MILOŠEVIĆ SLOBODAN (1941-2006)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En onze ans de pouvoir, Slobodan Milošević aura été un des principaux acteurs de la désintégration de la Yougoslavie. Ambitieux, il a su instrumentaliser le nationalisme serbe dans un but unique : prendre et consolider son pouvoir.

Slobodan Milosevic

Photographie : Slobodan Milosevic

Chef de la Ligue des communistes de Serbie à partir de 1986, Slobodan Milosevic est élu président de la République serbe par le Parlement de Belgrade en 1989. En 1992, il prend la tête de la nouvelle Fédération de Yougoslavie, formée par la Serbie et le Monténégro. Il en deviendra le... 

Crédits : Antonio Ribeirio/ Gamma-Rapho/ Getty Images

Afficher

Né en août 1941 à Požarevac, en Serbie, d'un père monténégrin, pope orthodoxe défroqué devenu instituteur, et d'une mère communiste serbe, enseignante, Slobodan Milošević rencontre sa future femme, Mirjana Marković en 1957, au lycée. La mère de celle-ci a été exécutée par les partisans pour trahison en 1943 alors que son père est devenu un cadre important du Parti communiste de Serbie.

En 1958, les deux fiancés entrent aux Jeunesses communistes. Ils partent ensuite pour Belgrade, où lui entre à la faculté de droit, elle en sociologie. Elle décroche une chaire de sociologie marxiste à l'université de Belgrade alors que son époux devient, en 1973, le directeur de la firme pétrochimique d'État Teknogas puis, en 1978, directeur de la Beogradska Banka, la plus importante banque yougoslave.

Grâce à l'appui d'Ivan Stambolić, le patron de la Ligue des communistes de Serbie, Slobodan Milošević est élu en 1984 à la tête de l'organisation belgradoise de la Ligue. En octobre 1986, l'Académie des sciences et des arts de Serbie publie son mémorandum, véritable pamphlet nationaliste. Arriviste, mais prudent, Milošević condamne ce texte dont il fera plus tard son programme.

Ce sont les événements du 24 avril 1987 qui vont le propulser sur le devant de la scène. Il est envoyé au Kosovo pour y rencontrer la minorité serbe qui manifeste à Kosovo Polje contre les exactions des autorités autonomes albanaises. Assistant au matraquage des manifestants, il lance son célèbre : « Personne n'a le droit de frapper ce peuple. » Il vient de comprendre que le nationalisme va lui servir de tremplin. Désormais, il sera le chantre d'un national-communisme purement serbe. Pour ce faire, il se débarrasse de la vieille élite serbe titiste et, dès septembre 1987, il prend la place de son ancien mentor Stambolić à la tête de la Ligue des communistes de Serbie.

En mars 1989, alors que la Fédération yougoslave est à l'agonie, il obtient des changements constitutionnels lui permettant d'abolir l'autonomie de la Voïvodine et du Kosovo. Il est élu président de la Serbie en décembre.

Au printemps de 1990, alors que la Yougoslavie implose, Milošević se rallie à l'idée d'être le leader d'une Grande Serbie, et transforme, en juillet 1990, la Ligue des communistes en Parti socialiste serbe. Après avoir pris le contrôle de l'armée yougoslave, il lance ses troupes contre la Croatie et la Bosnie. De 1991 à 1993, il s'allie à l'extrême droite serbe et aux irrédentistes serbes de Croatie et de Bosnie. Mais face aux pressions occidentales, il se montre modéré pour sauvegarder son pouvoir. Il lâche les Serbes de Croatie et de Bosnie en 1995 et signe à Dayton les accords de paix du 21 novembre 1995.

En novembre 1996, les socialistes gagnent les élections législatives mais perdent les municipales, dont Milošević refuse de reconnaître le résultat pendant trois mois. Le 15 juillet 1997, seul candidat, il se fait élire président de la Fédération yougoslave. Pendant ce temps, la tension monte au Kosovo, où l'Armée de libération du Kosovo passe à l'offensive. Comme à son habitude, Milošević réagit par la force puis, devant les pressions internationales, est contraint de négocier. Mais il ne peut accepter le « diktat » de Rambouillet (février-mars 1999) qui réduirait considérablement son pouvoir et va jusqu'à l'épreuve de force avec l'O.T.A.N., qui commence à bombarder la Yougoslavie le 24 mars.

Le 22 mai 1999, il est officiellement inculpé par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (T.P.I.Y.), pour crimes contre l'humanité. Au début de juin, l'Alliance atlantique envisage de lancer une offensive terrestre. Pour Milošević, cela signifie que les Alliés vont venir le chercher à Belgrade pour l'expédier à La Haye. Il signe donc le cessez-le-feu le 9 juin.

