace dans un char tiré par des chats, comme Cybèle avec ses panthères, et elle pleure, avec des larmes d'or, son mari qui périodiquement disparaît pendant si longtemps qu'on le croit mort, comme Isis. Déesse vane, elle a pu reprendre, à une époque assez récente, le rôle de son prétendu père, Njördhr, d'autant que ce dernier, s'il n'est pas initialement hermaphrodite, a pu être vénéré d'abord sous sa forme féminine : la Nerthus de Tacite. Ou bien, mais c'est la même chose, on peut la tenir pour l'aspect féminin d'une divinité androgyne dont le côté masculin serait assumé par Freyr.

Son existence et sa personnalité importent à l'historien des religions, car elles lui permettent, peut-être, de proposer une interprétation synthétique satisfaisante de la complexe mythologie du Nord. Celle-ci, en effet, à travers les élaborations hautement poétiques et savantes que nous en donnent les deux Eddas — la poétique et celle, en prose, de Snorri Sturluson —, atteste une sorte de conflit permanent, ou d'hésitation, entre culte de la force, de l'énergie, de l'action (la fonction guerrière, si l'on veut) et respect de la magie, de la science sacrée, qui relève de la fécondité-fertilité. Un dieu qui paraît martial, tel Thórr, assure la fécondité des mariages ; un autre, que l'on pourrait croire exclusivement intelligent et rusé, tel Ódhinn, préside aussi à la guerre. Or un texte surprenant de l'Edda précise que Freyja et Ódhinn se partagent à égalité les morts ; et de multiples sources attestent que la maîtresse suprême du grand art magique nordique (dont l'exécution présente de frappants caractères chamanistes), le sejdhr, est Freyja. Le sejdhr, tel qu'on peut le connaître, a pour première fonction de prédire et, éventuellement, de provoquer la fertilité des saisons à venir et la paix.

Un point doit ici retenir l'attention. Il est dit que Freyr a épousé une déité inconnue, Ódhr, dont le nom mérite l'analyse. D'une part, ce nom présente une alternance philologique, attestée ailleurs dans le Nord, avec Ódhinn (Ódhr-Ódhinn, comme Ullr-Ullinn) et, à ce titre, renvoie aux très nombreuses paires de représentations mythologiques qu'a connues cette région : elles pourraient toutes remonter à une conception initiale de divinités-dioscures qui trouveraient leur explication ultime dans un culte solaire attesté dès l'âge du bronze scandinave (~ 1500 à ~ 400) et où le rôle éventuel des dieux serait de tirer le soleil selon une alternance diurne-nocturne (ou printanière-hivernale), cheval-bateau (ou oiseau-bateau). D'autre part, Ódhr signifie proprement « furieux, saisi du furor sacré », qu'il s'agisse de fureur guerrière, amoureuse, poétique ou magique. Une affabulation récente donne au couple deux enfants, Hnoss et Gersimi, dont les noms signifient « joyau » et « trésor ». Mais l'idée même qui s'attache au couple divin Freyja-Ódhr (ou Freyja-Freyr) est sans aucun doute fort ancienne, comme en témoignent les nombreux toponymes voués à Freyja.

Lorsqu'elle paraît en pleine lumière, elle est avant tout donnée pour déesse de l'amour, de la volupté, avec son animal favori, le verrat Hildisvinn (mais le nom de celui-ci : Porc de la Bataille, nous replonge dans l'ambiguïté dont nous sommes partis) et son collier Brísingamen. Un poème de l'Edda, le Lokasenna, l'accuse d'inceste. Maîtresse de la fécondité, elle apparaît mieux comme telle sous le nom de son hypostase Gefn (où entre une idée de don) ou Gefjón, déesse tutélaire de la Zélande, au Danemark.

Et pourtant [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite (langues, littératures et civilisation scandinaves) à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  FREYJA  » est également traité dans :

FRIGG

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 672 mots

À propos de Frigg, divinité du panthéon nordique, il faut d'abord remarquer qu'elle semble être la seule déesse qui ait été connue et vénérée de toutes les peuplades germaniques. Le vendredi (allemand, Freitag  ; anglais, Friday  ; suédois, Fredag ) lui est consacré, tout comme il l'était dans le monde romain à Vénus, avec laquelle Frigg a plusieurs traits communs. Il existait chez les Lombards un […] Lire la suite

MYTHOLOGIES - Dieux des peuples "barbares"

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Pierre-Yves LAMBERT
  • , Universalis
  •  • 8 019 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Équilibres et antinomies »  : […] L'évolution dans un sens plus martial se fera au cours de l'âge viking : encore ne faut-il pas négliger les influences, classiques surtout, qui ont été véhiculées par l'Église. Mais la christianisation progressive, à partir de l'an mil, n'altérera en rien deux invariants spécifiques : d'une part, la croyance au Destin, maître des dieux comme des hommes et véritable deus otiosus de ce panthéon, en […] Lire la suite

VANES

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 746 mots
  •  • 1 média

Dans la mythologie du Nord, les Vanes constituent avec les Ases les deux grandes familles de dieux. Mais, encore plus que pour ceux-ci, leur origine et le sens de leur nom même sont obscurs. Ils sont comparativement moins nombreux : Njördhr et ses enfants Freyr et Freyja et, peut-être, Hoenir. Leur ambivalence sexuelle est curieuse. Njördhr, qui est un homme pour les Eddas , est présenté par Taci […] Lire la suite

Pour citer l’article

Régis BOYER, « FREYJA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/freyja/