Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SLAVES

Vocabulaire

Les langues slaves ont en commun un abondant fonds de vocabulaire, dans lequel on peut distinguer plusieurs couches. Il y a la masse des mots hérités de l' indo-européen : dans les mots russes mat' « mère », vdova « veuve », more « mer », dom « maison », ogon' « feu », novyj « neuf », vethij « vieux », levyj « gauche », videt' « voir », sidet' « être assis », pasti « faire paître », vezti « conduire en voiture », idti « aller », on reconnaît facilement de vieux mots, identiques aux mots latins mater, vidua, mare, domus, ignis, novus, vetus, laevus, videre, sedere, pascere, vehere, ire (dans tous ces cas, la ressemblance du slave et du latin s'explique par une origine commune indo-européenne, et non par un emprunt). À cela s'ajoutent des mots inconnus des autres langues indo-européennes, mais communs au balte et au slave, comme, en russe, ruka « main », golova « tête », rog « corne », qui se retrouvent dans le lituanien ranka, galva, ragas. Il y a ensuite des emprunts faits par le slave aux peuples voisins au cours du premier millénaire de notre ère : de nombreux emprunts germaniques comme, en russe, šlem « casque », polk « régiment », knjaz' « prince », korol' « roi », qui remontent aux mots germaniques représentés en allemand moderne par les mots Helm « casque », Volk « peuple », König « roi », et par le nom propre Karl. L'adoption du christianisme amène l'emprunt de mots grecs et latins comme, en vieux slave, crǔky et, en russe, cerkov' « église », du grec kyriakon ou, en russe, poganyj « païen », du latin paganus. Le latin fournit aussi (directement ou par l'intermédiaire du germanique) de nombreux termes de civilisation : ainsi le mot russe bien connu izba vient du latin vulgaire extufa « bain de vapeur », qui a donné en français « étuve » ; on présume qu'il est venu par l'intermédiaire du germanique (cf., en allemand, Stube « chambre »), le sens premier est donc « pièce chauffée ». De même, en russe, osël « âne » et vino « vin » viennent des mots latins asellus et vinum.

Toutes ces couches de mots constituent le fonds commun des langues slaves, acquis dès avant l'époque des premiers textes (ixe s.), et se retrouvant dans la plupart des cas à la fois en vieux slave et dans la majorité des langues modernes. De plus, sur la base de racines ou de mots simples, hérités ou empruntés, le slave a la faculté de développer très largement son vocabulaire par divers procédés, dont le plus important de beaucoup est la dérivation. Il se crée ainsi des séries de mots dérivés par accumulation de suffixes, comme on le voit par les exemples russes suivants : pravyj « droit », pravit' « diriger », pravitel' « gouvernant », pravitel'stvo « gouvernement », pravitel'stvennyj « gouvernemental », et aussi pravda « vérité », pravdivyj « véritable », pravilo « règle », pravil'nyj « correct », pravil'nost' « correction. La composition joue aussi un rôle, quoique plus limité : ravnopravie « égalité des droits », pravoslavie « orthodoxie ». Ce dernier mot montre comment le slave peut traduire un terme étranger en utilisant ses propres ressources, par le procédé dit du calque, qui est une traduction morphème par morphème : pravoslavie est formé de pravǔ, qui traduit le grec orthos « droit », et de slava, qui traduit le grec doksa « doctrine » : il est donc un calque du grec orthodoksia. De cette façon, il a existé, dès l'époque vieux-slave, un riche vocabulaire apte à rendre la pensée abstraite.

Au cours de leur histoire séparée, les diverses langues slaves ont continué à enrichir leur vocabulaire soit par leurs ressources propres, soit par le recours à l'emprunt. On note[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître assistant à l'Institut national des langues et civilisations orientales.
  • : professeur de langue et littérature slaves à l'université de Provence
  • : chargé de recherche au C.N.R.S.

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Slaves, VI<sup>e</sup>-X<sup>e</sup> siècle

Slaves, VIe-Xe siècle

Biskupin (Posnanie) en 700-400 av. J.-C;

Biskupin (Posnanie) en 700-400 av. J.-C;

Langue polonaise : les phonèmes consonantiques

Langue polonaise : les phonèmes consonantiques

Autres références

  • SLAVES DU SUD (ART DES)

    • Écrit par Athanas BOJKOV, Vajislav DJURIC
    • 7 371 mots
    • 2 médias

    La pénétration des Slaves dans la péninsule balkanique au vie siècle arrête le développement de l'art chrétien dans les régions où ils finissent par s'établir. Leur venue entraîne la ruine de nombreuses villes byzantines florissantes (Sirmium, Naissus, Scupi, Stobi...) et la disparition d'imposants...

  • ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne médiévale

    • Écrit par Pierre-Roger GAUSSIN
    • 14 136 mots
    • 7 médias
    Cependant, on ne peut vraiment parler d'expansion qu'à l'égard des peuples slaves. La pression allemande fut vive dans le secteur de l'Elbe sous Otton Ier, qui suivait la tradition saxonne et établit, le long du fleuve, des marches dont les chefs avaient la double mission de mettre l'Allemagne...
  • BALKANS ou PÉNINSULE BALKANIQUE

    • Écrit par Jean AUBOUIN, Michel ROUX
    • 7 514 mots
    • 1 média
    Si les invasions slaves des vie et viie siècles ont affecté toute la péninsule, et même les îles, trois langues antérieurement parlées dans les Balkans ont subsisté : l' albanais, dont le vocabulaire comprend de nombreux mots d'origine latine, indice de l'ancienneté de la présence de ce peuple ; le valaque,...
  • BAPTÊME DE MIESZKO Ier (duc de Pologne)

    • Écrit par Vincent GOURDON
    • 192 mots

    Premier prince de la dynastie des Piast attesté dans les textes, Mieszko Ier est, vers 960, à la tête d'une confédération de peuples slaves, entre Oder et Vistule, et désire élargir son autorité à la Poméranie, au nord-ouest. Il entre ainsi en concurrence avec la poussée des Occidentaux,...

  • BOSNIE-HERZÉGOVINE

    • Écrit par Emmanuelle CHAVENEAU, Renaud DORLHIAC, Universalis, Nikola KOVAC, Noel R. MALCOLM
    • 13 495 mots
    • 7 médias
    Les Slaves commencèrent à s'installer sur ce territoire au cours du vie siècle. Une seconde vague slave, au viie siècle, comprenait deux tribus puissantes, les Croates et les Serbes : les Croates occupèrent probablement tout ou partie du centre, de l'ouest et du nord de la Bosnie, tandis que...
  • Afficher les 41 références

Voir aussi