Après la perte du Kosovo, il durcit son régime, pratiquant des purges dans l'armée, interdisant des médias, faisant assassiner des proches impliqués dans son système politico-mafieux. En juillet 2000, il a fait amender la Constitution fédérale pour pouvoir se représenter à l'élection présidentielle, qu'il avance au 24 septembre. Il fait invalider les résultats, qui lui étaient défavorables. Mais la colère monte et, le 5 octobre, la rue s'empare de Belgrade et installe l'opposant Koštunica à la présidence. Abandonné de tous, Milošević est déchu en douceur. Il reconnaît sa défaite, alors que sa femme et sa fille Marija sombrent dans la dépression et que son fils Marko s'enfuit à Moscou.

Restant à la tête du Parti socialiste, il perd les élections législatives serbes du 23 décembre 2000. Le nouveau pouvoir démocratique ne veut pas le livrer au T.P.I.Y., mais des voix s'élèvent pour qu'il soit jugé en Serbie même ; il est d'ailleurs placé en résidence surveillée dès janvier 2001.

Cependant, devant la pression des États-Unis qui menacent de suspendre leur aide économique à la Yougoslavie, le gouvernement serbe autorise, le 28 juin 2001, son transfèrement devant le T.P.I.Y. Slobodan Milošević ne reconnaît pas la légitimité de cette instance et plaide non coupable, lors de son procès qui s'ouvre en février 2002. Il est jugé pour des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité commis par les forces serbes pendant les guerres des années 1990 en ex-Yougoslavie. Il meurt en prison, avant la fin de son procès, le 11 mars 2006. Il était le premier ex-chef d'État à comparaître devant la justice internationale.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur en histoire du xxe siècle de l'Institut d'études politiques, Paris, journaliste, membre du comité de rédaction de la revue Confluences Méditerranée

Classification

Autres références

«  MILOSEVIC SLOBODAN (1941-2006)  » est également traité dans :

PROCÈS MILOSEVIC

  • Écrit par 
  • Christophe PÉRY
  •  • 274 mots

Passé du communisme à l'ultranationalisme, Slobodan Milošević, président de la Serbie puis de la Fédération yougoslave, a fait du démembrement de l'ex-Yougoslavie, dans les années 1990, une entreprise d'extermination. Les guerres qu'il a menées successivement en Croatie, en Bosnie et au […] Lire la suite

CROATIE

  • Écrit par 
  • Emmanuelle CHAVENEAU, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Ivo FRANGES, 
  • Mladen KOZUL
  •  • 9 190 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La reconquête croate et la paix »  : […] Ainsi, au printemps de 1995, la jeune armée croate est prête à la contre-offensive. Les 1 er et 2 mai, elle reconquiert la Slavonie occidentale mal défendue par les troupes de Belgrade et, ainsi, reprend le contrôle de la route qui relie Zagreb à l'est du pays. L'armée croate pratique alors l'épuration ethnique et quelques milliers de Serbes rejoignent la Serbie. En revanche, l'offensive contre l […] Lire la suite

DEL PONTE CARLA (1947- )

  • Écrit par 
  • Florence HARTMANN
  •  • 1 135 mots

Carla Del Ponte est une magistrate et une diplomate suisse de langue italienne qui a été procureure générale auprès du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) de septembre 1999 à décembre 2007, et pendant quatre années, de 1999 à 2003, auprès du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR). Elle a été membre de la Commission d’enquête internationale de l’ONU sur la Syrie de […] Lire la suite

ÉCLATEMENT DE LA YOUGOSLAVIE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 890 mots

4 mai 1980 Mort du maréchal Tito, président de la République socialiste fédérative de Yougoslavie, après trente-cinq ans de pouvoir sans partage. 1981 Le soulèvement des Albanais du Kosovo, qui réclament un statut de République, est violemment réprimé par Belgrade. 1987 Slobodan Milošević prend le pouvoir et impose un discours ultra-nationaliste visant à préserver la domination serbe. Avril-décemb […] Lire la suite

ÉCLATEMENT DE LA YOUGOSLAVIE

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 312 mots
  •  • 1 média

Mosaïque de peuples née du règlement de la Première Guerre mondiale, intégrée au bloc communiste à partir de 1945 malgré les tentations sécessionnistes de Tito, la république socialiste fédérale de Yougoslavie ne résiste pas à l'effondrement du bloc de l'Est. Au terme d'élections libres qui, partout sauf en Serbie et au Monténégro, ont donné la victoire aux partis nationalistes, quatre républiques […] Lire la suite

CRIMES CONTRE L'HUMANITÉ

  • Écrit par 
  • Mario BETTATI
  •  • 6 323 mots
  •  • 1 média

Le 24 mars 1999, la Chambre des lords britannique confirmait partiellement la décision qu'elle avait rendue le 28 octobre 1998 de refuser à Augusto Pinochet, ancien dictateur du Chili, poursuivi par un juge espagnol pour torture et assassinats constituant des crimes contre l'humanité, le bénéfice de l'immunité en sa qualité d'ancien chef d'État. Le 27 mai 1999, Le procureur du Tribunal pénal inte […] Lire la suite

MONTÉNÉGRO

  • Écrit par 
  • Amaël CATTARUZZA, 
  • Renaud DORLHIAC
  •  • 5 220 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Évolution politique après l'éclatement de la Yougoslavie socialiste »  : […] Pour un observateur extérieur, l'évolution de la situation politique du Monténégro peut sembler paradoxale. En effet, en 1992, à l'heure où d'autres républiques yougoslaves (Slovénie, Croatie, Bosnie-Herzégovine, Macédoine) luttaient pour obtenir ou consolider leur indépendance, la petite république monténégrine choisissait, par référendum, de créer avec la Serbie la république fédérale de Yougos […] Lire la suite

RUGOVA IBRAHIM (1944-2006)

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET
  •  • 754 mots
  •  • 2 médias

Ibrahim Rugova est né le 2 décembre 1944 à Cercë, au Kosovo, dans une famille de grands propriétaires terriens . Son grand-père, chef d'un clan important, et son père, riche négociant, sont tués le 10 janvier 1945 par les partisans titistes à cause de leur appartenance au Balli Kombëtar, le mouvement nationaliste panalbanais, anticommuniste et collaborateur des Italiens et des Allemands. Le jeune […] Lire la suite

SERBIE

  • Écrit par 
  • Amaël CATTARUZZA, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Jovan DERETIC, 
  • Catherine LUTARD
  •  • 11 790 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La question nationale »  : […] En juin 1948, Tito rompt officiellement avec Staline, mais la Yougoslavie restera jusqu'en 1952 une dictature communiste pure et dure. C'est en 1952-1953 que Tito se lance dans une troisième voie entre le bloc de l'Est et l'Occident, obtenant, grâce à un savant équilibre, le soutien des deux camps. À la fin des années 1960 et au début des années 1970, la politique titiste vise à réprimer la réap […] Lire la suite

YOUGOSLAVIE

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET, 
  • Catherine LUTARD, 
  • Robert PHILIPPOT
  • , Universalis
  •  • 15 199 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre «  L'éclatement de la Yougoslavie et la fin de la fédération »  : […] Bien avant la disparition de la république socialiste fédérative de Yougoslavie en 1991-1992, les ferments de la désintégration étaient à l'œuvre. Sécessions et guerres se sont multipliées sur la quasi-totalité du territoire yougoslave. Par un effet de dominos, les combats ont glissé du nord vers le sud, partant de la Slovénie en 1991, pour atteindre le Kosovo en 1998 et la Macédoine en 2001 . Pen […] Lire la suite

Les derniers événements

30 juin 2021 Bosnie-Herzégovine. Condamnation de collaborateurs de Slobodan Milošević.

Le Mécanisme international de l’ONU chargé notamment de traiter les derniers dossiers du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) condamne l’ancien chef de la sécurité d’État serbe, Jovica Stanišić, ainsi que le chef d’une unité spéciale de la police serbe, Franko Simatović, à douze ans de prison pour crimes contre l’humanité et  […] Lire la suite

11 avril 2018 Serbie. Condamnation de Vojislav Šešelj.

Slobodan Milošević, avait été acquitté en première instance, en mars 2016. La durée de la peine est couverte par la détention préventive que Vojislav Šešelj a effectuée entre 2003 et 2014 – date à laquelle il avait été libéré pour raison de santé. […] Lire la suite

26 février 2009 Serbie. Condamnation de Serbes pour crimes contre l'humanité

Slobodan Milošević, mort en mars 2006, pendant son procès. Il s'agit du premier jugement prononcé par le T.P.I.Y. sur la responsabilité des Serbes lors du conflit au Kosovo.  […] Lire la suite

7 juillet 2008 Serbie. Investiture du gouvernement Cvetković

Slobodan Milošević, qui détient deux postes de vice-Premier ministre sur quatre et quatre portefeuilles sur vingt-quatre, dont celui de l'Intérieur. Mirko Cvetković réaffirme son objectif d'obtenir l'adhésion de son pays à l'Union européenne, mais affirme qu'il ne reconnaîtra « jamais » l'indépendance du Kosovo, autoproclamée en février et reconnue […] Lire la suite

11 mai 2008 Serbie. Victoire électorale du Parti démocrate

Slobodan Milošević, 7,8 p. 100 des voix et 20 sièges; le Parti libéral démocrate, pro-européen, de Cedomir Jovanović 5,4 p. 100 des suffrages et 13 élus. Le taux de participation atteint 61,4 p. 100. La récente perte de la province du Kosovo, devenue indépendante en février, qui avait précipité l'organisation des élections, n'a pas profité à l'opposition […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christophe CHICLET, « MILOŠEVIĆ SLOBODAN - (1941-2006) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/slobodan-milosevic/